Travaux pratiques de physiques 5 , Exercices de Chimie Physique
Eleonore_sa
Eleonore_sa2 May 2014

Travaux pratiques de physiques 5 , Exercices de Chimie Physique

PDF (428.9 KB)
3 pages
93Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de physiques sur la détection de métaux. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Variation de l’inductance d’une bobine à l’approche d’un métal, L’oscillateur, Recherche de métaux.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
EXERCICE III Détection de Métaux (4 points)

Bac S Métropole 09/2010 Calculatrice interdite

EXERCICE III. DÉTECTION DE MÉTAUX (4 points)

À l’occasion d’un atelier scientifique, deux élèves de terminale S, Léo et Julie s’intéressent aux chercheurs

de trésors. En faisant des investigations sur Internet, ils se lancent avec l’aide de camarades spécialisés en

électronique dans le projet de réaliser un détecteur de métaux, appelé « poêle à frire » par les chercheurs de

trésors.

Un détecteur de métaux est un appareil capable de détecter la présence ou non de métal à distance. Léo et

Julie choisissent une méthode de détection qui s’appuie sur la variation de l’inductance d’une bobine à

l’approche d’un métal. En effet, l’inductance augmente si on approche de la bobine un objet en fer alors

qu’elle diminue si l’objet est en or.

Le détecteur est équivalent à un oscillateur constitué d’un condensateur et d’une bobine.

Du fait de la variation de l’inductance de la bobine, l’oscillateur voit sa fréquence modifiée. Un montage

électronique permet alors de comparer la fréquence de cet oscillateur à une fréquence fixe. La comparaison

indique ainsi la présence de métal et sa nature.

L’objectif de cet exercice est d’étudier le principe d’un détecteur de métal.

Les trois parties de l’exercice sont indépendantes.

1. Variation de l’inductance d’une bobine à l’approche d’un métal

Dans le laboratoire du lycée, Léo et Julie ont à leur disposition une bobine plate portant les indications :

L = 20 mH, r = 5,0 . Ils décident de tester le comportement de cette bobine en présence ou non de métaux

dans le but de vérifier la variation de l’inductance.

Le montage utilisé, schématisé sur la figure 1, est réalisé avec un générateur de tension continue de force

électromotrice E = 5,0 V, un conducteur ohmique de résistance R = 10 Ω et la bobine d’inductance L et de

résistance r.

K

R

-

i

E

L

+

r

u B uR

Figure 1.Montagepermettant l’étude de l’inductance de la bobine

À l’aide d’un système d’acquisition convenablement protégé, ils enregistrent l'évolution de la tension uR aux

bornes du conducteur ohmique de résistance R en fonction du temps. L’origine des temps est prise à

l’instant où l’on ferme l’interrupteur. L’expérience est faite dans un premier temps sans métal à

proximité (courbe a) puis avec un morceau de fer à proximité de la bobine (courbe b) ; les enregistrements

des courbes (a) et (b) sont représentés sur la FIGURE 2 DE L’ANNEXE.

1.1. Étude qualitative des courbes obtenues

1.1.1. Expliquer pourquoi l’évolution de la tension uR aux bornes du conducteur ohmique représente

celle de l’intensité du courant i dans le circuit.

1.1.2. Repérer sur la courbe (a) de la FIGURE 2 DE L’ANNEXE le régime transitoire et le régime

permanent. Expliquer qualitativement le phénomène observé pour l’intensité.

1.1.3. Comment évolue l’intensité du courant dans chaque régime ?

1.1.4. Donner l’expression de la tension uB aux bornes de la bobine. Que devient cette expression

quand le régime permanent est atteint ?

1.2. Exploitation du régime transitoire

1.2.1. La constante de temps du dipôle étudié a pour expression :   

L

R r .

a. Montrer par une analyse dimensionnelle que  est homogène à un temps.

b. Déterminer graphiquement, par une méthode au choix, les valeurs des constantes de temps a

et b respectivement pour les courbes (a) et (b) de la FIGURE 2.

1.2.2. En utilisant l’expression de  et le résultat de la question précédente, comparer les valeurs La et Lb

des inductances de la bobine en présence ou non de fer. L’information donnée à propos du fer

dans le texte est-elle vérifiée ?

2. L’oscillateur

L’oscillateur utilisé dans le détecteur de métaux de Léo et Julie est un montage électronique complexe. Il est

équivalent à un oscillateur électrique non amorti constitué par un condensateur et une bobine de résistance

nulle, schématisé figure 3. Dans un souci de simplification, le dispositif de charge n’est pas représenté sur

la figure 3. Le circuit est orienté comme indiqué sur la figure 3.

L

C

i uC

uL

q

Figure 3. L’oscillateur

2.1. Donner l’expression de la tension uL en fonction de L et i.

2.2. Donner l’expression de l’intensité du courant i en fonction de C et uC.

2.3. En appliquant la loi d’additivité des tensions, établir l’équation différentielle satisfaite par uC.

2.4. L’équation différentielle est de la forme : 2 2

2 2

0

d 4 0

d

C C

u u

t T   

, où T0 représente la période propre de

l’oscillateur. Exprimer T0 en fonction de L et C.

2.5. L’enregistrement de la tension uC en l’absence de métal à proximité de l’oscillateur est donné sur la

FIGURE 4 DE L’ANNEXE. Déterminer graphiquement la période propre T0de l’oscillateur en l’absence de

métal.

2.6. On rappelle qu’en l’absence de métal l’inductance de la bobine vaut 20 mH. En déduire la valeur de la

capacité C utilisée dans l’oscillateur.

Aide aux calculs : 2 = 10 ; 25

= 3,1 8

; 8

= 25

3,2  10 2

3. Recherche de métaux

3.1. On rappelle que l’inductance L del’oscillateuraugmente si on approche de la bobine un objet en fer

alors qu’elle diminue si l’objet est en or. En absence de métal à proximité, la fréquence propre 0 1

2 f

LC  

de l’oscillateurest voisine de 20 kHz. Comment évolue cette fréquence si on approche de la bobine un objet

en or ?

3.2. Léo et Julie sortent du laboratoire et partent sur la plage proche du lycée pour tester leur détecteur en

situation réelle associé à un fréquencemètre. Soudain, au cours de leur recherche,ils détectent un signal de

fréquence égale à 15 kHz. Ont-ils trouvé de l’or ? Justifier.

ANNEXE À RENDRE AVEC LA COPIE

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

1

2

3

0,5

1,5

2,5

3,5

Courbe ( b)Courbe (a )

u R (V)

t (ms)

Figure 2. Évolution temporelle de la tension aux bornes du conducteur ohmique

courbe (a) : bobine seule ; courbe (b) : bobine proche d’un morceau de fer

20

0

2

4

- 2

- 4

40 60 80 100

u C (V)

t (µs)

Figure 4. Évolution temporelle de la tension uC

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome