Travaux pratiques physique 5, Exercices de Physique de procédés Technologiques pour Micro et Nano Systèmes
Eleonore_sa
Eleonore_sa30 April 2014

Travaux pratiques physique 5, Exercices de Physique de procédés Technologiques pour Micro et Nano Systèmes

PDF (331.4 KB)
3 pages
242Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de physisque sur l'évolution temporelle de différents systèmes électriques. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Étude comparative des dipôles RL, RC et RLC série, Exemple d’application : fl...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Exercice n°2 : Evolution temporelle de différents systèmes électriques

2005 Asie Calculatrice interdite

II. ÉVOLUTION TEMPORELLE DE DIFFÉRENTS SYSTÈMES ÉLECTRIQUES (5,5 points)

Toutes les questions de cet exercice sont indépendantes.

1. Étude comparative des dipôles RL, RC et RLC série.

On réalise successivement les circuits correspondant aux montages 1, 2 et 3.

Dans le montage 1, le condensateur est initialement déchargé, alors que dans le montage 3, il est

initialement chargé. Le sens positif de l’intensité du courant i est indiqué sur les schémas.

1.1. On visualise à l’aide d’un système approprié la tension uR aux bornes du conducteur ohmique.

1.1.1. Préciser entre quels points on doit réaliser le branchement.

1.1.2. Expliquer pourquoi on visualise alors les variations de l’intensité du courant.

1.2.On ferme l’interrupteur et on observe, à partir des montages précédents, les oscillogrammes a, b et c.

Le trait pointillé correspond à la trace du spot en l’absence de tension sur les deux voies.

Affecter à chaque montage l’oscillogramme correspondant. Justifier brièvement les réponses.

2. Exemple d’application : flash d’appareil photographique jetable.

Certains appareils photographiques sont équipés d’un flash dont le principe de fonctionnement est

expliqué ci-dessous.

1ère phase

A la fermeture de l’interrupteur K1, la pile

alimente l’oscillateur qui délivre alors une

tension alternative ; celle-ci peut être élevée

grâce au transformateur ; le redresseur permet

d’obtenir une tension continue de l’ordre de

quelques centaines de volts entre les points P et

N. Le condensateur se charge et emmagasine

alors de l’énergie.

2nde phase

Au moment où le photographe appuie sur le

déclencheur, l’interrupteur K2 se ferme et le

condensateur libère alors quasi instantanément

l’énergie emmagasinée dans la lampe, ce qui

produit un flash lumineux

Montage 1 Montage 2 Montage 3

Oscillogramme a Oscillogramme b Oscillogramme c

Le schéma équivalent au schéma de principe de la

page précédente est représenté ci-contre.

Données :

C = 100 F uC : tension aux bornes du condensateur

+ : sens positif du courant dans la branche AB.

Une étude expérimentale du dispositif a permis d’obtenir les courbes I et II de l’annexe, à rendre avec la

copie.

2.1. Identification des courbes.

2.1.1. Associer à chaque phase de fonctionnement du flash décrite page précédente, les phénomènes de

charge et de décharge du condensateur.

2.1.2. Affecter à chacune des courbes (I et II) la phase correspondante.

2.2. Évolution temporelle du système lors des deux phases.

Les courbes I et II de l’annexe permettent d’évaluer graphiquement la constante de temps lors de chacune des phases.

Expliquer et utiliser une méthode au choix permettant de déterminer .

Vérifier sur l’annexe qu’on obtient : (courbe I) 0,1 ms et (courbe II) 3 s.

En déduire les valeurs approchées de R et de r.

2.3. Puissances mises en jeu lors des deux phases.

La puissance moyenne P, mise en jeu lors d’un échange d’énergie E pendant la durée t, est donnée par

la relation : P = t

E

avec E en joules, t en secondes et P en watts.

2.3.1. Quelle est la tension maximale aux bornes du condensateur ?

2.3.2. En déduire l’énergie maximale emmagasinée dans le condensateur.

2.3.3. On considère que la charge ou la décharge est complète à t = 5. Utiliser les valeurs indiquées au paragraphe 2.2.2. pour calculer la puissance moyenne mise en jeu lors de

chaque phase. Quel est l’intérêt pratique de la différence constatée ?

En déduire pourquoi la résistance r du tube éclair doit être petite.

2.4. Étude théorique du dispositif utilisé.

2.4.1. Préciser le signe des charges portées par chacune des armatures du condensateur lorsqu’il est

chargé. Indiquer, lors de chaque phase, si le courant circule dans la branche AB dans le sens positif choisi

en justifiant brièvement.

2.4.2. Établir l’équation différentielle vérifiée par uC c’est-à-dire la relation entre la fonction uC(t) et sa

dérivée par rapport au temps lors de chacune des phases de fonctionnement.

ANNEXE À RENDRE AVEC LA COPIE

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome