Travaux pratiques de géométrie 2, Exercices de Géométrie Algorithmique

Travaux pratiques de géométrie 2, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (33.2 KB)
2 pages
234Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de géométrie 2. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le plus grand diviseur commun de x et y, l'espace vectoriel sur R.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
RouenCjuin1976*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Rouen juin 1976 \

EXERCICE 1

k étant un entier relatif, on pose :

x = 2k −1 y = 9k +4

Montrer que tout diviseur commun à x et à y divise 17. En déduire, suivant les valeurs de k, le plus grand diviseur commun de x et y .

EXERCICE 2

1. Résoudre dans l’ensemble des nombres complexes le système

{

2iz1− z2 = 1−6i z1+2iz2 = i

2. Dans un plan affine euclidien orienté identifié au plan complexe, déterminer

les rotations de mesure + π

2 et −

π

2 transformant le point m1 d’affixe z1 en le

point m2 d’affixe z2.

PROBLÈME

On rappelle que l’ensemble A des applications de R dans R, muni de l’addition de deux fonctions et de la multiplication d’une fonction par un réel, est un espace vec- toriel sur R. Soit D l’ensemble des applications f ∈ A admettant, pour tout entier naturel non nul n, une dérivée d’ordre n notée f (n) (ou f ′ pour n = 1, f ′′ pour n = 2, . . .).

Partie A

1. a. Montrer que D est un espace vectoriel sur R.

b. On considère l’ensemble E des applications de A définies par :

fa, b(x)= ae 2x

+be−2x avec (a ; b) ∈R2

Établir que E est un espace vectoriel de base (

f1, 0 ; f0, 1 )

tel que :

fa, b E ,∀x ∈R, (

f ′′a, b −4 fa, b )

(x)= 0

2. Montrer que, pour tout entier naturel non nul n, l’application φn dansA qui à fa, b E associe f

(n) a, b est un endomorphisme de E ; en donner la matrice dans

la base (

f1, 0 ; f0, 1 )

.

En déduire que :

a. Pour n pair, φn est une homothétie vectorielle dont on précisera le rap- port.

b. pour n impair, φn est la composée d’une homothétie vectorielle et d’une symétrie vectorielle qu’on précisera.

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

3. a. Montrer que P , ensemble des fonctions paires de E , et J , ensemble des fonctions impaires de E , sont deux droites vectorielles de E de base res- pective f1, 1 et f1, −1 telles que :

E = P J .

(P et J supplémentaires dans E ).

b. Étudier les variations des fonctions f1, 1 et f1, −1.

Tracer leurs courbes représentatives dans un plan affine rapporté à un repère orthonormé.

Vérifier que f1, −1 est une bijection de R sur R ; définir sa bijection réci- proque.

Partie B

On pose, pour f et g de D :

( f g )(x)= ∫x

0 f (t)g (x t)dt .

1. a. Établir que :

∀( f , g , h) ∈D3, ( f + g )⋆h = ( f h)+ (g h)

α ∈R, ∀( f ; g )∈D2, (α f )⋆ g =α( f g )

b. A étant l’élément de D défini par :

A(x)= 2x2−1

calculer (

f1, 0⋆ A )

(x) et (

f0, 1⋆ A )

(x).

(On pourra intégrer par parties).

2. Déduire du B 1. que l’application

φ : f ∈D 7−→ f A ∈A

est linéaire et que l’imageφ(E ) deE parφ est un espace vectoriel de dimension 2 dont on précisera une base.

Rouen 2 juin 1976

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome