Travaux pratiques de géométrie 6, Exercices de Géométrie Algorithmique

Travaux pratiques de géométrie 6, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (41.2 KB)
3 pages
115Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de géométrie 6. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la droite vectorielle engendrée par le vecteur, la construction géométrique de M.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
ToulouseCjuin1976*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Toulouse juin 1976 \

EXERCICE 1

Soit la fonction f de R dans R :

x 7−→ f (x)= 1

x (

1+Log x )

La notation Log désigne le logarithme népérien.

1. Étudier les variations de f et construire son graphique dans un plan P rap-

porté à un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→ )

.

2. Soit g la restriction de f à I=] 1

e ; +∞[.

a. Démontrer que g est une bijection de I sur g (I)=]0 ; +∞[.

b. On désigne par g−1 la bijection réciproque de g ; calculer g (e) et la déri-

vée de g−1 au point 1

2e .

EXERCICE 2

Soit V un espace vectoriel de dimension trois et (

−→ ı ,

−→ ,

−→ k )

une base de V . On consi-

dère l’application linéaireϕde V dans V qui à tout vecteur −→ u de coordonnées (x ; y ; z)

associe le vecteur −→ u′ de coordonnées

(

x′ ; y ′ ; z ′ )

telles que

x′ = 3x+ y z y ′ = 2x+2y z z ′ = 4x+2y z

1. Déterminer l’ensemble P des vecteurs invariants par ϕ et indiquer une base (

−→ e1 ,

−→ e2

)

de P .

2. Soit D la droite vectorielle engendrée par le vecteur −→ e3 =

−→ ı +

−→ +2

−→ k .

a. Démontrer que la restriction de ϕ à D est une homothétie vectorielle de D.

b. Démontrer que tout vecteur −→ u de V peut être décomposé d’unemanière

unique en −→ u =

−→ u′ +

−→ u′′ ,

−→ u′ ∈P ,

−→ u′′ ∈D.

c. Établir que :

∀ −→ u ∈ V , ϕ

(

−→ u )

= −→ u′ +2

−→ u′′ =

−→ u +

−→ u′′ .

3. Soit E un espace affine associé à V et (

O, −→ e1 ,

−→ e2 ,

−→ e3

)

un repère cartésien de

E , −→ e1 ,

−→ e2 et

−→ e3 étant les vecteurs définis précédemment.

On considère l’application affine f qui laisse le point O invariant et dont l’en- domorphisme associé est ϕ. Si M ′ est l’image par f du point M de E , en utili- sant ce qui précède, exprimer dans le repère choisi les coordonnées de M ′ en fonction de celles de M .

Indiquer une construction géométrique deM ′.

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

PROBLÈME

Une suite réelle f application deN dans R donne de n l’image f (n) notée fn?n . Soit a et α deux réels fixés vérifiant : a 6= 0 et 06α<π. On considère l’ensemble F des suites f qui vérifient :

n ∈N, fn+2 = (2a cosα) fn+1−a 2 fn .

1. On suppose dans cette question que α 6= 0

Démontrer que les suites u et v définies par :

n ∈N, un = a n coset vn = a

n sin.

sont deux éléments de F . Démontrer que les vecteurs de R2, (u0, u1) ; (v0, v1) sont indépendants.

2. On suppose dans cette question que α= 0

Démontrer que les suites r et s définies par :

n ∈N, rn = a n et sn = na

n

sont deux éléments de F . Démontrer que les vecteurs de R2, (r0, r1) ; (s0, s1) sont indépendants.

3. a. Etablir que F est un sous-espace vectoriel de F (N, R), espace vectoriel des suites réelles.

b. Démontrer que f est déterminée par la donnée du couple (

f0, f1 )

et en déduire que l’application ϕ de F dans R2 définie par ϕ( f ) = ( f0, f1) est bijective.

c. Démontrer queϕ est une application linéaire. Quelle est la dimension de F ? On rappelle que, compte-tenu de la notation f nn

( f + g )(n)= fn + gn et (k f )(n)= k fn , k ∈R.

4. Soit ϕ−1 l’application réciproque de ϕ définie dans R2 et à valeurs dans F . Montrer que siW1 etW2 sont deux vecteurs indépendants deR2 , alorsϕ−1 (W1) et ϕ−1 (W2) sont deux vecteurs de F independants.

En déduire que si α 6= 0, (u, v) est une base de F et que si α = 0, (r, s) est une base de F . Indiquer dans les deux cas une forme générale des éléments de F .

5. Soit b un réel fixé non nul. On considère l’ensembleC des suites réelles c telles que :

n ∈N, cn+2− (2a cosα)cn+1+a 2cn = b

n .

a. Si α= 0 et b = a, démontrer qu’il existe un réel λ tel que la suite t définie par

n ∈N, tn =λn 2an

appartient àC .

b. Siα 6= 0 et b 6= a, démontrer qu’il existe un réel µ tel que la suite t ′ définie par

n ∈N, t n = µb n

appartient àC .

c. L’ensemble C est-il un sous-espace vectoriel de F (N, R) ?

Toulouse 2 juin 1976

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

6. Si α = 0 et b = a, c appartenant à C , démontrer que la suite de terme général (cn tn) est un élément de F ; inversement si f appartient à F , montrer que la suite de terme général

(

fn + tn )

appartient àC . En déduire une forme générale des éléments deC .

7. Déterminer de même une forme générale des éléments de C lorsque : α 6= 0 ou b 6= a.

Toulouse 3 juin 1976

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome