Travaux pratiques de physiques 1, Exercices de Chimie Physique
Eleonore_sa
Eleonore_sa2 May 2014

Travaux pratiques de physiques 1, Exercices de Chimie Physique

PDF (241.3 KB)
5 pages
110Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de physiques sur le cycliste écologiste. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l'étude de la pile saline utilisée par Philippe, le tentative de remplacement des piles, l'étude théorique de la...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 5
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Exercice I. Un cycliste écologiste 6,5 points

Antilles 2009 EXERCICE I. UN CYCLISTE ÉCOLOGISTE (6,5 points)

Partie A : étude de la pile saline utilisée par Philippe

1. Fonctionnement de la pile

1.1. Dans la pile saline utilisée par Philippe l’équation de la réaction se produisant à une des deux

électrodes est : Zn = Zn2+ + 2 e–.

Cette électrode est-elle l’anode ou la cathode ? Justifier la réponse.

1.2. Le couple mis en jeu à la seconde électrode est MnO2 / MnO2H.

Écrire l’équation de la réaction ayant lieu à cette électrode.

1.3. En déduire l’équation globale de fonctionnement de la pile.

2. Usure de la pile

2.1. Le constructeur de la pile indique la quantité maximale d’électricité que peut débiter la pile en

ampère-heure : Qmax = 1,35 Ah. Donnée : 1 Ah correspond à 3,60 103 C.

Si l’intensité I du courant débité par la pile de Philippe est égale à 90,0 mA, déterminer la durée

maximale tmax de fonctionnement de la pile.

2.2. Déterminer la quantité d’électrons n(e–) mise en jeu pendant la durée tmax.

Donnée : constante de Faraday : F = 9,65 104 C.mol-1.

2.3. En déduire la masse m de zinc consommée pendant cette même durée tmax.

Donnée : M(Zn) = 65,4 g.mol-1.

Partie B : tentative de remplacement des piles

Philippe étudie le problème et réunit les renseignements suivants :

- une dynamo (ou alternateur) est un générateur de tension alternative uniquement quand le vélo

roule.

- un circuit électrique (qui ne sera pas étudié dans cet exercice) permet de transformer la tension

alternative en tension continue.

- on peut stocker de l’énergie dans un condensateur et ensuite utiliser cette énergie stockée pour

faire briller une lampe.

La charge du condensateur se fait pendant que le vélo roule et ne pose pas de problème particulier.

Quand le vélo s’arrête, un circuit électronique permet de commencer la décharge du condensateur

dans la lampe.

Philippe, soucieux de l’avenir de notre planète, fait la plupart de ses déplacements à vélo. Un jour, son grand-père l’interpelle : « tu sais que les piles salines de ton éclairage sont polluantes et ont une durée de vie limitée ? » Philippe, un peu penaud, répond oui, bien sûr, mais comment faire autrement ? » - et bien il faut utiliser une dynamo pardi ! - j’y ai bien pensé grand-père mais cela ne donne de la lumière que quand on roule. C’est un peu dangereux ! - oh, il doit bien y avoir une solution… toi qui es si fort en physique, tu peux sans doute trouver une solution !

Première partie : étude expérimentale de la décharge d’un condensateur

Pour savoir si son idée est utilisable, Philippe décide de tester la décharge d’un condensateur de

capacité C = 1,0 µF dans une lampe.

Remarque : on considère que la lampe à incandescence se comporte pratiquement comme un

conducteur ohmique de résistance constante et de faible valeur (22 Ω) ; elle sera donc notée R dans

la suite de l’exercice.

Le schéma du document 1 de l’annexe à rendre avec la copie représente une partie du circuit utilisé

par Philippe (celle qui correspond à la décharge du condensateur).

On n’étudiera pas la charge du condensateur et on considèrera qu’à l’instant t = 0, le condensateur

est chargé de telle manière que uC(0) = 6,0 V.

1. Sur le document 1 de l’annexe à rendre avec la copie, représenter en convention récepteur la

tension uR aux bornes du conducteur ohmique ainsi que la tension uC aux bornes du

condensateur.

2. Philippe souhaite tracer la courbe uC = f(t) grâce à un système informatisé (carte d’acquisition et

logiciel adapté).

Sur le document 1 de l’annexe à rendre avec la copie, indiquer les branchements à réaliser

pour enregistrer la courbe uC = f(t) sur la voie 0 de l’interface notée EA0.

3. Philippe utilise ensuite le logiciel pour calculer et tracer la courbe |i| = f(t). Les courbes obtenues

sont données an annexe à rendre avec la copie (documents 2 et 3).

3.1. À partir du document 2 de l’annexe à rendre avec la copie, déterminer la valeur expérimentale

de la constante de temps  du circuit en faisant apparaître les tracés.

3.2. Valeur théorique de la constante de temps 

3.2.1. Énoncer la relation qui permet de calculer la constante de temps  de ce type de circuit.

3.2.2. Vérifier que  est homogène à un temps grâce à une analyse dimensionnelle.

3.2.3. Calculer la valeur théorique de la constante de temps  de ce circuit.

3.3. Est-ce que la valeur expérimentale de la constante de temps déterminée à la question 3.1. est en

accord avec la valeur théorique trouvée à la question 3.2.3 ?

3.4. La décharge du condensateur dans la lampe d’éclairage du vélo doit permettre d’avoir de la

lumière à l’arrêt pendant au moins 3 minutes (durée du feu au bout de la rue de Philippe).

Philippe a testé sa lampe et il sait qu’elle brille correctement si la valeur absolue de l’intensité du

courant est supérieure ou égale à 80 mA.

À l’aide du document 3 de l’annexe à rendre avec la copie expliquer pourquoi le condensateur

utilisé ne convient pas.

Deuxième partie : étude théorique de la décharge d’un condensateur

Philippe a trouvé sur internet une publicité pour des « super-condensateurs » capables de stocker une

grande quantité d’énergie. Avant d’acheter un super-condensateur, Philippe veut savoir s’il convient. Il

fait donc une étude théorique.

1. Aspect énergétique

1.1. Donner l’expression de l’énergie stockée dans un condensateur puis calculer sa valeur dans le

cas d’un super condensateur de capacité C’ = 1,0 F chargé sous une tension uC = 6,0 V.

1.2. Comparer cette valeur avec celle de l’énergie stockée dans le condensateur utilisé dans la

première partie (C = 1,0 µF) et conclure.

2. Étude de la décharge du super-condensateur dans la lampe

2.1. Expression littérale de l’intensité du courant en fonction du temps : i = f(t)

Le montage étudié est toujours celui du document 1 de l’annexe à rendre avec la copie et on a

toujours uC(0) = 6,0 V.

2.1.1. Dans ce montage, quelle est la relation qui existe entre les tensions uC et uR ?

2.1.2. Établir l’équation différentielle vérifiée par la tension uC.

2.1.3. Une solution de cette équation différentielle est du type : ( ) . t

cu t Ae

où A est une

constante à déterminer.

Déterminer la valeur de A pour ce montage.

2.1.4. Montrer que 22.27,0)(

t

eti

 (toutes les unités étant exprimées dans les unités du

système international).

2.2. Étude de la courbe |i| = f(t).

Philippe trace la courbe |i| = f(t) à l’aide d’un tableur. Il obtient la courbe donnée en annexe à

rendre avec la copie (document 4).

Ce super-condensateur convient-il ? Justifier.

Remarque : on rappelle que la décharge du condensateur dans la lampe d’éclairage du vélo doit

permettre d’avoir de la lumière à l’arrêt pendant au moins 3 minutes (durée du feu au bout de la

rue de Philippe) et que la lampe brille correctement si la valeur absolue de l’intensité du courant

est supérieure ou égale à 80 mA.

ANNEXE DE L’EXERCICE I (À RENDRE AVEC LA COPIE) http://labolycee.org

Document 1 : schéma d’une partie du circuit utilisé par Philippe (partie correspondant à la décharge

du condensateur).

Document 2 : courbe expérimentale uC = f(t).

A

B

C

i

t en s

5  10-5

10  10-5

15  10-5

20  10-5

25  10-5

uC en V

1

2

3

4

5

6

7

Document 3 : courbe expérimentale : |i| = f(t) pour R = 22 Ω et C = 1,0 µF

Document 4 : courbe théorique : |i| = f(t) pour R = 22Ω et C = 1,0 µF

t en s

5  10-5

10  10-5

15  10-5

20  10-5

25  10-5

|i| en A

0,05

0,1

0,15

0,2

0,25

0,3

t en s

50 100

150

200 250

|i| en A

0,05

0,1

0,15

0,2

0,25

0,3

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome