Travaux pratiques math 1, Exercices de Mathématiques. Ecole Supérieure d'Ingénieurs de Marseille

Travaux pratiques math 1, Exercices de Mathématiques. Ecole Supérieure d'Ingénieurs de Marseille

PDF (42.2 KB)
3 pages
188Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de math 1. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la base orthonormée d’un plan vectoriel euclidien P, l’application linéaire, le repère orthonormé d’un plan affine euclidien P.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
GrenobleCsept1975*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Grenoble septembre 1975 \

EXERCICE 1

Soit B = (

−→ ı ,

−→ )

une base orthonormée d’un plan vectoriel euclidien P .

Partie A

1. On pose −→ u =

−→ ı +2

−→ et

−→ v = 2

−→ ı

−→ et on appelle ϕ l’application linéaire de

P dans P telle que

ϕ (

−→ u )

= 1

2

−→ u

ϕ (

−→ v )

=− 1

2

−→ v

Montrer que B′ = (

−→ u ,

−→ v )

est une base orthogonale de P .

En déduire que l’application linéaire ϕ est entièrement déterminée et écrire sa matrice B dans la base B′.

2. Montrer que ϕ est la composée d’une homothétie vectorielle et d’une isomé- trie vectorielle de P que l’on précisera.

3. Calculer Bn =Bn−1×B, n ∈N⋆.

En déduire lamatrice An deϕn =ϕn−1◦ϕ dans la baseB. Expliciter lamatrice A1 que l’on notera A.

Partie B

Soit R = (O, B) un repère orthonormé d’un plan affine euclidien P associé à P . On appelle f l’application affine de P associée à l’application linéaire ϕ et telle que O′ = f (O) ait pour coordonnées (1 ; 2) dans R.

1. Montrer que les coordonnées (

x′ ; y ′ )

du point M ′ = f (M) s’expriment en fonction des coordonnées (x ; y) du point M par les relations :

x′ = −3x+4y

10 +1

y ′ = 4x+3y

10 +2

2. Quel est l’ensemble des points invariants par f ? Montrer qu’il existe une ho- mothétie ponctuelle H et une isométrie affine S telles que :

f =H S = S H .

Reconnaître la transformation f . Préciser ses éléments caractéristiques et faire une figure indiquant la construction du transformé d’un point par f .

3. Quelle est l’image par f de la droite (D) d’équation

3x−4y +10 = 0 ?

Plus généralement, quelle est l’image par f d’une droite d’équation

ax+by +c = 0 ?

Existe-t-il des droites globalement invariantes par f ? Pouvait-on prévoir le résultat ?

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

4. Soit Ω le point de coordonnées (2 ; 4) et M le point de coordonnées (x ; y) (M 6=Ω).

On définit la suite de points :

M0 =M ; M1 = f (M0) ; M2 = f (M1) ; . . . ; Mn = f (Mn−1) ; . . .

En utilisant les résultats du B 2., montrer que les points Mn appartiennent, suivant la parité de n, à l’une ou l’autre de deux droites que l’on précisera.

5. Calculer les composantes (Xn ; Yn) du vecteur −−−−→ ΩMn dans la base B, en fonc-

tion de x et y .

Quelle est la position limite du point Mn lorsque n augmente indéfiniment ?

6. On choisit (x ; y)=

(

1

2 ; 19

4

)

.

Montrer que, si l’on pose Zn = d (Ω, Mn ) (Zn est la distance euclidienne des points Ω etMn ).

Zn est le terme général d’une suite géométrique dont on précisera le premier terme et la raison.

Quelle est la plus petite valeur de n telle que d (Ω, Mn )< 0,001 ?

EXERCICE 2

Soit f la fonction réelle de la variable réelle définie par :

f (x)= Log x−1

x+1

1. Étudier la fonction f , et tracer sa courbe représentative (C ) dans le plan affine

euclidien P rapporté à un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→ )

.

2. Montrer que la fonction f est intégrable sur [2 ; 3]. Calculer l’aire A du , do-

maine plan délimité par la courbe C , la droite (

O, −→ ı )

, et les droites d’équa-

tions x = 2 et x = 3 (on pourra songer â faire une intégration par parties).

3. On appelle g , la restriction de f à ]1 ; +∞[. Montrer que g est une bijection de ]1 ; +∞[ sur ]−∞ ; 0[. Déterminer g−1.

EXERCICE 3

On rappelle que l’ensemble S des suites réelles muni de l’addition des suites et de la multiplication par un réel est un espace vectoriel sur R. On note (un) une suite et un (n ∈N) le terme de rang n de la suite (un ). On considère l’ensemble E des suites (un ) vérifiant la relation :

un = 4(un−1−un−2) , n ∈N− {0 ; 1}.

1. Montrer que E muni de l’addition et de la multiplication par un réel est un sous-espace vectoriel de S.

2. Déterminer r (r ∈ R⋆) pour que la suite géométrique (r n) soit élément de E . On désignera par a0, a1, . . . , an les termes de rang 1, 2, . . . , n+1 de la suite (r n).

Montrer que la suite (nr n) est élément de E . On désignera par b0,b1, . . . ,bn les termes de rang 1, 2, . . . , n+1 de cette suite (nr n).

3. Soit (un ) un élément quelconque de E . Montrer qu’il existe un couple unique de réels (λ, µ) tel que :

u0 = λa0+µb0 u1 = λa1+µb1.

Grenoble 2 septembre 1975

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

Montrer que, quel que soit n, n ∈N, un est de la forme :

un = λan +µbn

Endéduire une base pour E et l’expression en fonction deu0,u1 etn, du terme général un d’un élément quelconque (un ) de E .

Grenoble 3 septembre 1975

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome