Travaux pratiques de modélisation mathématique 10, Exercices de Modélisation mathématique et simulation
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Travaux pratiques de modélisation mathématique 10, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (45.6 KB)
3 pages
170Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de modélisation mathématique 10. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Établir le tableau de variation de la fonction f, Déterminer l’ensemble E des points M de l’espace.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
MetropoleSjuin2001.dvi

[ Baccalauréat S Métropole juin 2001 \

EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats

Soient trois points de l’espace A, B, C non alignés et soit k un réel de l’intervalle [−1 ; 1]. On noteGk le barycentre du système

{(

A, k2+1 )

, (B, k), (C, −k) }

.

1. Représenter les points A, B, C, le milieu I de [BC] et construire les points G1 et G−1.

2. a. Montrer que, pour tout réel k de l’intervalle [−1 ; 1], on a l’égalité :

−−−→ AGk =−

k

k2+1

−−→ BC .

b. Établir le tableau de variation de la fonction f définie sur [−1 ; 1] par

f (x)=− x

x2+1 .

c. En déduire l’ensemble des pointsGk quand k décrit l’intervalle [−1 ; 1].

Pour la suite de l’exercice, aucune figure n’est demandée sur la copie.

3. Déterminer l’ensemble E des points M de l’espace tels que : ∥

∥2 −−→ MA +

−−→ MB −

−−→ MC

∥= ∥

∥2 −−→ MA −

−−→ MB +

−−→ MC

∥ .

4. Déterminer l’ensemble F des points M de l’espace tels que : ∥

∥2 −−→ MA +

−−→ MB −

−−→ MC

∥= ∥

∥2 −−→ MA −

−−→ MB −

−−→ MC

∥ .

5. L’espace est maintenant rapporté à un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→ ,

−→ k

)

.

Les points A, B, C ont pour coordonnées respectives (0 ; 0 ; 2), (−1 ; 2 ; 1) et

(−1 ; 2 ; 5). Le point Gk et les ensembles (E) et (F) sont définis comme ci- dessus.

a. Calculer les coordonnées de G1 et G−1.

Montrer que les ensembles (E) et (F) sont sécants.

b. Calculer le rayon du cercle C intersection de (E) et (F).

EXERCICE 2 5 points Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v

)

[unité gra-

phique : 6 cm].

On considère la suite (αn) de nombres réels définie par α0 = π

2 et, pour tout entier

naturel n, αn+1 = αn + 5π

6 . Pour tout entier naturel n, on appelle Mn le point du

cercle C de centre O et de rayon 1 tel que l’angle (−→ u ,

−−−−→ OMn

)

ait pour mesure αn .

1. Placer les douze points M0, M1, M2, . . ., M11.

2. On appelle zn l’affixe de Mn . Montrer que, pour tout entier naturel n, on a

l’égalité : zn = ei (

π

2 + 512

)

.

3. a. Montrer, pour tout entier naturel n, les propriétés suivantes :

• les points Mn etMn+6 sont diamétralement opposés ; • les points Mn etMn+12 sont confondus.

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

b. Montrer que, pour tout entier naturel n, on a l’égalité zn+4 = e− 2iπ 3 zn .

En déduire que la distance MnMn+4 vaut p 3 puis que le triangle

MnMn+4Mn+8, est équilatéral.

On admettra que tous les triangles équilatéraux ayant pour sommets des points Mn sont de la forme MnMn+4Mn+8.

4. Douze cartons indiscernables au toucher, marquésM0, M1, M2, · · · , M11 sont disposés dans une urne. On tire au hasard et simultanément trois cartons de l’urne. Calculer la probabilité d’obtenir les trois sommets d’un triangle équilatéral.

EXERCICE 2 5 points Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

Leplan complexe est rapporté à un repère orthonormal (

O, −→ u ,

−→ v

)

[unité graphique :

6 cm]. On considère la transformation f du plan qui, à tout point M d’affixe z associe le

point M ′ d’affixe z ′ définie par z ′ = ze 5iπ 6 et on définit une suite de points (Mn) de la

manière suivante : M0 a pour affixe z0 = ei

π

2 et, pour tout entier naturel n, Mn+1 = f (Mn). On appelle zn l’affixe deMn .

1. Déterminer la nature et les éléments caractéristiques de f .

Placer les points M0, M1, M2.

2. Montrer que pour tout entier naturel n, on a l’égalité

zn = e i (

π

2 + 56

)

(on pourra utiliser un raisonnement par récurrence).

3. Soient deux entiers n et p tels que n soit supérieur ou égal à p. Montrer que deux points Mn etMp sont confondus si, et seulement si, (np) est multiple de 12.

4. a. On considère l’équation (E) : 12x−5y = 3 où x et y sont des entiers relatifs. Après avoir vérifié que le couple (4 ; 9) est solution, résoudre l’équation (E).

b. En déduire l’ensemble des entiers naturels n tels queMn appartienne à la demi-droite [Ox).

PROBLÈME 9 points Commun à tous les candidats

Le plan est rapporté à un repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v

)

. Toutes les courbes

demandées seront représentées sur un même graphique (unité graphique : 2 cm).

Partie A

⋆ Étude d’une fonction f

On définit la fonction f sur ]0 ; +∞[ par :

f (x)= ln (p

1+ x−1 )

.

1. Calculer les limites de f en 0 et en +∞.

2. Étudier le sens de variation de f sur ]0 ; +∞[.

Métropole 2 juin 2001

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

3. Soit (C ) la courbe représentative de f dans (

O, −→ u ,

−→ v

)

et A le point de C

d’abscisse 3.

Calculer l’ordonnée de A. Soit B le point deC d’abscisse 5

4 , P le projeté ortho-

gonal de B sur l’axe (

O ; −→ u

)

et H le projeté orthogonal de B sur l’axe (

O ; −→ v

)

.

Déterminer les valeurs exactes des coordonnées des points B, P et H. Placer

les points A, B, P et H dans le repère (

O, −→ u ,

−→ v

)

et représenter la courbe (C ).

Partie B

⋆Utilisation d’une rotation

Soit r la rotation de centre O et d’angle π

2 . À tout point M du plan d’affixe z la rota-

tion r associe le point M ′ d’affixe z ′.

1. a. Donner z ′ en fonction de z.

On note z = x + iy et z ′ = x′+ iy ′ (x, y, x′, y ′ réels). Exprimer x′ et y ′ en fonction de x et y , puis exprimer x et y en fonction de x′ et y ′.

b. Déterminer les coordonnées des points A′, B′ et P′ images respectives des points A, B et P par la rotation r .

2. On appelle g la fonction définie sur R par g (x)= e−2x +2e−x et (Γ) sa courbe

représentative dans le repère (

O, −→ u ,

−→ v

)

.

a. Montrer que lorsqu’un point M appartient à (C ), son image M ′ par r ap- partient à (Γ). On admet que lorsque le point M décrit (C ), le point M ′ décrit (Γ).

b. Tracer sur le graphique précédent les points A′, B′, P′ et la courbe (Γ) (l’étude des variations de g n’est pas demandée).

Partie C ⋆ Calcul d’intégrales

On rappelle que l’image d’un domaine plan par une rotation est un domaine plan demême aire.

1. Calculer l’intégrale ∫ln2

0 g (x)dx.

Interpréter graphiquement cette intégrale.

2. a. Déterminer, en unités d’aire, l’aire A du domaine plan D limité par les segments [AO], [OH] et [HB] et l’arc de courbe (C ) d’extrémités B et A.

b. On pose I = ∫3

5 4

ln (p

1+ x −1 )

dx.

Trouver une relation entre A et I puis en déduire la valeur exacte de l’in- tégrale I.

Métropole 3 juin 2001

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome