Travaux pratiques de géométrie analytique et calcul - 5, Exercices de Géométrie analytique et calcul
Eusebe_S
Eusebe_S14 April 2014

Travaux pratiques de géométrie analytique et calcul - 5, Exercices de Géométrie analytique et calcul

PDF (47.0 KB)
4 pages
159Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de géométrie analytique et calcul - 5 Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les relations, Les suites, l'approche.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
BacblancMaupassantS2008.dvi

[ Baccalauréat blanc TS spécialité\ Lycée Maupassant Rouen

Le sujet comporte 4 pages et une annexe , à rendre avec la copie.

EXERCICE 1 : Q. C. M. 4 points Les quatre questions de cet exercice sont indépendantes (bien que les deux dernières

fassent référence aumême nombre) et sont notées sur un point chacune. Pour chaque

question, il y a exactement deux propositions correctes. Le candidat doit indiquer sur

sa copie les deux propositions vraies. Aucune justification n’est demandée. Chaque ré-

ponse exacte rapporte 0,5 point, chaque réponse fausse enlève 0,25 point.

Donner trois propositions ou plus d’une question, ou bien n’en donner aucune ne rap-

porte aucun point.

Si, par l’application de ce barème, le total des points de l’exercice est négatif, il est

ramené à zéro.

1. On considère trois suites (un ) , (vn) et (wn) ayant, pour tout entier naturel n, les propriétés suivantes : un 6 vn 6wn , lim

n→+∞ un =−1, et lim

n→+∞ wn = 1.

Alors

a. lim n→+∞

vn = 0 ;

b. La suite (un ) est minorée ;

c. Pour tout n de N, on a −16 vn 6 1. d. On ne sait pas dire si la suite (vn) a une limite ou non.

2. Deux suites (xn ) et (

yn )

sont définies pour n > 0 par les relations :

xn = 1

n +

1

n+1 +·· ·+

1

2n et yn =

1

n+1 +

1

n+2 +·· ·+

1

2n .

a. Les suites (xn) et (

yn )

sont toutes deux croissantes.

b. x3 = 19

20 et y3 =

37

60 .

c. Les suites (xn) et (

yn )

ne sont pas majorées.

d. Les suites (xn) et (

yn )

sont adjacentes.

3. Si z =−5 (

1+ i p 3− i

)

, alors l’argument de z est :

a. −5×arg (

1+ i p 3− i

)

b. π+arg(1+ i)−arg (p

3− i )

c. 4π

3

d. − 7π

12

4. Si z =−5 (

1+ i p 3− i

)

, alors le module de z est :

a. |1+ i| | p 3− i|

b. 5 p 2

c. −5× |1+ i| | p 3− i|

1

d. 5

5− i p 3+ i

EXERCICE 2 7 points Le but de l’exercice est démontrer que l’équation (E) :

ex = 1

x ,

admet une unique solution dans l’ensemble R des nombres réels, et de construire une suite qui converge vers cette unique solution. I. Existence et unicité de la solution On note f la fonction définie sur R par :

f (x)= x−e−x .

1. Démontrer que x est solution de l’équation (E) si et seulement si f (x)= 0. 2. Étude du signe de la fonction f .

a. Étudier le sens de variations de la fonction f sur R.

b. En déduire que l’équation (E) possède une unique solution sur R, notée α.

c. Démontrer que appartient α à l’intervalle

[

1

2 ; 1

]

.

d. Étudier le signe de f sur l’intervalle [0 ; α].

II. Deuxième approche On note g la fonction définie sur l’intervalle [0;1] par :

g (x)= 1+ x 1+ex

.

1. Démontrer que l’équation f (x)= 0 est équivalente à l’équation g (x)= x. 2. En déduire que α est l’unique réel vérifiant : g (α)=α. 3. Calculer g ′(x) et en déduire que la fonction g est croissante sur l’intervalle

[0 ; α].

III. Construction d’une suite de réels ayant pour limite On considérera la suite (un ) définie par : u0 = 0 et, pour tout entier naturel n, par : un+1 = g (un ).

1. Démontrer par récurrence que, pour tout entier naturel n : 06 un 6 un+1.

2. En déduire que la suite (un ) est convergente. On note sa limite.

3. Justifier l’égalité : g ()= . En déduire la valeur de . 4. À l’aide de la calculatrice, déterminer une valeur approchée de u4 arrondie à

la sixième décimale.

EXERCICE 3 (SPÉCIALITÉ) 4 points

Partie A Soit N un entier naturel, impair non premier. On suppose que N = a2−b2 où a et b sont deux entiers naturels.

1. Montrer que a et b n’ont pas la même parité.

2. Montrer que N peut s’écrire comme produit de deux entiers naturels p et q .

2

3. Quelle est la parité de p et de q ?

Partie B On admet que 250 507 n’est pas premier. On se propose de chercher des couples d’entiers naturels (a ; b) vérifiant la relation :

(E) a2−250507 = b2.

1. Soit X un entier naturel.

a. Donner dans un tableau, les restes possibles de X modulo 9 ; puis ceux de X 2 modulo 9.

b. Sachant que a2−250507 = b2, déterminer les restes possibles modulo 9 de a2−250507 ; en déduire les restes possibles modulo 9 de a2.

c. Montrer que les restes possibles modulo 9 de a sont 1 et 8.

2. Justifier que si le couple (a ; b) vérifie la relation (E), alors a > 501. Montrer qu’il n’existe pas de solution du type (501 ; b).

3. On suppose que le couple (a ; b) vérifie la relation (E).

a. Démontrer que a est congru à 503 ou à 505 modulo 9.

b. Déterminer le plus petit entier naturel k tel que le couple (505+9k ; b) soit solution de (E), puis donner le couple solution correspondant.

4. Déduire des questions précédentes une écriture de 250 507 en unproduit deux facteurs.

EXERCICE 4 5 points

Le plan complexe est rapporté au repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v

)

. A, B, C dé-

signent les points d’affixes respectives

a =−2 p 3, b =

p 3−3i et c = 2i.

1. a. Écrire b sous forme exponentielle.

b. Les points A et C sont représentés sur la figure jointe en annexe 1. Construire à la règle et au compas le point B sur ce dessin (laisser les traces de construction apparentes).

2. On désigne par E le barycentre du système {(A ; 1); (C ; 3)} et par F le bary- centre du système {(A ; 2); (B ; 1)}.

a. Établir que l’affixe e du point E est égale à − p 3

2 + 3

2 i.

b. Déterminer l’affixe f du point F.

3. a. Démontrer que le quotient ec eb

peut s’écrire ki où k est un nombre réel

à déterminer. En déduire que, dans le triangle ABC, le point E est le pied de la hauteur issue de B. Placer le point E sur le dessin.

b. Démontrer que le point F possède une propriété analogue. Placer F sur le dessin.

4. On désigne par H le barycentre du système {(A;2); (B ;1); (C ;6)}. Démontrer que le point H est le point d’intersection des droites (BE) et (CF). Qu’en déduit-on pour le point H ?

3

1 2−1−2−3−4

1

2

−1

−2

−3

-4 -3 -2 -1 0 1 2 3

-4

-3

-2

-1

0

1

2

3

x

y

4

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome