Exercitation de modélisation mathématique 1, Exercices de Modélisation mathématique et simulation. Université Bordeaux I
Eusebe_S
Eusebe_S11 avril 2014

Exercitation de modélisation mathématique 1, Exercices de Modélisation mathématique et simulation. Université Bordeaux I

PDF (43 KB)
3 pages
119Numéro de visites
Description
Exercitation de modélisation mathématique 1. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Déterminer l’image du point B. Calculer le module de z0. Déterminer la limite de fn Calculs d’aires.
20 points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 3
Télécharger le document
AmeriqueNordSjuin1998.dvi

[ Baccalauréat C Amérique du Nord juin 1998 \

EXERCICE 1 5 POINTS

Afin de créer une loterie, on met dans une urne n billets différents (n supérieur ou égal à 3), dont deux et deux seulement sont gagnants.

1. Dans cette question, on choisit au hasard et simultanément deux billes dans l’urne.

a. Onsuppose icin = 10. X désigne la variable aléatoire qui donne le nombre de billets gagnants parmi les deux choisis. Déterminer la loi de probabi- lité de X .

b. On revient au cas général avec n supérieur ou égal à 3. Calculer la pro- babilité notée pn , d’avoir exactement un billet gagnant parmi des deux choisis.

2. Dans cette question, on choisit au hasard deux billets dans cette urne en re- mettant le premier bilet tiré avant de tirer le second.

a. Onsuppose icin = 10.Y désigne la variable aléatoire qui donne le nombre de billets gagnants parmi les deux choisis. Déterminer la loi de probabi- lité de Y .

b. On revient au cas général avec n supérieur ou égal à 3. Calculer la pro- babilité, notée qn d avoir exactement un billet gagnant parmi les deux choisis.

3. a. Montrer que pour tout n supérieur ou égal à 3, on a :

pn qn = 4(n−2)

n2(n−1)

b. En remarquant que pour tout entier n, n−2 est inférieur à n−1, déter- miner un entier naturel n0 tel que pour tout n supérieur ou égal à n0, on ait pn qn < 10− 3.

c. Pour obtenir exactement un billet gagnant en choisissant deux billets de cette loterie, est-il préférable de les tirer simultanément ou de les tirer l’un après l’autre en remettant le premier billet tiré ?

Exercice 2 5 points

Dans le plan complexe rapporté à un repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v

)

, (unité

graphique : 4 cm), on donne les points A et B d’affixes respectives 1 et 1

2 − i

p 3

2 . Pour

chaque point M du plan, d’affixe z, M1 d’affixe z1, désigne l’image de M par la ro-

tation de centre O et d’angle π

3 , puis M ′ d’affixe z ′ l’image de M1 par la translation

de vecteur − ~u. Enfin, on note T la transformation qui à chaque point M associe le point M ′.

1. a. Démontrer : z ′ = ei π

3 z−1.

b. Déterminer l’image du point B.

c. Montrer que T admet un unique point invariant dont on précisera l’af- fixe.

2. On pose z = x+ iy , avec x et y réels.

a. Pour z non nul, calculer la partie réelle du quotient z

z en fonction de x

et de y .

Le baccalauréat de 1990 A. P. M. E. P.

b. Démontrer que l’ensemble (E), des points M du plan tels que le triangle OMM ′ soit rectangle en 0, est un cercle (C), dont on précisera le centre et le rayon, privé de deux points. Tracer (E).

3. Dans cette question on pose z = 1+ i.

a. Vérifier que M appartient à (E). PlacerM et M ′ sur la figure.

b. Calculer le module de z ′.

c. Calculer l’aire, en cm2, du triangle OMM ′.

Problème 10 points

Ondésigne par n un entier supérieur ou égal à 2 et on considère les fonctions, notées fn , qui sont définies pour x appartenant à l’intervalle ]0 ; +∞[ par :

f (x)= 1+n lnx

x2 .

Partie A I) Étude des fonctions fn

1. Calculer f n (x) et montrer que l’on peut écrire le résultat sous la forme d’un quotient dont le numérateur est n−2−2n ln x.

2. Résoudre l’équation f n (x)= 0. Étudier le signe de f n(x).

3. Déterminer la limite de fn en +∞.

4. Établir le tableau de variations de la fonction fn et calculer sa valeurmaximale en fonction de n.

II) Représentation graphique de quelques fonctions fn . Le plan est rapporté à un

repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→

)

, (unité graphique : 5 cm). On note Cn la courbe re-

présentative de la fonction fn dans ce repère.

1. Tracer C2 et C3.

2. a. Calculer fn+1(x)− fn (x) . Cette différence est-elle dépendante de l’entier n ?

b. Expliquer comment il est possible de construire point par point la courbe C4 à partir de C2 et tracer C3. Tracer C4.

Partie B : Calculs d’aires

1. Calculer en intégrant par parties, l’intégrale I = ∫e

1 lnx dx.

2. En déduire l’aire, en unités d’aire, du domaine plan limité par les courbes Cn , Cn+1 et les droites d’équation x = 1 et x = e.

3. On note An l’aire, en unités d’aire, du domaine plan limité par la courbe Cn , et les droites d’équation y = 0, x = 1 et x = e.

a. Calculer A2.

b. Déterminer la nature de la suite An en précisant l’interprétation gra- phique de la raison.

Partie C : Étude sur l’intervalle ]1 ; +∞[ de l’équation fn (x) = 1 Dans toute la suite, on prendra n> 3.

1. a. Vérifier que pour tout n, e n−2 2n > 1 et fn

(

e n−2 2n

)

> 1.

b. Vérifier que l’équation fn (x)= 1n’a pas de solution sur l’intervalle ]

1 ; e n−2 2n

[

.

Amérique du Nord 2 juin 1998

Le baccalauréat de 1990 A. P. M. E. P.

2. Montrer que l’équation fn(x) = 1 admet sur l’intervalle [

e n−2 2n ; +∞

[

exacte-

ment une solution notée αn .

3. On se propose de déterminer la limite de la suite αn .

a. Calculer f (p

n )

et montrer que pour tout n > e2, on a fn (p

n )

> 1.

b. En déduire que, pour n > 8, on a αn > p n et donner la limite de la suite

(αn).

Amérique du Nord 3 juin 1998

commentaires (0)

Aucun commentaire n'a été pas fait

Écrire ton premier commentaire

Télécharger le document