Travaux pratiques de physique des dispositifs 9, Exercices de Physique des dispositifs à impulsions
Eleonore_sa
Eleonore_sa6 May 2014

Travaux pratiques de physique des dispositifs 9, Exercices de Physique des dispositifs à impulsions

PDF (219.1 KB)
7 pages
69Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de physique des dispositifs sur la logan au banc d'essai Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Performances et comportement routier, Mesures de reprises, Virage sur une trajectoire circulaire...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 7
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
EXERCICE I: LA LOGAN AU BANC D'ESSAI

Liban 2006 EXERCICE I: LA LOGAN AU BANC D'ESSAI (9 points)La Dacia Logan, conçue par le constructeur français Renault est produite au départ en Roumanie. Elle a fait la une de l'actualité lors de son lancement commercial : elle était en effet présentée comme « la voiture à 5000 euros ». Même si son prix fut finalement plus élevé que prévu, les journalistes automobiles étaient impatients d'évaluer cette voiture d'un nouveau genre.

L'exercice propose de détailler certains tests routiers effectués par les essayeurs d'un magazine automobile et d'étudier un composant du système d'alimentation en gazole du moteur Diesel qui peut équiper la Logan. Donnée : Accélération de la pesanteur: g = 9,8 m.s-2.

Les parties A et B sont indépendantes. PARTIE A: Performances et comportement routier Les paragraphes I, II et IIIsont indépendants. I - Mesures de reprises Le test consiste à faire passer la voiture, en pleine accélération et sur le deuxième rapport de la boîte de vitesses, de 30 km.h-1 à 70 km.h-1 sur une portion de circuit rectiligne et horizontale. On mesure alors le temps nécessaire à cette accélération, ce qui donne une bonne indication de la capacité du véhicule à s'insérer et à évoluer dans le trafic routier. Résultat du test d'accélération donné par le magazine: «passage de 30 km.h-1 à 70 km.h-1 en 5,4 s ». 1. Le vecteur accélération est supposé constant pendant tout le mouvement ; sa norme est notée a1. Le schéma ci-dessous donne les différentes conventions utilisées. L'origine des temps est choisie à l'instant où le centre d'inertie G du véhicule passe au point O avec la vitesse v0 = 30 km.h-1.

a) Donner la relation entre le vecteur accélération 1

a et le vecteur vitesse v du centre

d'inertie G du véhicule. En déduire l'équation horaire de la vitesse du centre d'inertie du véhicule v(t) en fonction de a1, v0 et t.

b) En utilisant le résultat du test d'accélération, montrer que la valeur de l'accélération a1 du véhicule en unité SI est : a1 = 2,1 m.s-2.

2. a) Établir l'équation horaire de la position x(t) du centre d'inertie G en fonction des grandeurs de l'énoncé.

b) En déduire la distance D parcourue par la Logan quand elle passe de 30 km.h-1 à 70 km.h-1, en 5,4 s.

II - Virage sur une trajectoire circulaire Un second test consiste à faire décrire à la voiture une trajectoire circulaire de rayon R = 50 m. Ce test donne une bonne indication de la tenue de route du véhicule. Une chronophotographie (en vue de dessus) représentant les positions successives du centre d'inertie G de la Logan pendant ce test est donnée en annexe à rendre avec la copie (Figure 1 ).

La durée  = 1,00 s sépare deux positions successives du centre de masse G. 1. a) Exprimer les normes des vitesses v3 et v5 du centre d'inertie G aux points G3 et G5 en

fonction des distances G2G4, G4G6 et de la durée .

b) En utilisant la figure 1 montrer que ces vitesses v3 et v5 ont la même valeur d'environ 40 km.h-1.

c) Représenter les vecteurs vitesse v 3 et v 5 sur la figure 1 (échelle: 1 cm pour 2 m.s-1).

d) Représenter le vecteur  v 4 = v 5 - v 3

2. a) Donner l'expression du vecteur accélération a 4au point G4, en fonction de  v 4 et .

b) Calculer la valeur de a4 en unité SI. 3. a) Le constructeur qualifie cette accélération de « latérale ». Quel autre qualificatif utiliserait-

on plutôt en physique ?

b) Peut-on considérer que, pour les passagers de la voiture, l'effet de cette accélération est négligeable devant celui de I'accélération de la pesanteur ?

III - Suspension La Logan est constituée d'une caisse métallique reposant sur ses roues par l'intermédiaire d'une suspension, formée d'un ensemble de quatre ressorts avec amortisseurs. On peut modéliser cette voiture par un pendule élastique vertical dont les oscillations sont amorties. La seule particularité de ce pendule est d'avoir la masse M (correspondant à la caisse) à l'extrémité supérieure du ressort de raideur k ; la mise en oscillation ayant lieu lorsque l'extrémité inférieure du ressort (correspondant à la roue) subit un déplacement vertical, par exemple lors d'un passage sur une bosse (dos d'âne).

1. On considère la caisse de la Logan de masse M = 1 095 kg à l'arrêt, sans passager. Le ressort

est alors comprimé. On appelle | 0| la valeur absolue de la différence entre sa longueur à vide et sa longueur en charge.

a) Faire l'inventaire des forces qui s'exercent sur la caisse.

b) Trouver la relation entre | 0|, M, k et g en appliquant le principe d'inertie. 2. Quatre essayeurs, de masse totale m = 280 kg, montent à bord de la Logan. La caisse

s'affaisse d'une hauteur h = 3,0  10-2 m. La variation de la longueur du ressort en valeur

absolue devient: | | = | 0| + h.

a) En utilisant le résultat de la question 1.b) établir la relation k = m.g

h .

b) Déterminer la dimension de k.

c) Calculer la valeur numérique de k. 3. On note T0 la période propre des oscillations de la caisse de la Logan avec un essayeur, de

masse m1 = 70 kg, sans passager. Montrer que T0 = 0,71 s. 4. Afin que le confort des passagers soit optimal lors du passage sur une bosse, les réglages de

la suspension sont prévus pour que la caisse retrouve sa position initiale sans osciller.

a) L'essayeur prend le volant d'une Logan neuve et roule sur une bosse. Quel est le nom du régime oscillatoire observé ? b) L'essayeur recommence l'expérience avec une Logan ayant déjà beaucoup roulé. Ses amortisseurs étant « fatigués », l'amortissement de la caisse est moins important. Prévoir le comportement de la caisse dans ce cas en utilisant le vocabulaire adapté.

5. A nouveau au volant de la Logan neuve, l'essayeur, de masse m1 = 70 kg, aborde maintenant

un ralentisseur installé par une municipalité à l'entrée de l'agglomération. Il est constitué d'une série de bosses distantes d'une longueur D. Le pendule élastique qui modélise la voiture est donc soumis à une succession d'excitations : la caisse subit des oscillations forcées. L'essayeur constate que l'amplitude des oscillations est beaucoup plus importante qu'au passage d'une seule bosse, la voiture devient plus difficile à contrôler et le conducteur doit ralentir.

a) Quel nom donne-t-on au phénomène observé par l'essayeur ?

b) Quelle doit être la période des excitations pour que ce phénomène ait lieu ?

c) Cette période est la durée t que met la voiture pour passer d'une bosse à l'autre. Calculer la distance D nécessaire pour que le phénomène ait lieu à une vitesse v = 80 km.h-1.

d) Ainsi construit, ce ralentisseur devrait obliger les conducteurs trop rapides à ralentir pour respecter la vitesse de 50 km.h-1 en agglomération. Mais y aurait-il un autre moyen d'éviter le phénomène ressenti lors du passage sur le ralentisseur ? Si oui, expliquer. (On ne tentera pas l'expérience !)

PARTIE B : « L'injecteur par rampe commune » Malgré les tarifs modérés de la Logan, son moteur Diesel bénéficie d'une technologie de pointe: le système d'injection directe de gazole par rampe commune. L'élément essentiel est l'injecteur qui pulvérise en quelques fractions de seconde une très faible quantité de gazole directement dans la chambre de combustion où se produit l'explosion du mélange air-gazole.

On peut schématiser cet injecteur par un long tube creux, percé à son extrémité inférieure d'un très petit trou bouché par une aiguille. C'est par ce trou que pourra sortir le gazole lorsque l'aiguille sera déplacée vers le haut.

Pour déplacer cette aiguille métallique vers le haut, on utilise une bobine qui, lorsqu'elle est traversée par un courant électrique, se comporte comme un aimant et attire alors l'aiguille à elle. Dès que le courant est coupé, l'aiguille reprend sa position initiale et bouche ànouveau le trou.

Un laboratoire de recherche d'un constructeur concurrent demande à un technicien d'étudier les caractéristiques de cette bobine.

I - Prévision d'un dipôle bobine-conducteur ohmique : Pour préparer un protocole d'étude de la bobine de l'injecteur, le technicien choisit d'abord une bobine, d'inductance L et de résistance interne r connues.

Il réalise ensuite le circuit ci-contre où l'interrupteur est au départ fermé.

On rappelle que la tension aux bornes de la bobine

est: uL(t) = L. di

dt + r.i

Données: E = 6,0 V; L = 0,94 H ;

R0 =150 ; r = 20 . 1. L'interrupteur K étant fermé, et le régime permanent établi, l'intensité dans le circuit est

constante et notée I0.

Montrer que I0 = 0

E

R r .

2. A l'instant t0 = 0, l'interrupteur est ouvert. On a alors la relation uL(t) + 0R

u (t) = 0. Établir

l'équation différentielle vérifiée par l'intensité i(t). 3. Le technicien utilise une interface d'acquisition et un capteur de tension pour suivre l'évolution

temporelle de la tension 0R

u (t), à l'ouverture de l'interrupteur. Un tableur permet alors de

calculer le graphe de l'intensité du courant et de tracer le graphe de son évolution temporelle donnée sur la figure 2 de l'annexe.

a) A partir de l'allure de la courbe i(t) de la figure 2, préciser le rôle de la bobine dans ce circuit.

On note  = 0

L

R r la constante de temps de ce circuit.

b) Montrer que  a la dimension d'un temps.

c) Calculer .

d) Mesurer sur le graphique l'intensité i() pour t = . II - Mesure des caractéristiques de la bobine de l'injecteur Le technicien utilise maintenant la bobine de l'injecteur afin de déterminer son inductance L' et sa résistance r' .

Il réalise avec cette bobine le circuit de l'étude précédente (E = 6,0 V; R0= 150 ) et il effectue une nouvelle acquisition comme à la question I-3.

A l'instant t0 = 0, il ouvre l'interrupteur et obtient le tracé donné sur la Figure 3 en annexe à rendre avec la copie. A l'aide de l'étude précédente et du graphique de la figure 3, déterminer :

1. La résistance interne r' de la bobine (on rappelle que I'0 = 0

E

R r ' ).

2. a) Évaluer graphiquement la constante de temps '. b) Déterminer l'inductance L' de la bobine.

EXERCICE I ANNEXE A RENDRE AVEC LA COPIE

Figure 1

ANNEXE A RENDRE (SUITE)

Figure 2

Figure 3

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome