Economie international , Lectures de Economia Internazionale. Università di Torino
blackman2
blackman25 septembre 2016

Economie international , Lectures de Economia Internazionale. Università di Torino

PDF (13 MB)
247 pages
1000+Numéro de visites
Description
nozione e esercizi di economia internazionale
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 247
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 247 pages
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 247 pages
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 247 pages
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 247 pages
Télécharger le document

ECO 434 : Economie Internationale

Gregory Corcos et Isabelle Méjean Ecole polytechnique, 2e année

12 mars 2016

2

Table des matières

1 Introduction 7 1.1 Qu’est-ce que l’économie internationale ? . . . . . . . . . . . . 7

1.1.1 Les questions de l’économie internationale . . . . . . . 7 1.1.2 Transactions réelles et transactions financières . . . . . 9

1.2 Les flux internationaux de biens et services . . . . . . . . . . . 14 1.2.1 Evolution du commerce mondial . . . . . . . . . . . . . 14 1.2.2 Qui commerce avec qui ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 1.2.3 Nature des échanges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

1.3 Les flux internationaux de capitaux . . . . . . . . . . . . . . . 24 1.3.1 Evolution des échanges d’actifs financiers . . . . . . . . 24 1.3.2 Qui échange avec qui ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 1.3.3 Nature des échanges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

1.4 Le marché des changes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

2 Modèles néoclassiques de commerce 41 2.1 Le concept d’avantage comparatif . . . . . . . . . . . . . . . . 41 2.2 Le modèle ricardien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

2.2.1 Hypothèses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 2.2.2 L’équilibre autarcique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 2.2.3 L’équilibre en économie ouverte . . . . . . . . . . . . . 50 2.2.4 La détermination des salaires . . . . . . . . . . . . . . 54 2.2.5 Extensions et tests empiriques . . . . . . . . . . . . . . 55

2.3 Le modèle HOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 2.3.1 Hypothèses du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 2.3.2 L’équilibre : Autarcie versus économie ouverte . . . . . 69 2.3.3 Ouverture et inégalités de revenus : le théorème de

Stolper-Samuelson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 2.3.4 Le rôle des dotations factorielles : le théorème de Rybc-

zynski . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 2.3.5 Tests empiriques : Le paradoxe de Leontief . . . . . . . 81

2.4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

3

4 TABLE DES MATIÈRES

3 Concurrence imparfaite 87 3.1 Le modèle de Krugman . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

3.1.1 Ingrédients du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 3.1.2 Hypothèses du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 3.1.3 L’équilibre du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

3.2 Le modèle de Helpman-Krugman . . . . . . . . . . . . . . . . 102 3.2.1 Hypothèses du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 3.2.2 L’équilibre en économie ouverte . . . . . . . . . . . . . 103

3.3 Evidences empiriques : L’équation de gravité . . . . . . . . . . 106 3.3.1 Microfondation de l’équation de gravité . . . . . . . . . 106 3.3.2 Estimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 3.3.3 Les enseignements de l’équation de gravité . . . . . . . 113 3.3.4 Limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

3.4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

4 Solde Courant 123 4.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

4.1.1 La Balance des Paiements . . . . . . . . . . . . . . . . 124 4.1.2 Solde courant et épargne nette . . . . . . . . . . . . . . 126 4.1.3 La position extérieure nette . . . . . . . . . . . . . . . 128 4.1.4 Les taux de change nominal et réel . . . . . . . . . . . 129

4.2 L’approche intertemporelle du solde courant . . . . . . . . . . 130 4.2.1 Le modèle de Fisher : un bien, un actif, deux périodes . 131 4.2.2 Deux biens, un actif, deux périodes : solde courant et

change réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 4.3 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138

5 Déséquilibres structurels 139 5.1 Croissance et flux financiers internationaux à long terme . . . 139

5.1.1 Hypothèses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 5.1.2 Autarcie financière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 5.1.3 Libre-échange de capitaux, petite économie ouverte . . 142 5.1.4 Epargne endogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144

5.2 Déséquilibres structurels mondiaux . . . . . . . . . . . . . . . 148 5.2.1 Un aperçu des déséquilibres mondiaux dans les données 149 5.2.2 Explications possibles des déséquilibres structurels . . . 150 5.2.3 Un modèle avec marchés financiers incomplets . . . . . 156

5.3 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

TABLE DES MATIÈRES 5

6 Taux de change 163 6.1 Change réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

6.1.1 L’hypothèse de Parité de Pouvoir d’Achat . . . . . . . 163 6.1.2 TCR, prix des non-échangeables et revenu par habitant 167 6.1.3 TCR et compétitivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 6.1.4 Discrimination géographique par les prix (Pricing to

Market) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 6.2 Change nominal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172

6.2.1 Les parités de taux d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . 172 6.2.2 Modèles monétaires du change nominal . . . . . . . . . 176

6.3 Conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186

7 Change fixe et flexible 189 7.1 Typologie des régimes de change . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 7.2 Ajustement en change fixe et flexible . . . . . . . . . . . . . . 191

7.2.1 Ajustement en change flexible . . . . . . . . . . . . . . 192 7.2.2 Ajustement en change fixe . . . . . . . . . . . . . . . . 195 7.2.3 Une comparaison de l’ajustement en change fixe et

flexible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 7.3 Crises de change . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199

7.3.1 Crises de change de première génération . . . . . . . . 200 7.3.2 Crises de change de deuxième génération . . . . . . . . 205 7.3.3 Crises de change de troisième génération . . . . . . . . 210 7.3.4 Conclusion sur les crises de change . . . . . . . . . . . 211

7.4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214

Bibliographie 216

Enoncés de Petites Classes 221

6 TABLE DES MATIÈRES

Chapitre 1

Introduction générale

1.1 Qu’est-ce que l’économie internationale ?

1.1.1 Les questions de l’économie internationale

L’économie internationale est l’étude des interdépendances entre écono- mies nationales. Ces interdépendances prennent la forme de flux internatio- naux de biens et services, d’échanges d’actifs financiers, de migrations ou encore d’investissements directs à l’étranger. L’étude de l’économie interna- tionale utilise les mêmes méthodes analytiques que les autres champs de l’éco- nomie. En particulier, les comportements des agents participant aux marchés internationaux sont dictés par les mêmes motifs que pour des transactions sur les marchés domestiques.

Certaines spécificités expliquent cependant le statut à part de ce champ. Ces spécificités concernent à la fois les déterminants microéconomiques de l’échange international et ses déterminants macroéconomiques. Au niveau macroéconomique, les échanges se font entre états indépendants, qui décident de leur politique économique sur la base d’intérêts purement nationaux. Cette spécificité implique que les politiques économiques choisies à l’optimal d’un pays peuvent se révéler néfastes pour le pays avec qui il échange. En outre, l’existence même de ces échanges implique que les nations souveraines ont à décider de la conduite de nouvelles politiques économiques. Ces nouveaux instruments de politique économique concernent la régulation des flux inter- nationaux de biens et services (politique commerciale), la règlementation des flux de capitaux (régulation financière) ou encore la politique de change.

Au niveau microéconomique, la participation par des entreprises ou des institutions financières à l’échange international implique de prendre en compte les spécificités de ces marchés. Les coûts à l’échange y sont plus importants, du fait de l’existence de barrières tarifaires, de différences de régulation ou

7

8 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

encore d’écarts culturels. Ces coûts peuvent limiter la propension des agents économiques à participer à l’échange international. A l’inverse, l’échange in- ternational peut offrir de nouvelles opportunités de contournement des régu- lations nationales (optimisation fiscale par exemple). Pour estimer le volume des échanges et l’impact des régulations nationales sur ce volume, il est cru- cial de bien comprendre ce qui guide les stratégies microéconomiques. Tous ces éléments justifient d’étudier les flux internationaux de manière spécifique.

Les questions que se pose l’économie internationale sont étroitement liées à la nature des enjeux de politique économique spécifiques aux transactions internationales. Par exemple, la question de l’optimalité d’une politique com- merciale régulant les flux de biens et services est étroitement liée à celle des gains au commerce. S’il est intuitif que certains flux de biens et services sont efficaces du point de vue économique (par exemple, les importations d’agrumes par des pays nordiques), la question de l’optimalité globale du libre-échange est beaucoup plus controversée, historiquement et aujourd’hui encore. Les modèles que nous étudierons dans ce cours montrent comment l’échange international de biens et services peut être source de gains en bien- être grâce à une utilisation plus efficace des ressources productives.

La question de l’échange international est également liée à celle des flux internationaux de capitaux. Ici aussi, la question de l’optimalité est large- ment débattue. Il n’est pas évident a priori de comprendre pourquoi il est bénéfique à un pays d’être un prêteur net sur les marchés internationaux ou, au contraire, de vivre au-dessus de ses moyens en empruntant à l’étranger (comme c’est le cas par exemple des Etats-Unis depuis le début des an- nées 90). Pourtant, l’analyse macroéconomique montre comment de telles positions extérieures nettes permettent aux pays ouverts aux capitaux inter- nationaux d’échanger des biens contre la promesse de biens futurs, ce qui améliore le lissage des flux intertemporels de revenus. En outre, l’échange d’actifs risqués entre les économies nationales peut conduire à une meilleure diversification des portefeuilles nationaux et donc, au niveau agrégé, réduire la variance des revenus.

Si les gains à l’échange international, de biens et services comme d’actifs financiers, sont positifs dans la plupart des cadres analytiques, cela ne signifie pas qu’il améliore la situation de tous les agents qui constituent l’économie nationale. Même avec des gains globaux positifs, certains groupes peuvent se retrouver négativement affectés par l’ouverture aux échanges internatio- naux. L’analyse économique s’inquiète évidemment de cette possibilité qui peut conduire à des politiques de redistribution visant à compenser les “per- dants”, voire à des politiques de régulation limitant les effets de l’ouverture sur la répartition des ressources. Dans ce dernier cas, les outils de l’économie internationale sont utilisés pour évaluer les pertes et les gains induits par de

1.1. QU’EST-CE QUE L’ÉCONOMIE INTERNATIONALE ? 9

telles politiques. Historiquement, la question de la politique de change a été un thème cen-

tral de l’économie internationale. Jusqu’au début des années 70, la plupart des économies contrôlent la valeur de leur monnaie en régulant les flux de ca- pitaux et/ou en jouant le rôle de contrepartie de la demande nette de monnaie nationale pour maintenir une parité - en or ou en dollars. Pourtant, depuis le milieu des années 70, de nombreux pays ont mis en place des politiques de change flottant, laissant fluctuer la parité de leur monnaie nationale en fonction de l’offre et de la demande sur le marché des changes. Les politiques de change fixe se sont en effet révélées contraignantes pour les économies nationales, pouvant même mener à des crises financières lorsque la parité se révélait incohérente avec les fondamentaux de l’économie nationale.

Alors même que la tendance est au flottement des monnaies, l’économie mondiale a récemment vécu une expérience importante d’intégration moné- taire. En 1999, 12 pays européens ont décidé d’abandonner leur souveraineté monétaire pour former une union monétaire. Une telle politique conduit de facto à fixer irrévocablement la parité des monnaies nationales à l’intérieur de la zone. Dans le même temps, le régime de change choisi pour la nouvelle Union Monétaire Européenne implique une flexibilité complète vis-à-vis des autres monnaies nationales. Les fluctuations de l’euro face aux grandes mon- naies ne sont pas neutres pour les économies européennes. En se répercutant sur les prix relatifs des biens échangés, elles affectent la compétitivité de ces économies sur les marchés internationaux. Cet effet est hétérogène entre éco- nomies nationales, certains pays étant plus isolés des fluctuations de change, du fait de la structure de leur commerce. L’intégration monétaire conduit donc à des nouvelles questions de politique économique que l’économie inter- nationale est amenée à traiter.

1.1.2 Transactions réelles et transactions financières

L’économie internationale se subdivise en deux champs. L’étude du com- merce international est centrée sur les transactions internationales de biens et services, i.e. sur des transactions réelles. La macroéconomie internationale s’intéresse quant à elle à la contrepartie monétaire du commerce interna- tional, aux flux financiers internationaux. Evidemment, les deux types de transaction ne sont pas orthogonaux. Cette interdépendance des flux réels et financiers est illustrée dans la structure de la balance des paiements.

Pour comprendre l’interdépendance entre les flux réels et financiers, re- partons de l’équation comptable de base en macroéconomie 1. Pour un pays,

1. Pour une description détaillée de cette équation comptable, voir le polycopié du

10 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

le produit intérieur brut (Y ) mesure la valeur de l’ensemble des biens et ser- vices produits avec les facteurs productifs d’un pays. C’est aussi la somme des revenus perçus par les agents économiques nationaux, au cours d’une période donnée 2. Par définition, ces biens et services peuvent être utilisés pour différents types de dépenses : la consommation (C), l’investissement (I), les dépenses publiques (G) et, en économie ouverte, l’exportation nette (différence entre la valeur des exportations et la valeur des importations, X −M) :

Y = C + I +G+ (X −M)

En notant S le montant épargné de la production nationale et en utilisant la définition de l’épargne comme la différence entre la production et la somme de la consommation privée et publique (S = Y − C −G), on en déduit :

S − I = X −M (1.1)

La partie de gauche de l’équation (1.1) est l’épargne nationale (publique et privée) qui n’est pas utilisée pour investir dans des facteurs productifs natio- naux. Quand S − I est positif, ce supplément d’épargne est disponible pour être investi à l’étranger, il correspond aux flux monétaires internationaux entre l’économie nationale et le reste du monde. C’est ce qu’on appelle le solde financier. La partie de droite est l’excédent de la balance commerciale ou solde courant 3. Il correspond à la demande nette de biens produits do- mestiquement par le reste du monde. Les fluctuations de cette demande nette conduisent à des fluctuations de la production nationale (et donc de l’em-

cours de Macroéconomie, Eco 432, Chapitre 3. 2. On ignore ici les revenus primaires perçus du reste du monde. En comptabilité na-

tionale, on distingue le produit national brut (PNB) et le produit intérieur brut (PIB). Le produit intérieur brut mesure la production de biens et services produits à l’intérieur d’un pays, avec les facteurs de production localisés dans ce pays. Le produit national brut mesure la production de biens et services produits avec des facteurs appartenant aux rési- dents, que cette production se fasse sur le sol national ou à l’étranger. Le produit national brut est donc égal au PIB plus les revenus primaires nets perçus du reste du monde.

3. Dans ce cours, nous ne distinguerons pas, la plupart du temps, le solde de la balance commerciale et le solde de la balance courante (solde courant dans ce qui suit). En comp- tabilité nationale, le solde courant est le solde des flux monétaires résultant d’échanges internationaux de biens et services (solde de la balance commerciale) et d’échanges inter- nationaux des revenus et transferts courants. Les flux internationaux de revenus incluent les salaires, dividendes et intérêts payés par un pays aux résidents d’un autre pays. Les transferts courants internationaux incluent les transferts de fonds de travailleurs étran- gers ou les contributions aux organisations internationales. Ces deux dernières catégories ne sont généralement pas modélisées de sorte que le solde courant correspond, dans les modèles, au solde de la balance commerciale. La description de la balance des paiements dans le Chapitre 4 donne plus de détails sur cette distinction.

1.1. QU’EST-CE QUE L’ÉCONOMIE INTERNATIONALE ? 11

ploi). C’est pour cette raison que le solde courant est un élément important des discussions de politique économique.

Le fait que la relation (1.1) entre solde financier et solde courant soit dérivée d’une équation comptable montre bien que, par définition, ces soldes sont intimement liés, ce sont les deux faces d’une même pièce. Un pays qui exporte plus que ce qu’il importe (la Chine ou l’Allemagne par exemple) est dit en excédent courant. Par définition, c’est aussi un pays qui épargne plus qu’il investit. Il n’a pas d’autre choix que d’exporter une partie de son épargne excédentaire pour l’investir à l’étranger. Il devient donc créditeur du reste du monde. A l’inverse, un pays comme les Etats-Unis ou la France, en déficit courant récurrent, est un pays qui consomme plus que ce qu’il produit / qui investit plus que ce qu’il épargne. Pour financer cette consommation excédentaire, il a besoin d’emprunter à l’étranger, il devient donc emprunteur net vis-à-vis du reste du monde.

Le solde courant se répercute donc sur la position extérieure nette du pays. Un pays comme les Etats-Unis qui accumule des déficits courants en important plus qu’il exporte s’endette auprès du reste du monde et voit donc sa position extérieure nette se déteriorer. C’est ce qu’on observe sur la Figure 1.1. Pour chacun des quatre pays considérés sont représentés le solde courant cumulé (somme des soldes courants accumulés au cours du temps) (ligne rouge) et la position extérieure nette du pays (ligne bleue). Les deux lignes sont très fortement corrélées. Par exemple, l’accumulation de déficits courants au Royaume-Uni depuis le début des années 90 a conduit à une détérioration de sa position extérieure nette, à un endettement du pays vis-à-vis du reste du monde. C’est aussi le cas des Etats-Unis mais, pour ce pays, les deux lignes sont plus dissemblables, la dégradation de la position extérieure nette étant moins forte que ce que ses déséquilibres courants cumulés ne le suggère. Cette spécificité américaine est liée à des effets de valorisation des actifs financiers (voir Gourinchas & Rey (2014) pour une discussion de ces effets).

L’interdépendance entre les flux réels et financiers est prise en compte dans la balance des paiements, un document comptable qui décrit l’ensemble des transactions du pays avec le reste du monde, au cours d’une période donnée. Les statistiques de balance des paiements sont une source utile de données en économie internationale. Comme toute table comptable, la ba- lance des paiements inscrit les transactions au débit ou au crédit du pays. Les transactions au débit correspondent à des transactions conduisant à un paiement de l’économie nationale à l’étranger. Les transactions au crédit im- pliquent un paiement du reste du monde au pays considéré.

La structure et le fonctionnement de la balance des paiements sont dé- crits en détails dans le Chapitre 4. A ce stade, il est utile cependant de mentionner le principe de comptabilité en partie double utilisé pour établir

12 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

Figure 1.1 – Soldes courants cumulés et position extérieure nette, 1970-2010

Figure 5: Net Risky Position. percent of GDP

-­‐40%  

-­‐30%  

-­‐20%  

-­‐10%  

0%  

10%  

20%  

1970   1975   1980   1985   1990   1995   2000   2005   2010  

G-­‐7   BRIC  (Brazil,  India,  China,  Russia)  

Source: Lane and Milesi-Ferretti (2007a) updated to 2010. Net risky position defined as equity and direct

investment assets, minus equity and direct investment liabilities. percent of GDP

Figure 6: Cumulated Current Account and Net Foreign Asset Position, US, UK, Germany and Japan, 1970-2010. Percent of GDP

-­‐60%  

-­‐50%  

-­‐40%  

-­‐30%  

-­‐20%  

-­‐10%  

0%  

10%  

20%  

1970   1974   1978   1982   1986   1990   1994   1998   2002   2006   2010  

Cumulated  CA   Net  Foreign  Asset [email protected]  

(a) United States

-­‐40%  

-­‐30%  

-­‐20%  

-­‐10%  

0%  

10%  

20%  

30%  

1970   1974   1978   1982   1986   1990   1994   1998   2002   2006   2010  

Cumulated  CA   Net  Foreign  Asset  Posi?on  

(b) United Kingdom

0%   5%  

10%   15%   20%   25%   30%   35%   40%   45%   50%  

1970   1974   1978   1982   1986   1990   1994   1998   2002   2006   2010  

Cumulated  CA   Net  Foreign  Asset  Posi?on  

(c) Germany

-­‐10%  

0%  

10%  

20%  

30%  

40%  

50%  

60%  

70%  

1970   1974   1978   1982   1986   1990   1994   1998   2002   2006   2010  

Cumulated  CA   Net  Foreign  Asset [email protected]  

(d) Japan

Source: Lane and Milesi-Ferretti (2007a) updated to 2010.

56 Source : Gourinchas & Rey (2014).

les statistiques de balance des paiements : chaque transaction est enregistrée deux fois, au débit et au crédit. Pour comprendre ce principe, prenons un exemple. Supposons qu’une entreprise française achète un bien à une société américaine. Le paiement du bien par l’entreprise française est inscrit au dé- bit de la balance courante de la France. Lorsque l’entreprise française paie le fournisseur, par exemple par virement bancaire sur son compte américain, une seconde transaction est enregistrée au crédit du compte financier. Cette transaction correspond au transfert d’un actif financier de la France vers les Etats-Unis, un titre de dette de la banque américaine sur la banque française. On retrouve bien le principe de l’égalité comptable décrit plus haut. L’achat par la France d’un produit américain participe au déficit courant français

1.1. QU’EST-CE QUE L’ÉCONOMIE INTERNATIONALE ? 13

(i.e. entre négativement dans le solde X −M de l’équation (1.1)). Il conduit en outre à un endettement financier de la France vis-à-vis du pays parte- naire (et entre donc négativement dans le solde S−I). Les deux transactions se compensent, l’équilibre (1.1) est maintenu et le solde de la balance des paiements est nul.

On peut résumer la littérature en économie internationale en considérant le type de flux internationaux étudiés. Les travaux en commerce international étudient principalement l’échange croisé de biens et services. Les questions que se pose cette littérature concernent la nature des biens qui sont échangés, le volume des échanges et les déterminants de la spécialisation des pays dans tel ou tel type de biens. Les économistes en commerce international s’inté- ressent donc à la partie de droite de l’équation (1.1), au solde courant. La plupart du temps et ça sera le cas dans les chapitres 2 et 3 de ce cours, on suppose pour simplifier que le solde courant est nul. Cette hypothèse émi- nemment contrefactuelle permet de concentrer l’analyse sur le volume et la composition des flux d’importation et d’exportation d’un pays.

Dans cette littérature, l’analyse est la plupart du temps statique. Au contraire, le caractère dynamique de l’échange est au coeur de la macroé- conomie internationale, qui s’intéresse à la raison pour laquelle certains pays s’endettent sur les marchés internationaux, en important des capitaux étran- gers. Cette littérature s’intéresse donc à un second type d’échanges internatio- naux, l’échange de biens et services contre des actifs financiers. Ces échanges déterminent le niveau du solde courant (et du solde financier) dans l’équa- tion comptable (1.1). Comme nous le montrerons dans le chapitre 4 de ce cours, on peut interpréter un tel endettement international comme un achat de consommation présente en échange d’une promesse de consommation fu- ture, ie un commerce intertemporel de biens et services. Le pays prêteur net accepte de céder une partie de sa production courante de biens et services au pays importateur net en échange de la promesse d’être remboursé dans le futur, donc de pouvoir consommer plus.

Finalement, la finance internationale s’intéresse à un troisième type de transactions internationales, l’échange croisé d’actifs financiers. Cette litté- rature se concentre donc sur la partie de gauche de l’équation (1.1), sur le solde financier. Elle étudie le volume des échanges bruts d’actifs et la na- ture des actifs échangés. Le modèle le plus simple permettant de justifier cet échange croisé d’actifs financiers est un modèle de choix de portefeuille. Dans ce modèle, les marchés internationaux de capitaux offrent aux inves- tisseurs des possibilités supplémentaires de diversification du risque. L’inves- tisseur averse au risque choisit d’acheter des actifs financiers étrangers pour diversifier son exposition. C’est ce qui explique des échanges croisés d’actifs financiers à l’équilibre du modèle.

14 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

Table 1.1 – Exportations mondiales en pourcentage du PIB, sur longue période (en %)

Source : Krugman (1995). Exportations de marchandises. (a) Calculé uniquement sur les pays de l’OCDE.

Dans ce qui suit, nous allons brièvement décrire les différents éléments entrant dans l’équation comptable (1.1). Nous étudierons d’abord les tran- sactions réelles entrant dans le solde courant. Puis nous décrirons l’évolution et la structure des échanges d’actifs financiers internationaux. Nous conclu- rons le chapitre par une analyse du marché des changes.

1.2 Les flux internationaux de biens et services

1.2.1 Evolution du commerce mondial

Au début du 21ème siècle, les nations sont plus interdépendantes qu’elles ne l’ont jamais été. Au niveau mondial, la croissance du commerce est plus rapide que la croissance du PIB sur longue période, ce qui conduit à une aug- mentation tendancielle du ratio du commerce au PIB (Table 1.1 et graphique 1.2). Alors que le ratio des exportations au PIB mondial n’est que de 5% à la fin du 19ème siècle, il atteint 25% en 2010. Cette évolution est évidemment hétérogène au cours du temps et entre pays.

Au cours du temps, on observe différentes “vagues” de globalisation, condui- sant à une augmentation des flux internationaux de biens et services, suivies de périodes de protectionnisme et de contraction du commerce. Sur la pé- riode relativement récente, l’économie mondiale a connu une période forte de globalisation de la fin du 19ème siècle à la première guerre mondiale. L’ex- pansion des échanges a été la conséquence de la chute des coûts de transport (développement du chemin de fer et du bateau à vapeur) et des coûts de té- lécommunication (développement des réseaux télégraphes). L’expansion co- loniale des économies européennes a également contribué au développement d’un commerce Nord-Sud, échange de matières premières contre des produits manufacturés.

Comme le montrent les chiffres du tableau 1.1, cette première vague de globalisation a conduit à un doublement du ratio du commerce à la produc-

1.2. LES FLUX INTERNATIONAUX DE BIENS ET SERVICES 15

Figure 1.2 – Exportations mondiales en pourcentage du PIB, 1967-2011 (en %)

0

5

10

15

20

25

30

1967 1971 1975 1979 1983 1987 1991 1995 1999 2003 2007 2011

Source : CEPII-Chelem. Exportations de biens et services.

tion mondiale, qui atteint 11,9% à la veille de la première guerre mondiale. La guerre et, surtout, la dépression des années 30 ont mis fin à cet “âge d’or” du commerce mondial. Les pressions protectionnistes qui émergent en réponse à la hausse du chômage aux Etats-Unis et en Europe augmentent considéra- blement les coûts à l’échange international, qui se contracte dramatiquement en conséquence 4. A la sortie de la deuxième guerre mondiale, le ratio des exportations à la production mondiale est revenu à 7.1%.

A partir des années 70, on observe une deuxième vague de globalisation, encore plus marquée que la première. De 1950 à 2011, le ratio des exporta- tions à la production mondiale augmente de plus de 250%, pour atteindre 25% en 2011. Cette seconde vague de globalisation est elle aussi tirée par une chute des coûts de transport (apparition des containers et, plus récem- ment, transport aérien de marchandises) et de télécommunications (internet). La baisse des coûts à l’échange est amplifiée par les négociations internatio-

4. Aux Etats-Unis, la loi Smoot-Hawley de 1930 augmente les droits de douane à l’im- portation de plus de 20 000 biens. Cette loi conduit à des mesures de rétorsion des pays européens, qui augmentent également leurs taxes à l’importation. En conséquence de ces pressions protectionnistes, les importations américaines depuis l’Europe déclinent de 70% entre 1929 et 1932 alors que les exportations américaines vers l’Europe sont réduites de deux tiers. La loi Smoot-Hawley est considérée par les historiens comme un facteur aggra- vant important de la Grande Dépression.

16 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

Figure 1.3 – Degré d’ouverture au commerce, pays avancés et pays émer- gents

Pays avancés

0

0,2

0,4

0,6

0,8

1

1,2

1957 1961 1965 1969 1973 1977 1981 1985 1989 1993 1997 2001 2005 2009 2013

US France Allemagne Japon

Pays émergents

0

0,2

0,4

0,6

0,8

1

1,2

1988 1992 1996 2000 2004 2008 2012

Turquie Brésil Inde Corée Russie

Source : IMF-IFS. Le degré d’ouverture est mesuré comme le ratio du commerce (importations + exportations) au PIB du pays. Le commerce couvre l’ensemble des flux de biens et services.

nales de libéralisation au sein du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade, ancien nom de l’Organisation Mondiale du Commerce, OMC). Ces négociations conduisent à une réduction substantielle des barrières tarifaires (droits de douane, quotas, etc.). De 1950 à 1980, la croissance des échanges

1.2. LES FLUX INTERNATIONAUX DE BIENS ET SERVICES 17

se fait principalement entre économies développées, notamment au sein des zones de libre-échange que sont la Communauté Européenne et la zone de libre-échange nord-américaine.

A partir des années 80, on observe une émergence d’un certain nombre de pays du “Sud”, notamment asiatiques. L’industrialisation rapide de ces pays induit une modification de la structure du commerce Nord-Sud, les exportations des pays émergents étant de plus en plus tournées vers les biens manufacturés. Si cette phase de globalisation des économies mondiales s’est accélérée à partir des années 90, sous l’effet de l’ouverture au commerce de la Chine, l’épisode récent de la crise de 2008 a montré que la croissance du commerce n’est pas irréversible. En 2007-2008, on a en effet observé une réduction massive des échanges internationaux, plus de trois fois supérieure à la contraction du PIB mondial. C’est ce que les économistes ont appelé le “Trade Collapse” (effondrement du commerce), un phénomène dont l’ampleur reste difficile à expliquer.

La croissance du commerce ne se fait pas de manière homogène entre les pays. Le graphique 1.3 montre l’évolution du taux d’ouverture au commerce pour un certain nombre de pays avancés et émergents. Dans cet échantillon, le taux d’ouverture, mesuré par le ratio du commerce au PIB, tend à augmenter sur la période d’observation. En 2014, ce taux d’ouverture s’établit entre 20% du PIB pour le Brésil et plus de 100% en Corée. Dans les données en coupe, on observe une forte hétérogénéité des taux d’ouverture au commerce, les grands pays comme les Etats-Unis ayant tendance à être moins ouverts au commerce que des plus petits pays comme l’Allemagne.

1.2.2 Qui commerce avec qui ?

Pour comprendre l’hétérogénéité des taux d’ouverture de différents pays, il est utile de regarder plus en détails la structure du commerce de ces pays. C’est ce que fait la littérature en commerce international. Il s’agit ici d’iden- tifier et de comprendre pourquoi certains pays échangent plus que d’autres et la nature des biens qu’ils échangent.

Même au niveau agrégé, la matrice du commerce mondial est un objet qu’il est difficile de résumer car elle fait intervenir des milliers de relations bilatérales entre pays. Empiriquement, une manière efficace de prédire ces flux bilatéraux consiste à utiliser l’estimation économétrique d’une équation dite de gravité 5. Si on note Xij la valeur du commerce bilatéral entre deux

5. L’application de l’équation de gravité aux données de commerce international a été proposée par Tinbergen (1962). D’après Leamer & Levinsohn (1995), l’équation de gravité est une des relations les plus stables en économie.

18 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

pays i et j, on peut montrer qu’une bonne estimation des flux bilatéraux peut être obtenue en utilisant les prédictions de l’équation suivante :

Xij = AY αi Y

β j

Dγij

où A est une constante, Yi (Yj) le PIB du pays i (j) et Dij la distance entre ces deux pays. α, β et γ sont des paramètres à estimer, qui se révèlent systématiquement positifs dans les exercices empiriques. L’analogie avec la théorie de Newton est donc immédiate : la force d’attraction entre deux pays, mesurée par les flux de commerce bilatéraux, est croissante de la “masse” de ces pays, mesurée par leur PIB, et décroissante de la distance les séparant. Les grands pays sont des acteurs importants du commerce international, à la fois côté importation et côté exportation. En outre, les flux internationaux de biens et services se concentrent au sein de zones géographiques relativement limitées.

Figure 1.4 – Volume du commerce et taille des pays

Exportations du Japon en UE, 2006

Importations du Japon en prove- nance de l’UE, 2006

Figure 1: Trade is proportional to size

(a) Japan’s exports to EU, 2006 (b) Japan’s imports from EU, 2006

MLT

EST CYP

LVA

LTU SVN

SVK

HUNCZE

PRT

FINIRL GRC

DNK

AUT POL

SWE

BEL NLD

ESP ITA FRA

GBR DEU

slope = 1.001 fit = .85

.0 5

.1 .5

1 5

10 Ja

pa n'

s 20

06 e

xp or

ts (G

RC =

1 )

.05 .1 .5 1 5 10 GDP (GRC = 1)

MLT

EST

CYP

LVA

LTU

SVN

SVK

HUN CZE

PRT

FIN

IRL

GRC

DNK AUT

POL

SWEBEL NLD ESP

ITA FRA GBR

DEU

slope = 1.03 fit = .75

.5 1

5 10

50 10

0 Ja

pa n'

s 20

06 im

po rts

(G RC

= 1

)

.05 .1 .5 1 5 10 GDP (GRC = 1)

in concert to establish robustness. In recent years, estimation has become just a first step before a

deeper analysis of the implications of the results, notably in terms of welfare. We try to facilitate

diffusion of best-practice methods by illustrating their application in a step-by-step cookbook mode

of exposition.

1.1 Gravity features of trade data

Before considering theory, we use graphical displays to lay out the factual basis for taking gravity

equations seriously. The first key feature of trade data that mirrors the physical gravity equation

is that exports rise proportionately with the economic size of the destination and imports rise in

proportion to the size of the origin economy. Using GDP as the economy size measure, we illustrate

this proportionality using trade flows between Japan and the European Union. The idea is that the

European Union’s area is small enough and sufficiently far from Japan that differences in distance

to Japan can be ignored. Similarly because the EU is a customs union, each member applies the

same trade policies on Japanese imports. Japan does not share a language, religion, currency or

colonial history with any EU members either.

Figure 1 (a) shows Japan’s bilateral exports on the vertical axis and (b) shows its imports.

The horizontal axes of both figures show the GDP (using market exchange rates) of the EU trade

partner. The trade flows and GDPs are normalized by dividing by the corresponding value for

Greece (a mid-size economy).2 The lines show the predicted values from a simple regression of log

2The trade data come from DoTS and the GDPs come from WDI. The web appendix provides more information on sources of gravity data.

3

Ces graphiques étudient la corrélation entre le commerce du Japon avec l’Union Européenne et la taille des pays membres. L’axe des abscisses représente le PIB des pays européens, en relatif par rapport au PIB grec. L’axe des ordonnées mesure la taille des exportations japonaises (Figure de gauche) et la taille des importations japonaises (Figure de droite), exprimées en termes relatifs par rapport au commerce avec la Grèce. Source : Head & Mayer (2014).

Ces relations sont illustrées dans les graphiques 1.4 et 1.5, extraits d’un chapitre du Handbook of International Economics écrit par Head & Mayer

1.2. LES FLUX INTERNATIONAUX DE BIENS ET SERVICES 19

Figure 1.5 – Volume du commerce et distance

Exportations françaises, 2006 Importations françaises, 2006

Figure 2: Trade is inversely proportional to distance

(a) France’s exports (2006) (b) France’s imports (2006)

slope = -.683 fit = .22

.0 05

.0 5

.1 .5

1 5

10 E

xp or

ts /P

ar tn

er 's

G D

P (

% , l

og s

ca le

)

500 1000 2000 5000 10000 20000 Distance in kms

EU25

Euro

Colony

Francophone

other

slope = -.894 fit = .2

.0 05

.0 5

.1 .5

1 5

10 25

Im po

rt s/

P ar

tn er

's G

D P

( %

, l og

s ca

le )

500 1000 2000 5000 10000 20000 Distance in kms

EU25

Euro

Colony

Francophone

other

trade flow on log GDP. For Japan’s exports, the GDP elasticity is 1.00 and it is 1.03 for Japan’s

imports. The near unit elasticity is not unique to the 2006 data. Over the decade 2000–2009, the

export elasticity averaged 0.98 and its confidence intervals always included 1.0. Import elasticities

averaged a somewhat higher 1.11 but the confidence intervals included 1.0 in every year except

2000 (when 10 of the EU25 had yet to join). The gravity equation is sometimes disparaged on

the grounds that any model of trade should exhibit size effects for the exporter and importer.

What these figures and regression results show is that the size relationship takes a relatively precise

form—one that is predicted by most, but not all, models.

Figure 2 illustrates the second key empirical relationship embodied in gravity equations—the

strong negative relationship between physical distance and trade. Since we have just seen that GDPs

enter gravity with a coefficient very close to one, one can pass GDP to the left-hand-side, and show

how bilateral imports or exports as a fraction of GDP varies with distance. Panels (a) and (b) of

Figure 2 graph recent export and import data from France. These panels show deviations from the

distance effect associated with Francophone countries, former colonies, and other members of the

EU or of the Eurozone. The graph expresses the “spirit” of gravity: it identifies deviations from

a benchmark taking into account GDP proportionality and systematic negative distance effects.

Those deviations have become the subject of many separate investigations.

This paper is mainly organized around topics with little attention paid to the chronology of

when ideas appeared in the literature. But we do not think the history of idea development should

be overlooked entirely. Therefore in the next section we give our account of how gravity equations

went from being nearly ignored by trade economists to becoming a focus of research published in

4

Ces graphiques étudient la corrélation entre le commerce de la France et la distance qui la sépare de ses partenaires. L’axe des abscisses représente la distance en kilo- mètres à la France. L’axe des ordonnées mesure la taille des exportations françaises (Figure de gauche) et la taille des importations françaises (Figure de droite), expri- mées en pourcentage du PIB du pays partenaire. Source : Head & Mayer (2014).

(2014) et consacré à l’ stim tion de l’équation d gravi é. La figure 1.4 illustre la manière dont le commerce du Japon avec les différents pays membres de l’Union Européenne croit avec la taille du pays partenaire, du côté des exportations comme du côté des importations. La corrélation est forte, autour de 1, et le pouvoir prédictif élevé (plus de 70% de la variance expliquée par la variable de taille).

La figure 1.5 utilise quant-à-elle des données sur les flux bilatéraux de commerce entre la France et ses partenaires étrangers. Elle montre une rela- tion significative et négative forte avec la distance au pays de destination : la France importe plus en provenance de et exporte plus à destination de pay proches géographiqu ment. En outre, conditionnellement à la distance, la France commerce relativement plus avec les pays francophones et/ou qui faisaient anciennement partie de l’empire colonial français 6.

Nous reviendrons dans le chapitre 3 sur l’estimation de l’équation de gra- vité. A ce stade, il est important de noter qu’elle implique une géographie du

6. En effet, on remarque que les anciennes colonies de la France et les pays francophones se situent en moyenne au-dessus de la droite de corrélation entre la taille du commerce et la distance. Cela signifie que le commerce observé pour ces groupes de pays est en moyenne plus élevé que ce qui est prédit par une simple relation univariée basée sur la distance à la France.

20 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

Figure 1.6 – Géographie du commerce mondial

0 2

4 6

T ra

de V

al ue

( bi

lli on

s U

S D

)

1970 1980 1990 2000 2010

North−North North−South South−South South−North

Source : UN ComTrade

commerce mondial, résumée dans la figure 1.6. Le graphique montre l’évolu- tion du commerce depuis le début des années 70, en distinguant quatre caté- gories d’échange : le commerce entre pays développés (“North-North”), les flux de commerce entre pays développés et pays en développement (“North-South” et “South-North”) et le commerce entre pays émergents (“ South-South”) 7. Les échanges entre pays développés dominent le commerce mondial en valeur. En termes de contribution à la valeur du commerce mondial, le commerce Nord-Sud (dans un sens comme dans l’autre) est également important tandis que la part des échanges entre économies en développement reste minoritaire. Cette hiérarchie des flux d’échanges est cohérente avec l’équation de gravité. Les pays riches sont des acteurs importants du commerce international, à la fois côté offre et côté demande.

Une autre caractéristique de la géographie du commerce agrégé est liée à l’effet de la distance mis en évidence par l’équation de gravité. Le com- merce bilatéral se concentre essentiellement au sein d’espaces géographiques limités. C’est ce que montrent les chiffres du tableau 1.2 qui décompose le commerce mondial par zones géographiques. En moyenne, les nombres situés sur la diagonale de la matrice sont élevés. La part du commerce intra-zone

7. Les pays sont classés dans les catégories “North” (pays avancés) et “South” (pays en développement) en fonction de leur niveau de PIB par tête au début de la période d’observation.

1.2. LES FLUX INTERNATIONAUX DE BIENS ET SERVICES 21

Table 1.2 – Concentration géographique du commerce mondial

dans les échanges totaux est importante. Ainsi, pour l’Europe de l’Ouest, 68% des exportations sont destinées à d’autres pays européens. En dehors de la diagonale, on voit apparaître des liens importants entre zones proches géographiquement (Europe de l’Est et Europe de l’Ouest, Amérique latine et Amérique du Nord) et entre zones partageant des liens historiques (Afrique et Europe de l’Ouest).

Une des composantes de ce commerce intra-zone est liée au développement d’accords d’intégration régionale à partir de la deuxième guerre mondiale. En parallèle des négociations multilatérales au sein du GATT, un certain nombre de pays ont commencé à négocier des accords de libre-échange au niveau régional 8. Ces accords de libre-échange facilitent les mouvements de biens et services au sein de la zone, tout en conservant un certain niveau de protectionnisme vis-à-vis du reste du monde. Une telle stratégie d’intégra- tion régionale s’est révélée extrêmement efficace pour stimuler les échanges intra-zone. Dans le cas de l’intégration européenne par exemple, les données

8. Ce type d’accords d’intégration régionale déroge au principe de la “clause de la nation la plus favorisée” du GATT/OMC. Cette clause indique que les baisses de tarifs négociées au niveau bilatéral doivent automatiquement être étendues à tous les partenaires du pays concerné. Cette clause est un élément central du système de négociations multilatérales. Dans l’immédiat après-guerre, les pays signataires du GATT ont cependant accepté d’ex- clure de cette clause les accords de libre-échange régionaux, notamment ceux négociés au sein de la Communauté Economique Européenne.

22 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

récentes montrent que 70% des biens exportés par les pays membres sont ven- dus à d’autres partenaires européens. Ces flux de commerce intra-européen représentent un quart du commerce mondial. Pour les zones de libre-échange plus récentes, la proportion est généralement plus faible (autour de 50% pour les membres de l’Accord de Libre-Echange Nord-Américain, autour de 20% pour les zones de libre-échange d’Asie du Sud-Est et d’Amérique Latine). Cependant, la proportion reste importante. Alors même que les Etats-Unis et l’Europe négocient les bases d’un accord de libre-échange, cette dimension de la géographie du commerce est importante à prendre en compte.

1.2.3 Nature des échanges

Le graphique 1.7 illustre la manière dont le commerce mondial se répar- tit entre différentes catégories de produits. En 2008, plus de la moitié de la valeur du commerce porte sur des biens manufacturés (voitures, vêtements, machines-outil, etc.). Les catégories de services et de matières premières re- présentent environ 20% chacune tandis que les produits agricoles représentent moins de 10% du commerce mondial. Dans la catégorie des matières pre- mières, le pétrole occupe évidemment une place prédominante. Parmi les services facilement échangés, on peut enfin citer les services de transport, les dépenses de touristes à l’étranger ainsi qu’un certain nombre de services aux entreprises (activités des call centers à l’étranger par exemple).

Cette décomposition sectorielle du commerce international varie au cours du temps. Dans le passé, les biens manufacturés représentaient une part beaucoup plus faible des échanges (et de la consommation). En particulier, les Etats-Unis ont été longtemps un exportateur net de biens agricoles, produits à faible coût grâce à un accès à de vastes terres exploitables. Aujourd’hui, plus de trois quarts de la valeur des exportations américaines sont des produits manufacturés. Sur la période plus récente, les pays émergents ont également fortement contribué à la croissance du commerce de biens manufacturés. L’industrialisation d’un certain nombre d’économies émergentes a modifié la composition de leurs exportations. Alors qu’elles exportaient principalement des produits agricoles et des matières premières au début des années 60, la part des produits manufacturés est aujourd’hui proche de 70% (Figure 1.8). La Chine exporte par exemple plus de 90% de biens manufacturés.

Si les services représentent encore une part relativement faible des échanges internationaux, de nombreux économistes s’attendent à observer une forte augmentation de la part des services dans le commerce mondial. Les pro- grès technologiques notamment liés aux technologies de l’information et de la télécommunication ont fait de certains services qui étaient jusqu’ici non échangeables des activités susceptibles d’être échangées au niveau interna-

1.2. LES FLUX INTERNATIONAUX DE BIENS ET SERVICES 23

Figure 1.7 – Décomposition sectorielle du commerce mondial

Produits manufacturés; 54,7

Services; 19,8

Produits agricoles; 7

Matières premières; 18,5

Source : OMC, cité par Krugman, Obstfeld & Melitz (2012). Les données concernent l’année 2008.

Figure 1.8 – Part des biens manufacturés et des produits agricoles dans les exportations des pays en développementCHAPTER 2 World Trade: An Overview 19

Percent of exports

1960 1970 1980 1990 2001

70

0

10

20

30

40

50

60 Manufactures

Agricultural

Figure 2-6 The Changing Composition of Developing-Country Exports

Over the past 50 years, the exports of developing countries have shifted toward manufactures.

Source: United Nations Council on Trade and Development.

primary products were more important than manufactured goods on both sides to one in which manufactured goods dominate on both sides.

A more recent transformation has been the rise of third world exports of manufactured goods. The terms third world and developing countries are applied to the world’s poorer nations, many of which were European colonies before World War II. As recently as the 1970s, these countries mainly exported primary products. Since then, however, they have moved rapidly into exports of manufactured goods. Figure 2-6 shows the shares of agricul- tural products and manufactured goods in developing-country exports since 1960. There has been an almost complete reversal of relative importance. For example, more than 90 percent of the exports of China, the largest developing economy and a rapidly growing force in world trade, consists of manufactured goods.

Service Offshoring One of the hottest disputes in international economics right now is whether modern information technology, which makes it possible to perform some economic functions at long range, will lead to a dramatic increase in new forms of international trade. We’ve already mentioned the example of call centers, where the person answering your request for information may be 8,000 miles away. Many other services can also be done in a remote location. When a service previously done within a country is shifted to a foreign location, the change is known as service offshoring (sometimes known as service outsourcing). In addition, producers must decide whether they should set up a foreign subsidiary to provide those services (and operate as a multinational firm) or outsource those services to another firm. In Chapter 8, we describe in more detail how firms make these important decisions.

Source : United Nat ons Council on Trade and Development, cité par Krugman et al. (2012).

24 CHAPITRE 1. INTRODUCTION

Figure 1.9 – Valeur des échanges mondiaux de biens et de services (base 100 en 1995)

10 0

20 0

30 0

40 0

In de

x, 1

99 5=

10 0

1995 2000 2005 2010 year

Goods Services

Source : IMF-IFS.

tional. C’est déjà le cas par exemple des activités de SAV opérées par des call centers à l’étranger. Dans le futur, cela pourrait être le cas d’autres ac- tivités (e.g. services de comptabilité aux entreprises). Depuis le milieu des années 90, la croissance des échanges de services est plus rapide que celle des échanges de biens (voir Figure 1.9). Cet écart de croissance explique que le commerce de services soit devenu un enjeu important dans la littérature récente en commerce international.

1.3 Les flux internationaux de capitaux

1.3.1 Evolution des échanges d’actifs financiers

On l’a vu l’échange international de biens et services va de pair avec un échange d’actifs financiers. La forte croissance des échanges internationaux de biens et services depuis le début des années 70 s’accompagne ainsi d’une croissance des flux internationaux d’actifs financiers, ce qu’on appelle par- fois le phénomène de globalisation financière. Ce phénomène est illustré sur le graphique 1.10, pour les économies développées. De la même manière que l’ouverture au commerce était mesurée par le ratio du commerce total (expor-

1.3. LES FLUX INTERNATIONAUX DE CAPITAUX 25

Figure 1.10 – Intégration financière dans les économies développées 0

2 4

6 8

10

1970 1980 1990 2000 2010

over GDP over Trade

Source : Lane & Milesi-Ferretti (2007). L’intégration financière est définie comme la somme des actifs financiers étrangers et des dettes externes rapportée au PIB (ligne verte) et à la valeur du commerce (ligne rouge).

tations plus importations) au PIB, l’ouverture financière se mesure comme la somme des échanges d’actifs financiers entre une économie nationale et le reste du monde, en pourcentage de la production nationale. Entre 1970 et 2010, ce ratio a été multiplié par 7, passant de 5 à 35% dans l’ensemble des économies avancées. Ce phénomène de globalisation financière est particuliè- rement prononcé à partir de la deuxième moitié des années 90.

Si la valeur nette des flux commerciaux est nécessairement égale à la valeur nette des échanges d’actifs financiers, la somme des transactions fi- nancières entrantes et sortantes peut être bien supérieure à la valeur des exportations et des importations, du fait d’échanges croisés d’actifs finan- ciers. C’est effectivement ce qu’on observe dans les données (ligne rouge sur le graphique 1.10). La valeur des transactions financières a cru beaucoup plus rapidement que la valeur des transactions réelles sur la période d’observation. Le taux d’ouverture financière des économies avancées est ainsi 9 à 10 fois supérieur à leur taux d’ouverture commerciale, en 2010.

Comme pour les transactions réelles, le phénomène de globalisation fi- nancière n’est pas homogène entre les pays. L’explosion des échanges d’actifs financiers à partir du milieu des années 90 est d’abord le fait des écono- mies développées (graphique 1.11). Cette hétérogénéité tient notamment à

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 247 pages
Télécharger le document