Dictèe (Francese Unisalento), Autres de Langue Française. Università del Salento (UNISA)
mtron92
mtron929 avril 2017

Dictèe (Francese Unisalento), Autres de Langue Française. Università del Salento (UNISA)

PDF (50 KB)
9 pages
44Numéro de visites
Description
Esercitazioni di dettati per sostenere la prova scritta dell'esame di Lingua Francese 1, all'Università del Salento.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 9
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 9 pages
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 9 pages
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 9 pages
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 9 pages
Télécharger le document
08Dict es lacarte

DICTÉES SPÉCIALISÉES – HOMONYMES

D IC

TÉ ES

À L

A CA

RT E

w w

w .c

cd m

d. qc

.c a/

fr

1. surement 2. leurs classes respectives

1. La rentrée scolaire

On sait que l’entrée au cégep est une expérience qui peut être enrichissante ou, au

contraire, très pénible. En effet, quel élève n’a pas subi la vengeance des plus vieux

lors des initiations qui se déroulent dans le cadre d’activités de bienvenue ? Mais ce

dont l’étudiant se souvient le plus, c’est du sentiment d’insécurité qui l’a habité

peu de temps avant le premier jour de classe.

Laissons le soin à Stéphanie de nous raconter ce qu’elle se rappelle de ces

moments décisifs qui précèdent cet instant tant attendu et tant redouté tout à la

fois : « Durant l’été, il m’est quelquefois arrivé de penser au collège, mais je n’y

accordais pas trop d’importance. Sans que je m’en rende compte, la belle saison

s’est terminée : il ne restait qu’une semaine de vacances. Puis, ces derniers jours

ont filé à une vitesse encore plus grande.

« C’est ainsi que me voilà rendue à ce matin fatidique dont ont dû sûrement1

parler les étudiants dans leur classe respective2. J’étais nerveuse et excitée tout à la

fois. Mais je dois dire que je m’en suis tirée à bon compte : j’ai évité l’initiation de

justesse et j’ai participé à toutes les activités où et quand ça me plaisait. Je peux

maintenant affirmer que j’ai réussi à apprivoiser ce nouvel environnement. Moi

qui n’y voyais que des difficultés, j’ai fini par m’y habituer. »

DICTÉES SPÉCIALISÉES – HOMONYMES

D IC

TÉ ES

À L

A CA

RT E

w w

w .c

cd m

d. qc

.c a/

fr

1. gout

2. Une vocation

Depuis deux ans, Louise étudie au collège de La Pocatière en soins infirmiers.

C’est un domaine qui l’a toujours fascinée. Ce qui l’intéresse davantage, c’est l’aspect

humain plutôt que l’aspect médical ou le salaire. Tout ce qu’elle désire, c’est aider

les gens en leur dispensant des soins appropriés.

Bien sûr, ses professeurs l’ont remarquée. Il faut mentionner que Louise réussit

dans tous ses cours. Jusqu’à maintenant, on n’avait jamais constaté un si grand

intérêt parmi les étudiants inscrits à ce programme. Il y a bien un certain cours

qui l’ennuie un peu, mais peut-être est-ce dû à son manque de goût1 pour les

mathématiques. Cependant, quand elle s’y met, elle peut être performante là aussi

bien que dans ses autres cours.

Il y a beaucoup d’avantages à être infirmière : les postes abondent et certaines

conditions de travail sont alléchantes. Par contre, les horaires de soir et de nuit, la

surcharge de travail et les réductions budgétaires découragent les futurs candidats.

D’ailleurs, toutes ces contraintes ont passablement affaibli la popularité de ce secteur

d’emploi.

Malgré tout, Louise adore ce métier où elle peut se réaliser pleinement. Elle a

toujours su où elle allait et tout la porte à croire qu’elle réussira ce qu’elle a entrepris.

DICTÉES SPÉCIALISÉES – HOMONYMES

D IC

TÉ ES

À L

A CA

RT E

w w

w .c

cd m

d. qc

.c a/

fr 3. Toute une journée !

Aujourd’hui, je sens que la journée ne se passera pas sans anicroche* puisqu’elle

débute avec un examen de chimie pour lequel je ne suis pas prêt. Quoique la matière

ne soit pas trop difficile, j’aurais dû étudier davantage. Je suis censé connaître à

fond les trois premiers chapitres, mais comme je n’y ai consacré que quelques

heures d’étude et que je n’ai jamais consulté le professeur durant la période du

cours allouée aux questions des étudiants, je me trouve plutôt en mauvaise posture.

Aussitôt l’examen terminé, une épreuve supplémentaire m’attend : un travail

d’équipe en français. Il y a, bien sûr, un grand nombre d’avantages à faire partie

d’une équipe ; entre autres, le partage des tâches permet de ne pas trop s’en faire :

à quatre ou cinq, on peut obtenir de bons résultats. Par contre, quand personne

n’assume la coordination, il s’en trouve toujours un ou deux pour omettre un

détail essentiel, ce qui a pour conséquence de compromettre quelque peu la qualité

du produit final. Quant à moi qui ne travaille bien qu’acculé au pied du mur, quoi

que je fasse, je ne réussis jamais à remettre mon travail plus tôt qu’à la date prévue.

À la longue, j’en ai pris mon parti.

DICTÉES SPÉCIALISÉES – HOMONYMES

D IC

TÉ ES

À L

A CA

RT E

w w

w .c

cd m

d. qc

.c a/

fr 4. Voyager en hiver

Cet hiver, quoi qu’il arrive, quelle que soit ma situation financière, je prends des

vacances dans le Sud. J’irai peut-être en République dominicaine ou à Cuba. Dans

le fond, peu importe la destination : c’est une folle envie de soleil qui se couche

sur l’océan et un goût1 irrésistible de chaleur qui m’ont décidée.

Qu’il est bon de se trouver sur une plage, de s’y prélasser sans s’en faire outre

mesure ! Je rêve de ces palmiers gigantesques dont l’ombre rafraîchissante2 nous

protège des rayons du soleil qui sont parfois si ardents, surtout quand on sait

combien l’astre solaire peut être dangereux. J’imagine une mer qui se balance au

gré du vent et moi qui m’y jette sans craindre les vagues, qui sont plutôt inoffensives

dans la plupart de ces endroits de villégiature.

J’aurais aimé partir au mois de décembre quoique les prix soient beaucoup

plus élevés à cette période de l’année. Mon mari, quant à lui, m’a demandé d’y aller

plus tôt. Comme il me l’a expliqué, il n’a pas tellement le choix puisque son patron

ne lui a accordé que deux semaines de congé en novembre, et ce, sans le consulter.

Mais ça m’est égal : ce qui compte pour moi, c’est qu’on s’envole vers une île3 où

tous les tracas sont laissés derrière soi.

1. gout 2. rafraichissante 3. ile

DICTÉES SPÉCIALISÉES – HOMONYMES

D IC

TÉ ES

À L

A CA

RT E

w w

w .c

cd m

d. qc

.c a/

fr 5. Le village endormi

Un village dort, caché sous le béton des villes. C’est en marchant le long des rues

les moins fréquentées que l’on peut percevoir ce phénomène. Ici, à travers l’asphalte,

un bouquet de brins d’herbe cherche à se faire une place au soleil. Un peu plus

loin, le dégel a tracé un sillon dans le bitume, laissant entrevoir ce vieux chemin

de terre battue, celui où le cheval était roi. Là, les anciens murs de pierre1 d’une

église sont encore debout, témoins de son appartenance à des temps révolus.

Ailleurs, un terrain abandonné s’est redonné un air de campagne, arborant

fièrement ses couleurs : le vert de ses arbustes, le mauve et le jaune de ses fleurs

sauvages.

Mais il y a plus. Dans une cour échevelée, deux berceuses de bois, animées par

le vent, ont pour mission de raviver le souvenir de ces soirées où l’on veillait sur le

balcon. On peut aussi voir un pot de terre où s’étire un plant de tomates ou de

thym, poussant peut-être jusqu’au nez du passant son odeur de terre mouillée.

Ni ces objets ni ces lieux, on le sait, n’y changeront rien : on ne peut réanimer

le village d’antan. Ils en sont pourtant les gardiens, rappelant aux citadins ce que

peut être la vie près de la nature.

1. pierres

DICTÉES SPÉCIALISÉES – HOMONYMES

D IC

TÉ ES

À L

A CA

RT E

w w

w .c

cd m

d. qc

.c a/

fr 6. La Gaspésie

Cet été, plutôt que de rester en ville à supporter la chaleur, j’ai décidé de visiter un

coin du Québec. J’ai choisi une région qui offrait une multitude d’avantages et qui

m’a permis d’en avoir pour mon argent : la Gaspésie. De plus, comme je travaille à

mon compte et que je peux prendre des vacances quand bon me semble, j’ai résolu

de partir plus tôt qu’à l’accoutumée afin de devancer l’arrivée massive des touristes.

La ville qui m’a davantage plu est située face au rocher qui l’a popularisée ; il

s’agit de Percé. Le premier matin de mon séjour, j’ai dû me réveiller au moins cent

fois. Le doux bruit des vagues, auquel je n’étais pas habitué, m’a dérangé. Quand

on est un citadin comme moi, on est davantage bercé par les coups de klaxons sans

cesse répétés, par le bruit ambiant au travail, bref, par l’activité plutôt assourdissante

de la vie urbaine.

Le deuxième jour, je me suis levé plus tôt afin de bénéficier du merveilleux

spectacle qu’offrait le soleil matinal. Je me suis dirigé prestement vers le quai où

un pêcheur, au travail depuis plus d’une heure déjà, remontait ses cages à homards.

Ce geste est répété quelques fois durant la journée si le temps est maussade,

davantage s’il se montre clément.

DICTÉES SPÉCIALISÉES – HOMONYMES

D IC

TÉ ES

À L

A CA

RT E

w w

w .c

cd m

d. qc

.c a/

fr 7. La querelle des Anciens et des Modernes

Au XVIIe siècle, un différend opposa deux groupes d’écrivains. Les Anciens

prétendaient que les œuvres littéraires de l’Antiquité surpassaient tout ce que les

auteurs présents et futurs pourraient écrire. Quant au parti des Modernes, il

soutenait que la littérature ne pouvait qu’évoluer et s’améliorer avec le temps.

Ces avis différents avaient pour défenseurs des hommes célèbres. L’auteur de

contes le plus connu, Charles Perrault, faisait partie du groupe des Modernes.

Nous avons tous été séduits par les courts récits de ce fameux créateur. Dans le

camp des conservateurs, on retrouvait Jean de La Fontaine qui, bien qu’il ait écrit

ses fables il y a plus de trois cents1 ans, est certainement encore de notre temps le

maître2 du genre.

Cette querelle crût tant qu’elle devint une véritable crise quand Perrault

affirma, devant les membres de l’Académie française et, qui plus est, en présence

de Louis XIV et de sa cour, que les auteurs du siècle en cours étaient supérieurs à

ceux de l’Antiquité. Les Anciens furent scandalisés par ce que Perrault avançait et

ils voulurent lui régler son compte en ridiculisant par leurs écrits l’impertinent

qui avait cru pouvoir leur donner ainsi un cours de littérature. Cette querelle

échauffa tant les esprits qu’elle se poursuivit au siècle suivant.

1. trois-cents 2. maitre

DICTÉES SPÉCIALISÉES – HOMONYMES

D IC

TÉ ES

À L

A CA

RT E

w w

w .c

cd m

d. qc

.c a/

fr 8. L’escalier

J’avais autrefois pour amie une dame âgée, voisine de palier, avec laquelle je

partageais un balcon donnant sur la cour et... un différend avec un propriétaire

radin et indiscret. Quand ce dernier se pointait le nez dans notre escalier vermoulu,

négligeant de se cacher pour nous épier, madame Simon me chuchotait : « Regarde,

c’est encore cet imbécile. Il se romprait le cou plutôt que de réparer ce vieil escalier. »

En fait, cet homme négligent était davantage occupé à faire ses comptes qu’à

entretenir ses propriétés.

Un matin, bien tôt, alors que je profitais un peu du soleil, je vis arriver les

enfants de madame Simon, suivis de près par le propriétaire. J’ai alors cru qu’elle

était malade, car elle recevait rarement aussi tôt.

Lorsque ses visiteurs s’en sont allés, je me suis aussitôt précipitée chez elle.

« Tu peux me dire adieu, ma fille, me dit-elle, ils m’ont trouvé une place à l’hospice !

Le propriétaire leur a conté que c’était dangereux pour moi de descendre un étage.

Je n’y survivrai pas. »

Madame Simon est morte dans son sommeil trois mois plus tard. Quant à

moi, j’ai fui cette maison dès que je l’ai pu. Le jour de mon départ, au moment où

la dernière boîte1 était placée dans le camion des déménageurs, l’escalier, que nous

venions tout juste de quitter, s’est effondré.

1. boite

DICTÉES SPÉCIALISÉES – HOMONYMES

D IC

TÉ ES

À L

A CA

RT E

w w

w .c

cd m

d. qc

.c a/

fr 9. L’hiver

Certains matins d’hiver, on se réveille sans savoir quel temps il fait. On regarde

par la fenêtre, on étire le cou, et la première chose que l’on sait, c’est que la neige

s’est amoncelée durant la nuit sans qu’on s’en soit rendu compte.

Les enfants, on peut en être sûr, adorent jouer dehors même si quelquefois le

froid leur pique les yeux. Quand la neige se manifeste, peu d’entre eux résistent à

l’envie de s’élancer aussitôt dans la cour de la maison. Les voilà prêts pour une

fantastique partie de balles. Dès que les coups pleuvent, les cris fusent de toutes

parts1. Il peut arriver qu’un petit garnement se blesse, mais c’est plutôt rare. La

plupart du temps, la scène atteint son apogée avec un combat de chatouillis qui

plonge2 les enfants dans un fou rire sans bon sens.

Quant à ceux qui ont refusé de participer à ces jeux, ils s’en mordent les

doigts. Ils ont cru qu’ils s’ennuieraient et, maintenant, ils sont là, tout penauds, se

tenant près de la clôture, tenaillés par le désir de se joindre à ces jeux plutôt

attirants. Finalement, davantage menés par leur envie que par leur orgueil, ils

s’abandonneront sans retenue à ces plaisirs enfantins.

1. toute part 2. plongent

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 9 pages
Télécharger le document