Travaux pratiques - physisque 7 - correction, Exercices de Physique de procédés Technologiques pour Micro et Nano Systèmes
Eleonore_sa
Eleonore_sa30 April 2014

Travaux pratiques - physisque 7 - correction, Exercices de Physique de procédés Technologiques pour Micro et Nano Systèmes

PDF (214.4 KB)
2 pages
437Numéro de visites
Description
Travaux pratiques de physisque sur la modélisation d’une alarme - correction. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le fonctionnement simplifié d’une alarme d’appartement, l’alarme peut-elle se déclencher de m...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Exercice n°1 : Modélisation d’une alarme

National 2005 Exercice n°1 : Modélisation d’une alarme (4 points) Sans calculatrice

Correction

I. Première partie : fonctionnement simplifié d’une alarme d’appartement

1. Étude de la charge du condensateur dans le circuit RC

1.1.

1.2.

La constante de temps est l’abscisse du point d’intersection entre la tangente à la courbe à la date t = 0 s et

l’asymptote horizontale.

Sur le graphique, à l'aide d'une règle graduée, on constate que 300s  10cm

soit 1cm pour 30 s

pour  on mesure 1,7cm

 = 301,7 = = 51s

1.3. = RC

= 47.1031,110310-6

 = 471,1 = 52 s

la valeur obtenue est bien en

accord avec le résultat précédent.

2. Déclenchement de l’alarme :

2.1. t correspond à la durée nécessaire pour que uC atteigne 8,0 V.

Sur le graphique, on mesure t correspond à 3,8 cm. On a établi précédemment que 1cm correspond à 30s.

Donc t = 3,8 30 = 33,810 = (33 + 30,8)10 = 11,410 = 114 s.

On peut dire que t = 1,1102 s.

2.2.Quand on ferme la porte, le condensateur est mis en court-circuit. Il se décharge quasiment

instantanément (R = 0 ), la tension aux bornes du condensateur s’annule. Or il faut uC = 8,0 V pour que la

sirène se déclenche.

i

E

R

A

B

C uAB

Y

t 

II. Deuxième partie : l’alarme peut-elle se déclencher de manière intempestive ?

1. Courbe a : ce sont des oscillations qui se répètent de façon régulière mais avec une amplitude qui

diminue au cours du temps : c’est le régime pseudo-périodique.

Courbe b : il n’y a pas d’oscillations, le condensateur se charge de façon exponentielle : régime

apériodique.

Plus la valeur de la résistance est élevée et plus les oscillations sont amorties rapidement. Si R est

supérieure à une certaine valeur alors il n'y a pas d'oscillations.

Courbe a: R1 = 160  Courbe b: R2 = 2,4 k.

2. i = dt

dq et q = C.uAB soit

dt

du Ci AB donc i s’annule quand uAB devient constante,

soit pour t > 4 ms

3. En appliquant l’additivité des tensions, il vient : E = uL + uR + uAB = L dt

di + Ri + uAB

Quand le condensateur est chargé i = 0 et ne varie plus (régime permanent dt

di = 0), la relation précédente

devient : uAB = E

Soit uAB finale = 9,0 V.

4. L’alarme se déclenche dès que la tension uAB atteint 8 V.

Pour le régime associé à la courbe (a), le déclenchement aurait lieu au bout d’une durée d’environ 0,2 ms,

durée trop courte pour pouvoir mettre l’alarme en marche et sortir de l’appartement.

5. Dans la première partie: R = 47 k et C = 1,1103 µF. De plus L < 1 mH.

1 2

1047 1,1

2

1047

101

10101,1

2

1047

2

33

3

633

 

 

 

 

L

CR

car L <1 donc 1 / L > 1 et 11,1 

Le rapport précédent est supérieur ou égal à 1 , des oscillations ne peuvent pas apparaître.

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome