Fiche cours introduction au droit pénal - L2 droit , Guide de Droit Pénal. Université Pierre Mendes-France (Grenoble II)
clelia-308
clelia-308

Fiche cours introduction au droit pénal - L2 droit , Guide de Droit Pénal. Université Pierre Mendes-France (Grenoble II)

32 pages
38Numéro de visites
Description
Fiche cours introduction au droit pénal - L2 droit
20 points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 32
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 32 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 32 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 32 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 32 total
Télécharger le document

Fiche pénal

Table des matières Introduction.................................................................................................................................4

Définition du droit pénal.........................................................................................................4 Autonomie du droit pénal....................................................................................................... 4

Le contenu du droit pénal....................................................................................................... 5 Historique du droit pénal........................................................................................................ 5

L’infraction..................................................................................................................................6

Chapitre I. Les éléments constitutifs de l’infraction...............................................................7 Section I. L’élément légal de l’infraction........................................................................... 7

§1. Le principe de légalité...............................................................................................7

A. La signification du principe................................................................................... 7 B. L’application du principe....................................................................................... 7

§2. Les sources du droit pénal........................................................................................ 7 A. La loi...................................................................................................................... 8 B. Le règlement...........................................................................................................8

C. Les textes internationaux........................................................................................8 §3. L’application de la loi pénale.................................................................................... 9

A. Application de la loi pénale dans l’espace............................................................. 9

B. Application de la loi pénale dans le temps............................................................. 9 Section 2 – L’élément matériel de l’infraction................................................................. 10

§1. Elément matériel de l’infraction consommée......................................................... 10

A. L’infraction de commission..................................................................................10 B. L’infraction d’omission........................................................................................ 10

§2. L’élément matériel de l’infraction tentée................................................................ 11

A. Les conditions de la tentative punissable.............................................................11 B. La répression de la tentative.................................................................................12

Section 3. L’élément moral............................................................................................... 12

§1. L’imputabilité..........................................................................................................12 A. L’état des facultés mentales................................................................................. 12 B. L’exercice des facultés mentales.......................................................................... 13

§2. La culpabilité.......................................................................................................... 14 A. La faute intentionnelle......................................................................................... 14

B. La faute non intentionnelle (d’imprudence).........................................................15

Section 4. L’élément injuste..............................................................................................16

§1. L’ordre de la loi et le commandement de l’autorité légitime..................................16 A. L’ordre de la loi.................................................................................................... 16 B. Le commandement de l’autorité légitime............................................................ 17

C. L’ordre de la loi et le commandement de l’autorité légitime............................... 17 §2. La légitime défense................................................................................................. 17

A. Les conditions générales de la LD....................................................................... 17

B. La preuve de la LD...............................................................................................18 §3. L’état de nécessité................................................................................................... 18

A. Le danger encouru................................................................................................19

B. L’acte justifié........................................................................................................19 §4. Le consentement de la victime ?.............................................................................20

A. Le principe........................................................................................................... 20

B. Les atténuations....................................................................................................20 Chapitre 2. La classification des infractions......................................................................... 20

Section 1. La classification légale : crimes, délits, contraventions.................................. 20

§1. Les intérêts de la distinction sur la forme : la procédure pénale............................ 20 §2. Les intérêts de la distinction sur le fond : l’incrimination...................................... 21

Section 2. Les autres distinctions......................................................................................21

§1. Les infractions instantanées et les infractions continues........................................ 22 §2. Les infractions simples et les infractions d’habitude..............................................22

§3. Les infractions simples et infractions complexes................................................... 22 Chapitre 3. La pluralité des participants à l’infraction......................................................... 23

Section 1. Le principe d’une responsabilité de son fait personnel....................................23

Section 2. La complicité................................................................................................... 24 §1. Les conditions de la complicité.............................................................................. 24

A. L’acte principal.....................................................................................................24

B. La participation à l’acte principal........................................................................ 25 §2. Les effets de la complicité...................................................................................... 25

Section 2. La responsabilité pénale pour autrui................................................................ 26

Section 3. La responsabilité des personnes morales......................................................... 26 §1. Le champ d’application de la responsabilité des personnes morales......................27

A. Les personnes morales désignées par la loi......................................................... 27

B. Les infractions commises..................................................................................... 27 §2. Les conditions de mise en œuvre de la responsabilité............................................ 27

A. Les organes ou représentants de la personne morale........................................... 27

2

B. Infraction commise pour le compte de la personne morale................................. 28

§3. L’articulation des responsabilités............................................................................28 La sanction pénale.................................................................................................................... 30

Chapitre 1. Les différentes sanctions pénales....................................................................... 30

Section 1. La peine............................................................................................................30 §1. La notion................................................................................................................. 30

A. Les caractères de la peine.................................................................................... 30

B. Les fonctions de la peine......................................................................................31 §2. La classification des peines.....................................................................................31

A. Les peines applicables aux personnes physiques.................................................31

B. Les peines applicables aux personnes morales.................................................... 32 Section 2. La mesure de sûreté..................................................................................... 32

Chapitre 2. La mesure de la peine.........................................................................................32

Section 1. L’unité d’infraction.......................................................................................... 33 §1. L’abaissement de la peine....................................................................................... 33

A. Abaissement judiciaire de la peine.......................................................................33

B. Abaissement légal de la peine.............................................................................. 33 §2. Aggravation de la peine.......................................................................................... 33

Section 2. La pluralité d’infractions................................................................................. 33

§1. La récidive.............................................................................................................. 34 A. Les conditions...................................................................................................... 34

B. Les effets de la récidive........................................................................................34 §2. Le concours réel d’infractions................................................................................ 34

Chapitre 3. Le sort de la sanction......................................................................................... 35

Section 1. L’exécution de la peine.................................................................................... 35 Section 2. La suspension de la peine................................................................................ 35

§1. Le sursis.................................................................................................................. 35

A. Le sursis simple....................................................................................................35 B. Le sursis avec mise à l’épreuve............................................................................35

§2. La libération conditionnelle.................................................................................... 35

Section 3. L’extinction de la peine....................................................................................35 §1. La grâce...................................................................................................................36 §2. La remise de peine.................................................................................................. 36

Introduction (infractions matérielles et formelles ? )

Définition du droit pénal

• Le dt pénal se définit comme l’ensemble des règles ayant pour but la sanction des infractions. Il s’agit de def l’infraction, la sanction et le mécanisme de la responsabilité pénale.

• L’infraction : phénomène de criminalité réprouvé socialement et que le législateur a incriminé. Il y a souvent un lien entre morale commune et loi (v textes sur la prostitution) mais tout ce que la morale réprouve, le droit ne le punit pas nécessairement. Inversement, l’adultère, l’avortement, la mendicité, sont restés illégaux bien après avoir été acceptés moralement. Idem crime naturels/crimes conventionnels. Le DP est une matière technique qui s’entend de manière restrictive : sanction des infractions, toutes deux définies précisément par le législateur.

• Outre la fonction répressive, le DP a aussi une fonction resocialisante (rééducation, travaux d’intérêt général, désintoxication) et souvent préventive (mesures de sûreté qui visent à prévenir plutôt que punir).

Autonomie du droit pénal

• Se constate à la fois dans les règles de fond (définition de la sanction) et la forme (procédure pénale). Le juge peut volontairement méconnaître des notions définies dans d’autres branches du droit. Par ex, la notion de domicile : « lieu du principal établissement » en droit civil, est entendue plus largement en droit pénal comme « toute demeure permanente ou temporaire occupée par celui qui y a droit ou, de son consentement, par un tiers ». Intérêt de cette définition dans la répression de la violation de domicile : en règle générale en droit pénal l’intention coupable prime sur d’autres considérations.

• Inversement, le droit pénal n’est pas toujours une matière autonome : il sert d’autres branches du droit, c’est la sanction de ttes les autres lois pour reprendre la formule de Rousseau. Le droit pénal sanctionne des obligations qui ont été définies dans d’autres matières : ex le droit civil prévoit la déchéance de l’autorité parentale de celui qui commet un abandon de famille – et l’abandon de famille constitue une infraction pénale sanctionnée comme telle (227-3 CP). Enfin le droit pénal est parfois tenu par des notions qui ne relèvent pas de sa matière : il consacre la responsabilité pénale des personnes morales mais d’après le dt des sociétés, la responsabilité ne sera engagée que si l’infraction a été commise par un représentant de la personne morale.

Le contenu du droit pénal

4

• Contenu matériel : définition de l’infraction, détermination des personnes responsables et de la sanction. Droit pénal général (les caractéristiques de l’infraction en général) et droit pénal spécial (éléments de chaque infraction spécifique – vol, harcèlement). Il existe encore d’autres matières spécifiques : la pénologie, la criminologie, la criminalistique (p. 10).

• Contenu formel : ensemble des règles de procédure pénale – poursuites, enquêtes, instructions, jugements, recours.

Historique du droit pénal

• Code entré en vigueur en 1994 – réforme du code Napoléonien qui date de 1810. Réforme car incrimination parfois obsolètes et nécessité d’intégrer la jurisprudence.

• Enrichissement permanent du droit pénal car la discipline doit s’adapter aux nouveaux comportements criminels. Le droit pénal tend vers une rigueur accrue : multiplication des peines, sévérité grandissante contre certains comportements (récidive).

• D’autre part le droit pénal semble connaître une forme de retour aux sources, de réflexion permanente sur les différents courants de pensée qui fondent le droit pénal :

■ La fonction réparatrice et rééquilibrante du droit pénal est prônée depuis Platon : dans le Protagoras, la punition a déjà une fonction d’exemple dissuasif envers le coupable et la société et d’assurer une juste réparation envers cette dernière.

■ Le dt pénal classique du 18e (Beccaria, Montesquieu, Rousseau) impose la notion du libre arbitre qui confère à l’homme la possibilité d’être responsable – laquelle a pour corollaire l’égalité des individus devant la loi.

■ Fin 19e : le positivisme envisage l’homme comme un être déterminé et non libre, et qui ne saurait donc être puni pour un acte qu’il ne maîtrise pas pleinement (voir Lombroso et Ferri). Les mesures préventives/curatives > les sanctions.

■ Courant de la défense sociale nouvelle, Ancel 1954 : cette théorie propose un examen de l’acte criminel, déterminant au cas par cas si le libre arbitre était présent ou non.

■ Débats contemporains qui font appels à ttes les racines philo du droit pénal : rétention de sûreté par ex.

L’infraction

• Infraction : action ou omission définie par la loi pénale et punie de certaines peines également fixées strictement par celle-ci. L’infraction pénale aboutit à sanctionner l’auteur d’une infraction alors que le délit civil – dans sa sanction - a pour but la réparation d’un dommage causé. Il peut y avoir infraction pénale sans délit civil (excès de vitesse) et inversement (exécution tardive d’un contrat).

Infraction pénale Délit Civil

Source Texte précis qui énonce les éléments constitutifs de l’infraction

CC 1240 : tout fait quelconque qui cause à autrui un dommage

Résultat L’IP peut exister indépendamment de tout dommage (excès de vitesse)

Le délit civil suppose qu’un dommage ait été causé

Rôle du juge Le juge applique une sanction définie préalablement par

la loi ou < à celle-ci. La sanction profite à la société qui est

ainsi protégée.

Le juge décide de la réparation du dommage en fonction de son

importance. Elle profite à la victime qui est replacée dans la situation

antérieure au préjudice.

• Lorsqu’un même fait constitue à la fois une infraction pénale et un délit civil, deux situations sont envisageables :

■ Des procédures civiles et pénales parallèles : le ministère public poursuit l’auteur devant les juridictions pénales et la victime devant la juridiction civile. Il y a autorité de la chose jugée au pénal sur le civil : le juge civil doit surseoir à statuer tant que le juge pénal ne l’a pas fait et ne doit pas méconnaître sa décision lorsqu’il la prononce.

■ Des procédures réunies : la victime d’un fait qui constitue à la fois un délit civil et une infraction pénale peut décider de porter son action en réparation de son dommage devant le juge pénal en se constituant partie civile. Elle devient partie au procès pénal mais ne peut agir que sur les seuls intérêts civils : elle ne peut contester la sanction pénale décidée par le juge au pénal.

6

Chapitre I. Les éléments constitutifs de l’infraction

Section I. L’élément légal de l’infraction • Pas de crime sans texte – art 111-3 : nul ne peut être puni pour un crime dont les

éléments ne sont pas définis par la loi.

§1. Le principe de légalité A. La signification du principe

Le principe de légalité suppose l’existence d’un texte dont l’application est faite par le juge. Le respect de ce principe de légalité est une garantie des droits individuels contre l’arbitraire du juge. Il se justifie par le respect de la séparation des pouvoirs et a une valeur constitutionnelle.

Il n’appartient qu’au législateur de définir les infractions de manière précise donc : une incrimination définie de manière vague ne satisfait pas au principe de légalité. Problème si le législateur utilisait des termes généraux voir ex du harcèlement p12. Depuis l’art 222-12 fait explicitement référence à la répétition comme élément essentiel de caractérisation du harcèlement.

Il n’y aura infraction que s’il y a eu violation de la loi pénale. Seule la loi peut créer de nouvelles incriminations, le juge n’a pas ce pouvoir.

B. L’application du principe Le juge ne peut élargir les incriminations à des hypothèses non prévues par la loi. Le droit pénal exclut tout raisonnement par analogie. Exemple du délit de filouterie qui n’était pas puni avant sa définition dans le code pénal parce que le juge n’avait pas le droit de faire une analogie avec des délits similaires (vol, escroquerie). Le juge ne saurait procéder à l’extension d’un txt au mépris du principe de légalité, par ex l’article qui condamne le fait de causer la mort d’autrui ne saurait être étendu à la vie d’un enfant à naître.

L’interprétation large d’un txt est admise dans deux cas :

■ Lorsqu’un txt est favorable au prévenu il pourra être appliqué à une situation non prévue par la loi alors qu’elle semblait aller de soi – par ex la jurisprudence a étendu le principe de la légitime défense à la protection des biens

■ Lorsque les progrès techniques permettent de commettre des infractions non envisagées à l’époque de la rédaction de la loi, le juge peut l’étendre : incrimination de vol appliquée en matière de soustraction d’énergie.

■ Lorsqu’un texte est mal rédigé au pt d’être absurde, le juge en écartera l’application.

§2. Les sources du droit pénal Le droit pénal est un droit écrit donc la coutume et l’usage ne sont pas par principe des sources du droit pénal. Mais le juge fait parfois produire à ces sources des effets juridiques lorsqu’il s’agit de retenir l’irresponsabilité pénale du prévenu : par ex, le devoir des corrections justifie des violences légères (sic) des parents envers leurs enfants.

A. La loi • La constitution de 1958 précise que les lois déterminent les crimes et délits, les

peines ainsi que la procédure et l’amnistie. La loi est un txt voté par le parlement, promulgué par le PR et publié au JO.

Code pénal : 1810 1992 car nécessité de revoir la présentation, de faire disparaitre les incriminations désuètes et d’en intégrer de nouvelles (criminalité organisée). Ce sont des lois codifiées. Il existe des lois non codifiées comme l’ordonnance de 1945 sur le régime des mineurs.

• Textes qui ne sont pas des lois mais qui ont valeur de loi, c'est à dire des textes qui émanent du pouvoir exécutif sur délégation du législatif : décret-loi, ordonnance, décisions temporaires lorsque le fonctionnement des pouvoirs publics est interrompu.

• Le juge pénal n’a pas le pouvoir d’apprécier la conformité de la loi à la constitution.

B. Le règlement Ce terme hiérarchise les actes réglementaires : décret pris en conseil d’Etat, décret simple et arrêté. Le règlement émane du pouvoir exécutif.

■ Les crimes et délits sont de la compétence de la loi mais le règlement intervient pour préciser les éléments de l’infraction tels qu’ils ont été déterminés par la loi.

■ Le règlement détermine les contraventions dans le cadre des décrets déterminés par le Conseil d’Etat. Les décrets simples et arrêtés ne peuvent que déterminer ou préciser des incriminations fixées par un texte supérieur.

Les juridictions pénales sont compétentes pour interpréter les actes administratifs et en apprécier la légalité lorsque de cet examen dépend la solution du procès qui leur est soumis (condition sine qua non).

C. Les textes internationaux • Par définition le droit pénal est l’expression de la souveraineté de l’Etat qui a le

monopole de l’élaboration de l’incrimination et de la sanction. Mais conformément à la hiérarchie des normes certains textes internationaux peuvent avoir une valeur supérieure à la loi nationale – en matière de politique pénale, car la peine reste du domaine de la souveraineté de l’Etat.

La Convention européenne des DH : particulièrement importante en matière pénale parce qu’elle énonce des dt absolus et inviolables (dt à la vie, interdiction de la torture, dt à un procès équitable) qu’il convient de respecter faute de quoi le citoyen dispose d’un dt de recours individuel devant la Cour Européennes des DH. L’équilibre entre le droit interne et les dispositions de la CEDH est pris en compte par celle-ci (« nul ne peut être privé de sa libertésauf détention régulière après condamnation par un tribunal compétent » question de procédure pénale) mais donne parfois lieu à des poursuites judiciaires (condamnation de la France pour manquement des autorités à protéger la vie des détenus – conditions de détention etc.).

• Les textes internationaux ont pour but d’harmoniser les législations nationales : Convention européenne d’extradition, accord de Schengen, conv° euro pour la répression du terrorisme...

§3. L’application de la loi pénale

8

A. Application de la loi pénale dans l’espace Il y a conflit entre les lois quand un délit est commis en France par un étranger ou inversement ou à l’étranger par un étranger avec une victime française. Le règlement des conflits inter lois sera déterminé par le système de la territorialité et de la personnalité. Politique fr : favoriser au maximum la loi française.

a) Système de territorialité On applique la loi de l’Etat dans lequel l’infraction a été commise : « La loi pénale fr est applicable aux infractions commises sur le territoire de la République ». C'est à dire dès lors qu’un des faits constitutifs a lieu sur ce territoire – et un étranger condamné dans son pays peut être poursuivi par la justice fr pour crime commis sur le territoire fr. A défaut d’un élément constitutif commis sur le territoire fr la loi pénale n’a pas vocation à s’appliquer, exception faite des dispositions qui découlent du système de la personnalité.

b) Système de personnalité La loi suit l’individu dans l’Etat où il se trouve : prise en compte de la personne de l’auteur ou de la victime de l’infraction. La loi pénale fr est applicable à tout crime commis hors du territoire de la République lorsque l’auteur ou la victime est français.e. Réciprocité : la loi fr est applicable aux délits commis par des fr si les faits sont punis par la législation du pays où ils ont été commis (seulement dans le cas où le criminel est français ?). Subsidiarité : la loi fr ne s’applique qu’en l’absence de jugement définitif rendu à l’étranger (vaut dans les deux cas). Enfin le système de compétence universelle de la loi fr permet de lui donner vie sans prendre en considération la nationalité de l’auteur ou de la victime dès lors que l’auteur (même de faits à l’étranger) a été arrêté sur le sol français : ex crime contre l’humanité.

B. Application de la loi pénale dans le temps • Principe de légalité : la loi pénale nouvelle s’applique aux actes commis après son

entrée en vigueur.

• Mais il y a conflit des lois lorsqu’un acte, commis sous l’empire d’une loi ancienne, n’a pas été définitivement jugé lorsqu’une loi nouvelle entre en vigueur. Deux hypothèses :

■ Les lois pénales de fond Art 112-1 : principe de non rétroactivité de la loi pénale – seuls sont punissables les faits constitutifs d’une infraction à la date à laquelle ils ont été commis. Mais principe de rétroactivité in mitius : une loi pénale nouvelle plus douce s’applique aux faits commis antérieurement à son entrée en vigueur. La loi est plus douce lorsqu’elle supprime une incrimination (vagabondage), une circonstance aggravante (nuit en cas de vol), lorsqu’elle prévoit une peine atténuée (meurtre 30 ans), et inversement plus sévère si incrimination nouvelle (harcèlement sexuel), circo aggravante, élargissement du champ d’application d’une loi (qualification de viol si violence mais aussi menace), ou encore peine plus sévère.

La rétroactivité in mitius suppose que les faits n’ont pas fait l’objet d’une décision passée en force de chose jugée (c'est à dire un jugement définitif, non susceptible de voies de recours). Lorsque la décision n’est plus susceptible de recours, les peines prononcées s’exécutent par principe. Exception : la peine cesse de recevoir exécution lorsqu’elle condamne un fait qui en vertu d’une loi

postérieure n’est plus une infraction. Autre exception : la loi est toujours rétroactive (même plus sévère) lorsqu’elle prévoit expressément qu’elle le sera (violences sex sur mineurs par ex). Voir aussi distinction infractions instantanées/continues/complexes.

■ Les Lois pénales de forme Les lois de procédure garantissent une meilleure application de la justice et sont donc d’application immédiate aux procès en cours. Les lois de compétences et organisations judiciaires sont immédiatement applicables aux affaires en cours (création cour assises compétente en matière de terrorisme) ; idem pour celles qui fixent les modalités de poursuite et formes de la procédure. Application immédiate des lois relatives aux régimes d’exécution et application des peines sauf si elles rendent la peine plus sévère. Lois relatives à la prescription de l’action publique et des peines s’appliquent immédiatement si le délai qui a déjà commencé à courir n’est pas expiré – même en cas d’aggravation de la situation de l’intéressé.

Section 2 – L’élément matériel de l’infraction

L’existence de l’infraction suppose la constatation d’un acte matériel – matérialisation qui se fait par tout moyen que le législateur aura lui-même précisé. La simple pensée criminelle/personne qui présente un état dangereux n’est pas punissable. On est puni pour l’infraction que l’on commet – pas celle qu’on risque de commettre (garantie des libertés individuelles). Mais le législateur prévoit de punir l’infraction tentée ou bien le délit-obstacle, c'est à dire des faits qui pourraient avoir des conséquences plus graves si l’on attendait de les réprimer : association de malfaiteurs p ex.

§1. Elément matériel de l’infraction consommée C'est à dire infraction qui constitue une réalisation jusqu'au bout d’une pensée criminelle.

A. L’infraction de commission Réunion de trois éléments : 1. initiative physique qui correspond à l’accomplissement des actes d’exécutions décrits par la loi. 2. Un résultat : dommage causé à la société ou à la victime ; 3. Un lien de causalité entre l’initiative et le dommage.

B. L’infraction d’omission L’infraction d’omission consiste à ne pas faire ce que la loi édicte : s’abstenir d’agir lorsque la loi prévoit une obligation d’agir. C'est à dire : non-respect d’une obligation de faire. Ex : non inscription au registre du commerce et des sociétés . Principe d’interprétation stricte de la loi pénale : en l’absence de texte, une infraction d’omission ne saurait être assimilée à une infraction de commission. Par ex le fait de laisser une personne se noyer sans rien faire est pénalement puni mais ce n’est pas un meurtre.

§2. L’élément matériel de l’infraction tentée La matérialisation peut être incomplète, soit en cas de tentative infructueuse (sans résultat), soit en cas de tentative interrompue. Question : à partir de quand le législateur condamne-t-il l’infraction ? Etapes du processus criminel :

• Résolution criminelle ou désir de commettre l’infraction

• Actes préparatoires

10

• Commencement d’exécution (ici est qualifiée la tentative)

• Exécution proprement dite (= consommation de l’infraction)

• Repentir actif ou remord tardif de l’auteur de l’infraction (aucune incidence sur l’existence de l’infraction)

Parfois le législateur condamne au titre d’une infraction consommée ce qui n’est que le commencement d’exécution d’une infraction : ex l’association de malfaiteurs.

A. Les conditions de la tentative punissable un commencement d’exécution et un désistement involontaire.

- Le commencement d’exécution Faute de définition légale précise, la jurisprudence allie deux théories de la doctrine – ou bien choisit entre les deux - pour définir ce commencement d’exécution. Deux conceptions de la doctrine : 1. Objective : il convient de s’attacher aux actes réalisés – il y a commencement dès que l’un des actes constitutifs a été commis. 2. Subjective : seule compte l’intention de commettre l’infraction. Par ex, il y a commencement d’exécution lorsqu’un acte tend directement au délit et qu’il est accompli avec l’intention de le commettre. Ou bien lorsque l’acte a pour conséquence directe de consommer l’infraction. La concept° de la jurisprudence est assez souple pour qu’un même acte puisse être parfois considéré comme acte préparatoire ou comme commencement d’exécution – la qualification est souvent adaptée à l’intention de la juridiction (relaxe ou peine lourde). Ex : le fait de se poster en embuscade muni des outils nécessaires à un cambriolage est un commencement d’exécution. V p 33 l’ex de l’assurance.

- Le désistement involontaire Si l’auteur se désiste volontairement, il n’y a pas de tentative punissable : le législateur lui accorde l’impunité. Le caractère volontaire du désistement : un sentiment personnel doit le conduire à renoncer à son projet indépendamment des causes extérieures. Le désistement involontaire est constitutif de tentative punissable (ex arrivée de la police). Quid du sentiment de peur : est-ce qu’il provoque un désistement (in)volontaire ? Tout dépend de la cause de la peur. Un ami te convainc volontaire / qqn te surprend : involontaire. Le moment du désistement : ce désistement ne peut lui profiter que s’il est antérieur à la consommation de l’infraction. Le remord tardif éventuellement diminution de la peine mais l’infraction persiste.

En ce qui concerne la tentative achevée (c'est à dire tous les actes constitutifs de l’inf° ont été réalisés mais aucun résultat ne s’est produit) : infraction manquée et infraction impossible. L’infraction manquée (inexécution involontaire) est visée par l’art 121-5 et est réalisée et punissable. Infraction impossible : le résultat souhaité ne pourra jamais se produire – les textes répondent au cas par cas pour chaque infraction (avortement ancien : que la femme soit enceinte ou pas) ou sont muets (effraction s’il n’y a rien à voler). La chambre criminelle de cassation a tranché en faveur de la répression : le fait de donner des coups à une personne déjà décédée est une tentative de meurtre. Ce qui est critiqué – v p 35.

B. La répression de la tentative Elle n’a lieu que dans les cas les plus graves : la tentative est toujours punissable en matière criminelle. Elle ne l’est en matière de délit que si un texte le prévoit expressément – pratiquement tous les textes réprimant des délits prévoient la répression de leur tentative. Ce n’est que lorsque la tentative n’est pas concevable qu’elle n’est pas punie (ex atteinte à l’intégrité physique de la personne).

En matière contraventionnelle, la tentative n’est pas punissable pour deux raisons : peu de gravité + il y a indifférence du résultat effectivement obtenu.

Lorsqu’il y a sanction de la tentative, quelle que soit la gravité de l’infraction, il y a identité de peine encourue pour l’auteur de l’infraction consommée et l’auteur de l’infraction tentée. L’intention de l’agent est en effet la même.

Section 3. L’élément moral La responsabilité pénale est subordonnée à la démonstration de l’imputabilité et de la culpabilité. Si l’élément moral fait défaut l’agent n’encourt aucune sanction.

§1. L’imputabilité C'est à dire : est-ce qu’on peut reprocher l’infraction à son auteur ?

A. L’état des facultés mentales Pour qu’une infraction soit imputable à un individu, il doit avoir agi en pleine conscience (≠ mineur ou dément).

Le mineur :

• le traitement du mineur au civil et au pénal n’est pas le même. En droit civil : l’imputabilité n’est plus nécessaire depuis 1968, seul l’est l’élément objectif (l’illicéité). Inversement, le droit pénal admet toujours une notion subjective de la faute : être pénalement responsable n’est possible que si on a conscience de son geste + aptitude à la peine qui représente à la fois punition et resocialisation.

• Evolution de la peine du mineur en pénal : les dispositions pénales actuelles vont vers des sanctions plus lourdes envers les mineurs depuis une réforme de 2002. Les mineurs capables de discernement sont pénalement responsables des crimes, délits et contraventions dont ils ont été reconnus coupables. La loi détermine les sanctions éducatives concernant les mineurs de 10 à 18 ans + les peines auxquelles peuvent être condamnés les mineurs de 13 à 18 ans (avec atténuation de responsabilité à cause de leur âge). Le texte consacre le principe de responsabilité pénale du mineur capable de discernement. Mais la loi maintient la primauté des mesures éducatives et l’atténuation en raison de l’âge. Les mineurs non pourvus de discernement échappent à toute mesure. Les mineurs capables de discernement peuvent se voir appliquer une mesure éducative quel que soit leur âge. Les mineurs capables de discernement âgés de dix ans au moins peuvent aussi se voir appliquer des sanctions éducatives (interdiction de rencontrer la victime ou de se rendre sur les lieux de l’infraction). Les mineurs capables de discernement entre 13 et 18 ans peuvent en plus des mesures éducatives se voir appliquer des peines – avec atténuation de la peine due à leur âge.

Le dément : n’est pas pénalement responsable au moment des faits la personne qui était atteinte d’un trouble psychique ayant aboli son discernement. Si son discernement a été altéré par un trouble psy, elle demeure punissable mais la juridiction tient compte de cette circonstance lorsqu’elle détermine la peine. La peine privative de liberté est réduite du 1/3 ou ramenée à 30 ans pour la perpétuité. La peine n’est pas la même si le trouble a altéré ou aboli le discernement. - En l’absence totale de discernement, le dément est non imputable, il ne peut se voir opposer qu’un non-lieu ou une relaxe et échappe à toute répression. Il doit cependant la prouver car aucune présomption ne lui bénéficie – procédure de déclaration d’irresponsabilité. Cette irresponsabilité pénale ne se double pas d’une irresponsabilité civile – deux buts différents.

12

- Lorsque le discernement est altéré, la responsabilité pénale demeure car le délinquant est imputable mais la peine sera réduite. - Le moment du trouble : l’appréciation de l’état de démence se fait au moment des faits – trouble passager antérieur : 0 intervention de l’art 122-1 – trouble survient après les faits : suspension de la procédure engagée. La doctrine classe le somnambulisme avec la surdité et la mutité comme états voisins des troubles mentaux (peu clair vp40). Alcool : on pourrait affirmer que le délinquant n’était pas responsable pénalement / d’autres part, l’ivresse est une circo aggravante de certains crimes appréciation laissée aux juges de fond.

B. L’exercice des facultés mentales Une infraction n’est pas imputable à son auteur s’il n’a pas agi librement par ex sous l’effet de la contrainte – car la contrainte supprime toute volonté : s’il y a contrainte il n’y a pas imputabilité donc pas responsabilité (art 122-2).

Les formes de la contrainte : physique et morale. La contrainte > la force majeure. La contrainte physique est parfois une contrainte externe force de la nature ou d’un tiers qui s’exerce sur une personne de façon à ce qu’elle ne contrôle pas son activité. Elle peut aussi être interne et dépasse la notion civiliste de force majeure : par ex la maladie constitue une contrainte exonératoire de responsabilité (ex abandon de famille et affection cardiaque). Toutefois tout problème qui n’est pas imprévisible et insurmontable (par ex une maladie connue et traitable) empêche le prévenu d’invoquer la contrainte. La contrainte morale : l’agent a commis une infraction sous l’effet de la peur, crainte, résultant de la menace d’un tiers – ex de la mère qui ne présente jamais ses enfants à leur père sachant qu’il les retiendrait définitivement. Mais une simple incitation à commettre un acte infractionnel ne peut constituer la contrainte. Dans ce cas la jurisprudence admet l’effet exonérateur de la contrainte externe mais pas de la contrainte interne qui résulterait d’un état émotif (hors démence).

Les conditions requises pour assurer l’irresponsabilité : art 122-2, « n’est pas pénalement responsable celui qui a agi sous l’empire d’une force ou d’une contrainte à laquelle elle n’a pu résister ». En tant que cause subjective d’irresponsabilité, elle fait disparaître la responsabilité de l’auteur, mais seulement de l’auteur et pas des co-auteurs. Elle doit être à la fois irrésistible et imprévisible : - irrésistible, c'est à dire elle doit supprimer totalement la volonté de l’agent. La simple incitation de commettre l’infraction : non. La cour de cassation choisit de l’apprécier in abstracto – la contrainte est admise de manière restrictive. - imprévisible, c'est à dire que le prévenu ne doit pas avoir eu connaissance de l’évènement invoqué (maladie) qui est la cause de l’infraction. Il en serait autrement d’une maladie non identifiée par le prévenu. La contrainte est exclue dans le cas où celui qui l’invoque a commis une faute antérieure ou concomitante à l’évènement invoqué : ex état d’ivresse provoquant une crise d’épilepsie.

§2. La culpabilité Synonyme de responsabilité au sens large. Le terme correspond plus précisément à l’étude de la faute. Responsabilité pénale ssi imputabilité et culpabilité.

A. La faute intentionnelle 121-3 : Il n’y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre (hostilité aux normes et valeurs sociales). Attention aux définitions : Intention ≠ volonté : l’intention suppose la volonté de réaliser un acte que l’on sait être interdit par la loi. L’intention est la volonté orientée vers l’accomplissement d’un acte volontaire mais l’acte volontaire peut ne pas être intentionnel : tirer avec une arme est un acte volontaire qui n’est pas nécessairement intentionnel dès lors qu’il n’est pas accompli dans le but de tuer. Intention ≠ mobiles : le mobile est un sentiment perso qui pousse l’individu à commettre une

infraction, aspect subjectif variable d’un individu à l’autre. vs l’intention coupable est toujours la même pour une infraction donnée : l’intention du vol est toujours de s’approprier des biens de qqn d’autre. Les mobiles ne sont jamais pris en compte par le pénal pour vérifier la réalité de l’infraction. Une infraction accomplie avec des mobiles honorables reste punissable. Mais le juge tient compte du mobile lors de la détermination de la peine – après avoir caractérisé l’infraction + retenu la culpabilité du prévenu – ex jury populaire en assises, euthanasie. Cas particuliers : le juge peut consacrer les mobiles au rang d’éléments constitutifs de l’infraction – dol aggravé ou dol spécial (mobiles qui animent un terroriste par ex, crimes contre l’humanité). La diffamation ne constitue une infraction que s’il y a volonté de porter atteinte à l’honneur de la victime.

Les éléments de l’intention coupable : - la volonté de commettre l’acte : identité entre les faits commis et les faits visés par le législateur – par ex meurtre : il doit y avoir volonté de tirer pour tuer + passage à l’action. Si une erreur porte sur un élément constitutif de l’infraction, il n’y a pas infraction intentionnelle (voler un manteau en pensant qu’il s’agit du sien). Si l’erreur porte sur l’objet du délit (voler un manteau autre que celui visé), l’intention délictueuse ne disparaît pas. L’erreur supprime la culpabilité lorsque l’infraction est intentionnelle, s’il s’agit d’une infraction d’imprudence, l’erreur souligne la faute et la responsabilité pénale demeure. - la volonté d’obtenir un résultat : l’obtention effective n’est pas nécessairement un élément de l’infraction. La volonté de l’obtenir est prise en compte. La responsabilité pénale demeure même si le résultat recherché n’est pas le résultat obtenu (délit impossible). - la connaissance du caractère illégal de l’acte : il y a en droit français un PGD selon lequel nul n’est censé ignorer la loi. Indépendamment de la jurisprudence antérieure, le CP actuel prévoit que n’est pas pénalement responsable la personne qui justifie avoir cru, par une erreur de droit qu’elle n’était pas en mesure d’éviter, pouvoir légitimement accomplir l’acte. Par ex une personne qui obtient une fausse info d’une administration interrogée avant d’accomplir l’acte – chef d’entreprise qui n’enregistre pas le contrat de w de ses ouvriers. En revanche un simple avis donné ou la naïveté (ignorance d’une loi évidente) ne dispense pas de la culpabilité. Les juges sont particulièrement sévères envers les professionnels, n’admettant quasi jamais une erreur de droit inévitable dans la mesure où ils agissent dans les procédures qui leur sont habituelles. Le principe est celui du professionnel averti qui a nécessairement connaissance de ce que la loi lui impose.

B. La faute non intentionnelle (d’imprudence) Dangereuse aussi pour la société – fautes multipliées // essor industrialisation. Imprudence : fait de n’avoir pas prévu les conséquences dommageables d’un acte étant entendu que le dommage n’a jamais été voulu ou recherché. Ex du non-respect des règles de la circulation automobile ayant causé un homicide involontaire. L’imprudence consciente : l’individu a voulu l’acte à l’origine du dommage sans vouloir le dommage mais en sachant qu’il y avait un risque qu’il se produise. (automobiliste) L’imprudence inconsciente : tout est involontaire – le dommage comme l’acte – le pptaire qui loue son appart en oubliant de vérifier l’état du chauffage + mort du locataire. Comment le droit pénal peut-il réprimer ces imprudences dangereuses sans paralyser toute activité humaine – pensons au cas où le lien de causalité entre un comportement imprudent et le dommage est distendu (je prête ma voiture à qqn sans permis sans le savoir et il tue des gens) ?

Pendant longtemps, sachant que sa décision prévalait sur celle du juge civil, le juge pénal a condamné la moindre faute d’imprudence pour ne pas laisser la victime sans dédommagement + le droit pénal a une appréciation souple du lien de causalité entre acte et dommage. La loi du 10 juillet 2000 modifie l’art 121-3 : il y a délit lorsque la loi le prévoit en cas de faute d’imprudence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement. Les personnes qui ont contribué à la réalisation du dommage sont responsables pénalement si elles ont violé délibérément une obligation de prudence ou sécurité soit commis une faute caractérisée qui exposait autrui à un

14

risque grave qu’elles ne pouvaient ignorer. Pas de contravention en cas de force majeure. Gradation de la faute d’imprudence : - La faute simple : non-respect d’une obligation de sécurité prévue par la loi. La faute est sanctionnée lorsqu’elle entraine directement le dommage – l’auteur ne prévoit pas les conséquences de son acte. - La faute délibérée : mise en danger délibérée d’autrui par la violation d’une obligation imposée par la loi, qu’un dommage ait été causé ou pas. L’auteur connaît les risques de son comportement. La gravité du comportement est telle qu’elle justifie que la responsabilité pénale soit retenue même en cas de causalité indirecte. - La faute caractérisée : manquement non délibéré d’une personne mais revêtu d’une telle gravité que le juge sanctionne même s’il y a causalité indirecte avec le dommage. Peu importe qu’il y ait violation de la loi – ça peut être une simple circulaire + infraction de commission ou omission. Ex du maire p 51.

La faute simple si elle n’a pas de lien de causalité direct avec le dommage reste hors du champ pénal, mais elle reste dans le champ civil selon les termes de la loi, suite à une réforme du CPP de 2000. L’absence de faute pénale non intentionnelle ne fait pas obstacle à l’exercice d’une action devant les juridictions civiles. Fin du principe de l’identité des fautes civile et pénale en matière de faute d’imprudence. Le juge pénal peut condamner ou non la faute d’imprudence sans se soucier de l’impact au civil.

La définition du lien de causalité demeure problématique car le législateur ne pose aucune règle précise – v ex p52.

Section 4. L’élément injuste

Pour qu’il y ait infraction, il doit y avoir absence de fait justificatif. Le législateur peut retirer le caractère délictueux d’un acte s’il est légitimé par un fait justificatif. Les faits justificatifs sont des causes objectives d’irresponsabilité à distinguer des causes subjectives (démence, contrainte, erreur). Il s’agit de circonstances extérieures à la psy de l’agent qui font disparaitre le caractère délictueux d’un acte qui, sans ces circonstances, constituerait une infraction. L’acte accompli ne constitue plus une infraction aux yeux de la loi bien qu’il en ait ttes les apparences matérielles : l’élément légal de l’infraction disparaît. Alors que les causes subjectives d’irresponsabilité laissent l’infraction persister, ce n’est que la possibilité de l’imputer qui disparait.

Dans les deux cas le régime d’irresponsabilité profite de la même manière à celui qui accomplit l’acte : non-lieu devant une juridiction d’instruction, relaxe devant une juridiction de jugement. La cause subjective d’irresponsabilité ne profite pas au complice de l’auteur alors que si l’auteur bénéficie d’un fait justificatif, l’infraction disparaît à l’égard de tous les participants. Les faits justificatifs admis par le législateur sont les § suivants.

§1. L’ordre de la loi et le commandement de l’autorité légitime N’est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions législatives ou réglementaires , sauf si cet acte est manifestement illégal.

A. L’ordre de la loi La loi prescrit ou autorise un acte qui sans cette autorisation constituerait une infraction pénale. Dénonciation du crime commis sur un enfant prévue ok par 226-14 > divulgation du secret pro. Le fait justificatif tiré de l’ordre de la loi est soumis à des limites : interprétation stricte de la loi pénale (intervention chir thérapeutique ok mais pas castration d’un transsexuel), et outrepasser l’autorisation de la loi c’est s’exposer à la sanction de celle-ci (les enseignants disposent d’un pouvoir disciplinaire envers leurs élèves s’il s’exerce avec bienveillance). Tout est question de mesure et donc d’interprétation de la loi par le juge – v ex p 55.

B. Le commandement de l’autorité légitime Il s’agit d’une autorité publique qui dispose légalement du pouvoir de commander l’exécution des lois. ≠ acte commandé par une autorité privée ou un sup hiérarchique. Désormais le commandement de l’autorité légitime peut valoir justification sans ordre de la loi – sauf acte manifestement illégal – v p 56 les précédentes théories de l’obéissance passive ou raisonnée, celle qui prévaut : l’agent doit analyser le caractère manifeste de l’illégalité. Si l’agent estime que l’ordre reçu est manifestement illégal et qu’il ne l’exécute pas, il n’encourt aucune sanction. S’il l’exécute, il ne sera pas justifié mais le juge évaluera ses possibilités à apprécier la légalité de l’acte – ex p 56.

C. L’ordre de la loi et le commandement de l’autorité légitime Parfois l’ordre de la loi ne peut bénéficier à l’agent que s’il s’accompagne du commandement de l’autorité légitime – officier de police qui procède à une arrestation au domicile d’une personne avec mandat d’amener (sans mandat = sanction pénale pour arrestation arbitraire).

§2. La légitime défense N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une attaque injustifiée envers elle-même ou autrui ou pour interrompre l’exécution d’un crime/délit, accomplit dans le même temps un acte commandé par la nécessité de la légitime défense, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte. La loi permet de riposter à une attaque injuste sans que l’individu encoure de sanctions. La contrainte ≠ la légitime défense, on considère que la LD s’applique à un individu qui a le choix de ses actions, forme de liberté. Rappel qu’il s’agit d’une cause subjective ≠ objective d’irresponsabilité. La doctrine a repoussé l’idée selon laquelle la LD repose sur l’idée de justice privée. La proposition retenue est que celui qui intervient le fait en raison de la défaillance des pouvoirs publics : il est donc normal de préférer la victime à l’agresseur – la victime d’un acte infractionnel reste impunie pour l’acte qu’elle a elle-même accompli.

A. Les conditions générales de la LD - L’acte d’agression :importante car le juge doit juger de l’équilibre entre les deux actes commis. Le doute persiste quant à la possibilité de se défendre contre une agression morale et non physique. L’agression doit être actuelle et injustifiée + la victime n’a pas pu être protégée par les forces de police.On ne peut pas riposter à une attaque éventuelle ou passée. Elle peut être vraisemblable en revanche – tirer sur qqn qui pointe « par jeu » un pistolet sur ton fils. Arrêt de 2015, voir p 59 pour agression imaginaire – l’erreur doit être excusable. L’agression doit être injuste : si l’acte initial est couvert par la loi (forces de police qui interviennent), l’état de LD n’est pas retenu au profit de celui qui réagit contre l’acte initial. Si l’autorité dont émane l’acte initial agit manifestement illégalement, la LD est admise en défense. Et lorsque l’agresseur ne jouit pas de toutes ses facultés, la LD demeure un fait justificatif admis. Celui qui a commis le premier acte a quand même commis une infraction même si la possibilité de la lui imputer disparait.

- L’acte de défense : à l’origine le législateur admettait slt l’homicide, les coups et les blessures. Mnt on parle « d’acte » de défense en règle générale – vol, séquestration etc. Autre condition : l’acte doit être volontaire, c'est à dire intentionnel : on ne peut riposter que volontairement à une infraction qui constitue une agression. En matière de légitime défense des biens : (peu clair p 61) – le texte exclut la légitime défense en matière de biens lorsque l’acte de riposte est constitué par un homicide volontaire. La loi donne la préférence à la personne humaine > biens. Celui qui tue le voleur ne sera pas justifié – ex affaire Legras – explosion voleurs garage. L’acte de défense doit être nécessaire : on considère qu’il ne l’est pas lorsque les forces de l’ordre étaient présentes et pouvaient donc défendre la victime. Il faut que les moyens utilisés pour la LD soient proportionnés à l’agression initiale – v ex du bar p 62. Si celui qui riposte va trop loin, il peut à son tour tomber dans la catégorie des délinquants, et il n’a pas réellement le droit d’anticiper les actes de l’autre personne : on ne reconnait pas la justification de la LD à celui qui blesse par arme à feu qqn qui avait déjà pris peur et interrompu son propre geste de tirer. L’agresseur initial conserve

16

également la qualité de délinquant même s’il devient lui aussi une victime. Si la victime préfère la riposte à la fuite possible, la jurisprudence l’admet comme LD car fuite ressentie comme honteuse. L’attitude de la jurisprudence est extrêmement prudente pour admettre un fait justificatif : il s’agit par la justification de faire obstacle à la loi pénale, les faits doivent être interprétés de manière étroite.

Question de proportionnalité en cas de protection des biens : la LD est beaucoup moins largement admise, l’appréciation de la nécessité se fait de manière beaucoup plus sévère. Faire obstacle à l’auto défense, donner préférence à la protection de la valeur humaine. Voir ex p 63 – un acte de riposte ne peut être apprécié dans sa proportionnalité alors que la victime éventuelle ne sait même pas encore quelle sera la teneur de l’agression potentielle.

B. La preuve de la LD Sur qui repose la charge de la preuve de la LD ? Les faits justificatifs constituent des dérogations à la loi pénale et pour cette raison c’est celui qui l’invoque qui doit prouver que les conditions de la LD sont réunies. Mais l’état de LD est présumé : si celui qui accomplit l’acte le fait pour repousser de nuit l’entrée par effraction dans un lieu habité, ou pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillage exécutés avec violence – dans ce cas l’agent n’a pas à prouver l’existence des éléments constitutifs du fait justificatif grâce au jeu de la présomption. La présomption de LD traduit le souci du législateur de protéger les individus dans des circonstances particulières. Est-ce que la présomption a un caractère simple ou irréfragable ? depuis 1959 la LD a un caractère simple susceptible de preuve contraire – c'est à dire l’arrêt de 1857 avec [le père la fille le soupirant] n’aura pas pu avoir lieu.

§3. L’état de nécessité 122-7 : n’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace. L’état de nécessité fait disparaître la responsabilité pénale mais contrairement à la LD elle laisse subsister la responsabilité civile. Celui qui invoque l’état de nécessité fait une victime alors que celui qui invoque la LD est une victime.

L’état de nécessité ≠ la LD : la nécessité de se défendre quand il y a LD a été provoquée par l’agresseur, ce n’est pas le cas de la nécessité qui vise des hypothèses plus larges, l’intéressé ne subit pas une attaque venant d’une autre personne. Médecin qui tue l’enfant pour sauver la mère, mère qui vole du pain pour nourrir ses enfants. L’agent n’est pas une victime ayant subi une agression. Le pt commun avec la LD c’est la nécessité de commettre un acte qui se trouve correspondre à une agression.

L’état de nécessité ≠ la contrainte : une question d’état d’esprit au moment du passage à l’acte. La contrainte supprime toute liberté de choix pour l’agent, ce choix demeure dans l’état de nécessité (même s’il est entendu de manière très pessimiste : subir un dommage ou commettre une infraction). Ex du médecin : il ne risque aucun danger pour lui-même mais a le choix entre deux dommages.

L’état de nécessité = la situation dans laquelle se trouve une personne qui, pour sauvegarder un intérêt supérieur, n’a d’autre ressource que d’accomplir un acte défendu par la loi pénale. Des conditions doivent être réunies :

A. Le danger encouru Il doit s’agir d’un vrai danger et pas d’une simple crainte. V ex p 66 – père enfant 1 mois logement. « une simple commodité » est insuffisante pour constituer le danger – p 66 encore femme vol nourriture amélioration quotidien enfants. L’objet sur lequel pèse le danger encouru : sa propre personne, la personne d’un tiers ou un bien. Exposer autrui à une scène de débauche : c’est un danger. Un animal est considéré comme un bien

donc la nécessité peut être invoqué si on percute un véhicule plutôt qu’un animal. Idem pour la sauvegarde des légumes d’un potager qui a légitimé qu’on tue un lapin – même si décision critiquée quant à l’appréciation de la nécessité.

Dès lors que le danger encouru est constaté, il doit être actuel ou imminent et ne pas être la conséquence d’une faute commise antérieurement par celui qui invoque le fait justificatif (conducteur camion enfonce barrière etc p 67).

B. L’acte justifié L’acte justifié doit être nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien – si une autre solution était possible l’auteur de l’infraction ne sera pas justifié. Parfois les juges admettent la justification alors que l’infraction était seulement le meilleur moyen pour éviter le dommage. L’arrachage de plantes OGM pas de nécessité car pas de danger actuel ou imminent. Détention de plants de cannabis contre des souffrances constantes : nécessité OK. L’acte justifié doit aussi être proportionné à la menace. La réaction de la sauvegarde doit être mesurée par rapport à la gravité de la menace : garder en tête que voler pour se nourrir ok/voler pour améliorer son alimentation dans un contexte économique difficile mais pas irrémédiable pas ok. Le bien sauvegardé soit être d’une valeur supérieure au bien sacrifié : un automobiliste ne peut sacrifier un piéton pour sauvegarder des biens matériels.

Par une loi du 13 juin 2016, le législateur a créé un nouveau fait justificatif entre l’autorisation de la loi, la LD et l’état de nécessité : « n’est pas pénalement responsable le fonctionnaire de la police nationale ou le militaire de la gendarmerie déployé sur le territoire, qui fait un usage absolument nécessaire et strictement proportionné de son arme dans le but exclusif d’empêcher la réitération dans un temps rapproché d’un ou plusieurs meurtres venant d’être commis. ». Le législateur autorise le recours à la force armée dans un temps rapproché de l’infraction commise ou tentée, laissant de côté l’exigence de la simultanéité de la riposte, et quand bien même la réitération n’est qu’une probabilité.

§4. Le consentement de la victime ?

Le consentement de la victime n’est en principe pas un fait justificatif qui fait disparaître l’infraction commise.

A. Le principe Le consentement de la victime n’a aucune incidence sur l’infraction commise. Caractère délictueux maintenu et l’agent encourt des sanctions. Ex de l’avortement. En droit français, personne ne peut disposer de sa vie. L’euthanasie est un acte qualifié juridiquement de meurtre ou d’assassinat. Le mobile euthanasique ne retire pas le caractère intentionnel à l’acte accompli.

B. Les atténuations Parfois le consentement de la victime fait obstacle à la possibilité de poursuivre l’auteur d’un acte mais l’explication ne réside pas dans la reconnaissance d’un fait justificatif. Certaines infractions nécessitent pour être commises l’absence de consentement de la victime. En matière de vol ou de séquestration par ex, le consentement de la victime qui finalement n’en est pas une donné librement et antérieurement ne peut donner naissance à l’infraction. Lorsqu’un médecin intervient avec le consentement de son patient, il ne saurait commettre aucune infraction – si l’urgence l’empêche de recueillir son consentement cela ne devient pas une infraction car la loi autorise la pratique de la médecine d’urgence (et n’est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions légales). La pratique des sports violents ne peut faire encourir de sanction à celui qui administre des coups dans les règles de l’art car le cadre légal justifie l’impunité.

18

Chapitre 2. La classification des infractions Le juge prend connaissance des faits qui ont été commis puis procède à leur qualification, c'est à dire il cherche à les rattacher à une incrimination précise traduction juridique des faits commis. Il constate l’infraction lorsqu’il a pu établir une concordance entre les faits et l’incrimination.

Section 1. La classification légale : crimes, délits, contraventions Art 111-1 : « Les infractions pénales sont classées, suivant leur gravité, en crime, délits et contraventions ». La distinction a toujours reposé sur la gravité de la peine encourue pour chaque infraction.

§1. Les intérêts de la distinction sur la forme : la procédure pénale La nature de l’infraction détermine la juridiction compétente, la mise en examen, et le délai de prescription de l’action publique. P 72 Délai de prescription de l’action publique : délai dans lequel l’action intentée devant les juridictions pénales doit être mis en œuvre à compter de la commission des faits.

Juridiction compétente

Mise en examen Délai de prescription de l’action publique

Crime Cour d’Assises Instruction obligatoire

Dévolue à juge d’instruction, chambre de l’instruction (def) et juge des libertés de la détention

10 ans

Délit Tribunal correctionnel

Instruction facultative 3 ans

Contravention Tribunal de police Très rare 1 an

La prescription de l’act° pu se justifiait par l’effet du temps qui passe, obstacle à la mise en mouvement de l’action publique : paix et tranquillité publique, prise en compte de la difficulté de prouver des faits anciens. Mais pour certains crimes il est admis que la prescription soit levée : les circonstances de commission d’infractions de meurtres aggravés (ex octuple infanticide) dont personne n’avait été en mesure de connaître l’existence, peuvent conduire à ce que le délai de prescription de l’action pu soit suspendu. En effet les actes homicides avaient été accomplis plus de 10 ans avant la découverte du premier cadavre. En théorie le pt de départ de la prescription en matière criminelle est fixé au jour de la commission des actes, mais la prescription est suspendue en cas d’obstacle insurmontable à l’exercice de ces poursuites. Les juges ont évoqué l’obstacle insurmontable ayant pour effet la suspension du délai de prescription. Selon certains auteurs, la prescription est en crise notamment via une certaine pression de la société et le législateur devrait la réformer afin d’assurer la sécurité des citoyens, voir ex p 73.

Enfin, le recours en appel est consacré pour les délits et existe de manière restreinte en matière contraventionnelle. Le recours en appel d’une décision d’assises existe depuis 2000 mais il s’agit d’une cour d’assises d’appel.

§2. Les intérêts de la distinction sur le fond : l’incrimination Rappel : la loi fr s’applique à l’étranger si l’auteur ou la victime du crime est un français. La tentative est toujours punissable en matière criminelle, en matière délictuelle aussi si un txt le prévoit et jamais en matière contraventionnelle. La complicité est punissable pour les crimes et les délits et jamais pour les contraventions. Le délai de prescription de la peine, au-delà duquel une peine prononcée ne peut plus être mise en exécution, est de 20 ans pour les crimes, 5 pour les délits, 3 pour les contraventions.

Section 2. Les autres distinctions Exemples : infraction politique et infraction de droit commun (le délinquant politique est considéré comme moins dangereux, donc souvent la jurisprudence est sévère et tend à caractériser une infraction de droit commun pour plus de sécurité) – v p 74.

§1. Les infractions instantanées et les infractions continues L’infraction instantanée se réalise immédiatement, ex du meurtre ou du vol, et les effets de l’infraction peuvent durer dans le temps, cela n’intervient pas sur la détermination du moment de l’infraction. Si le voleur garde le bien un certain temps, l’infraction demeure instantanée et devient permanente mais pas continue. L’escroquerie aussi est instantanée : remise de la chose par la victime entre les mains de l’escroc.

L’infraction continue s’exécute sur une certaine durée : recel, fait de retenir un bien en sachant qu’il a une origine délictueuse ou séquestration arbitraire. La loi prévoit la non rétroactivité de la loi nouvelle à l’exception de l’hypothèse des infractions continues : elle s’applique. Des faits non punissables peuvent être poursuivis sous l’empire d’une loi nouvelle qui vient les sanctionner. La cour de cassation exige une continuité des faits.

infractions successives : celles qui sont instantanées et se répètent dans le temps constituant les conditions de la récidive. Le délit d’abandon de famille est continu – vp 75.

Pt de départ de prescription de l’action pu : infraction instantanée, le délai court dès l’instant où l’acte matériel a été réalisé ≠ infraction continue : le délai court dès que la volonté coupable a pris fin. Application de la loi pénale nouvelle : elle s’applique à l’infraction continue (et pas instantanée) dès lors que l’intention coupable se prolonge après l’entrée en vigueur de celle-ci. Compétence territoriale des juridictions pénales : tous les tribunaux dans le ressort desquels l’intention délictueuse a eu lieu lorsque l’infraction est continue ont vocation à connaître des faits et à les juger (même si conflit de juridictions terrain national ≠ étranger).

§2. Les infractions simples et les infractions d’habitude Infraction simple : l’élément matériel est unique – vol qui se réalise par la soustraction. Infraction d’habitude : réalisée par une seule opération matérielle mais punissable slt si elle a été réalisée plusieurs fois. Il faut donc constater plusieurs faits identiques dont chacun isolément n’est pas punissable. Exercice illégal de la médecine ou harcèlement sexuel. La jurisprudence considère que deux actes sont suffisants.

Le délai de l’action pu commence à courir dès l’accomplissement de l’acte seul pour l’infraction simple et dès celui du dernier acte pour l’infraction d’habitude. On perçoit une volonté répressive puisqu’ainsi la prise en compte du dernier acte repousse le pt de départ de la prescription. L’application de la loi pénale nouvelle : s’applique à l’infraction d’habitude à partir du moment où l’un des actes constituant l’habitude est commis sous l’empire de la loi nouvelle. Idem pour la compétence des juridictions nationales.

§3. Les infractions simples et infractions complexes Infraction Simple : toujours celle qui ne nécessite qu’un seul acte d’exécution. Infraction complexe : accomplissement de plusieurs actes de nature différente. Ex abus de confiance : un bien doit avoir été remis pour ensuite être détourné par celui qui en est entré en possession. Délai de prescription de l’action publique : complexe moment où le dernier acte qui consomme l’infraction a été accompli. Vp 78 sécu.

20

La loi nouvelle pourra saisir des faits qui ont débuté avant son entrée en vigueur quand les autres faits nécessaires à la consommation de l’infraction ont eu lieu après l’entrée en vigueur de la loi nouvelle. Dès lors qu’un des éléments constitutifs de l’infraction a été accompli dans le ressort d’une juridiction, celle-ci a vocation à réclamer sa compétence au même titre qu’une autre juridiction placée dans la même situation. La multitude de juridictions compétente favorise la répression de l’infraction.

Chapitre 3. La pluralité des participants à l’infraction Nul n’est pénalement responsable que de son propre fait, que s’il a contribué à perpétrer une infraction.

Section 1. Le principe d’une responsabilité de son fait personnel

• Notre action nous engage pénalement + théoriquement ns ne pouvons pas être responsable de qqn d’autre. L’appartenance à un gpe, alors qu’une infraction a été commise, ne suffit pas à engager la responsabilité : il faut rechercher quelles sont les responsabilités individuelles.

• On ne retrouve pas en matière pénale le principe de responsabilité du fait d’autrui connu en matière civile : les parents ne sont pas responsables de leur enfant (pénalement), en cas d’infraction collective le juge pénal recherche la responsabilité de chacun en tenant compte de sa participation à l’acte selon qu’il est auteur, coauteur ou complice.

L’auteur est celui qui accomplit les actes constitutifs de l’infraction : celui qui commet ou tente de commettre les faits incriminés (art 121-4).

Mais exceptions : parfois la loi désigne l’auteur sans que celui-ci ait commis personnellement l’infraction. Par ex loi de 1881 sur la liberté de la presse : le directeur de la publication d’un écrit diffamatoire est auteur du délit de diffamation même s’ils ne sont pas auteurs du texte.

Autre ex la tentative de complicité : faire faire une infraction non suivie d’effet. Infraction autonome qui permet de saisir juridiquement la volonté criminelle de celui qui recrute un auteur matériel alors que ce dernier refuse finalement de passer à l’acte.

Le fait d’avoir contribué à créer la situation du dommage sans l’avoir créé directement engage la responsabilité de l’auteur indirect de l’infraction.

Le coauteur : notion différente – les coauteurs = chacun des participants qui commettent individuellement chacun des éléments constitutifs de l’infraction. Dans les hypothèses d’action collective, la jurisprudence veille à rechercher la participation individuelle de chacun en montrant qu’ils ont pris part à un fait unique. Voir ex p 80. Cependant les juges doivent vérifier l’existence d’une réelle participation à l’infraction et donc qualifier très précisément les faits pour distinguer observateurs et participants.

Section 2. La complicité

• L’infraction en groupe s’il n’y a pas d’entente préalable, on recherche la responsabilité perso des divers coauteurs ; s’il y a entente préalable dans la formation du gpe il peut y avoir infraction spéciale comme l’association de malfaiteurs, enfin l’entente momentanée portant sur la commission d’une infraction déterminée se définit comme complicité.

• Dans les cas de complicité le principe de responsabilité personnelle n’est pas battu en brèche : chacun est personnellement responsable de son acte. Mais art 121-7 : « est complice d’un crime ou d’un délit la personne qui sciemment, par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation OU la personne qui par don, promesse, menace, ordre, aura provoqué une infraction ou donné des instructions pour la commettre. ». Le complice participe à la préparation ou à la consommation d’une infraction sans en être l’auteur ni le coauteur. Auteur et coauteur accomplissent les éléments constitutifs de l’infraction alors que le complice agit de manière subalterne.

§1. Les conditions de la complicité A. L’acte principal - La nature de l’acte principal : la complicité n’est concevable que si l’acte de complicité se rattache à un acte principal infractionnel. Celui qui aide l’auteur d’un acte qui ne constitue pas une infraction n’est pas complice au sens du droit pénal. Ex le prêt d’une voiture à un ami ne devient complicité que si l’ami s’en sert pour tuer qqn. Si l’aide prend la forme d’une infraction (vol de ladite voiture), la responsabilité pénale du complice est recherchée sur double fondement : comme responsable de la première infraction et comme complice de la 2e.

- L’acte principal doit être un crime ou un délit et pas une contravention – sauf tapage nocturne. Le fait principal doit être objectivement punissable ce qui est ≠ de effectivement puni. C'est à dire l’acte principal ne doit pas être couvert par une cause objective d’irresponsabilité pénale. Par ex celui qui vient porter secours à une victime qui se défend – par LD – contre son agresseur initial ne saurait être complice de violences puisque celles-ci répondent à une agression.

- Que décider lorsque l’auteur de l’acte principal n’a pas consommé l’infraction, quand celle-ci a été slt tentée ? si l’auteur s’est désisté involontairement, la tentative (acte principal inf) existe et est punissable, ainsi la complicité de tentative est punissable aussi. Si l’auteur se désiste volontairement, il n’y a pas de tentative punissable, donc pas d’acte infractionnel et, logiquement, pas de complicité MAIS désormais le CP prévoit que « le fait de faire à qqn des offres ou promesses ou dons afin qu’elle commette un assassinat ou un emprisonnement est puni, lorsque ce crime n’a été ni commis ni tenté, de 10 ans de prison et 150 000 € d’amende ». L’acte principal n’a pas à être effectivement puni – le complice peut être puni sans que l’auteur le soit, par ex si l’auteur bénéficie d’une cause subjective d’irresponsabilité (état de démence) et pas le complice (conscient de ses actes). La CSI ne profite qu’à l’agent et non aux autres participants.

B. La participation à l’acte principal Suppose la réunion de l’élément moral et de l’élément matériel. Elément moral de la complicité : le complice est celui qui a participé sciemment à la réalisation ou préparation d’une infraction – c'est à dire il devait être conscient de participer à un acte délictueux. Il n’y a donc pas de complicité en matière d’infraction d’imprudence mais par ex celui qui incite qqn à réaliser un excès de vitesse dont résulte un homicide involontaire est poursuivi comme auteur. Par exception au principe énoncé, la CC a admis que celui qui favorise des blessures par imprudence en s’abstenant d’intervenir comme il en avait l’obligation est complice – v ex épilation p 84. Décision contestée car la complicité implique l’intention normalement.

22

Il doit y avoir concordance entre l’infraction projetée et l’infraction réalisée si elles ne correspondent pas, l’infraction ne peut être punissable : - Si les infractions diffèrent dans leurs éléments constitutifs : le complice n’encourt pas de sanction. La personne qui fournit une arme à un individu afin qu’il intimide un débiteur ne sera pas punissable si celui-ci tue un tiers – car ce ne sont pas les mêmes incriminations. - Si les infractions diffèrent dans leurs circonstances : c'est à dire dans leur mode de réalisation, le complice reste punissable – meurtre commis par électrocution plutôt que par la strangulation prévue. La CC décide que le complice encourt la responsabilité de ttes les circonstances qui qualifient l’acte nécessaire, sans qu’elles aient nécessairement été connues de lui.

Elément matériel de la complicité : est visé ici l’acte matériel constituant l’acte de complicité permettant de commettre l’acte principal. Au sujet des formes de la complicité : aide, assistance, provocations ou instructions. Aide et assistance : fourniture de moyens quelconques (clé, faux certificat). Instigation = provocation et instructions. Provocation : incitation de l’auteur via don, menace, promesse ou ordre. Ex affaire Lacour : l’auteur de l’infraction passe à l’acte, celui qui le recrute est complice. Instructions = instructions ou indications. L’acte matériel doit être un fait positif antérieur ou concomitant à l’acte d’infraction. Donc par principe l’abstention n’est pas assimilée à une commission qui serait passible de complicité, toutefois dans le cas d’un spectateur passif d’une infraction la jurisprudence a admis la distinction entre le spectateur passif et celui dont l’attitude traduit une adhésion morale, auquel cas l’abstention est assimilée à un acte positif car traduit un soutien. Les actes postérieurs ne sont pas des actes de complicité même s’ils constituent une aide, sauf s’il y a eu entente préalable à l’infraction : l’aide remplit alors les conditions de la complicité. L’individu qui attend l’auteur du vol dans la voiture pour lui faciliter la fuite est bien complice.

§2. Les effets de la complicité On punit le complice en prenant en compte les infractions qu’il a permis de réaliser : sera puni comme auteur le complice de l’infraction. La nouvelle rédaction du code assimile le complice à un auteur et le traite réellement comme tel (≠ ancienne rédaction : punis de la même peine que les auteurs). Les auteurs considèrent que le principe de l’emprunt de criminalité est maintenu : le complice emprunte sa criminalité à l’acte réalisé par l’auteur de l’infraction – ce qui se justifie dans la mesure où les actes commis par le complice ne correspondent pas nécessairement à des incriminations et deviennent répréhensibles du seul fait qu’ils sont associés à une infraction. Système critiqué car aboutirait à des conséquences fâcheuses par ex si le complice qui s’associe à une entreprise délictueuse ne mesure pas la gravité de l’acte.

Section 2. La responsabilité pénale pour autrui Il n’existe pas de responsabilité pénale pour autrui identique à la responsabilité civile pour autrui correspondant à une responsabilité qui vient se substituer à celle de l’auteur direct de l’acte dommageable (responsabilité civile des parents du fait de leur enfant mineur). Au pénal par ex c’est bien l’enfant mineur qui sera traduit en justice, et si les parents doivent l’être ce sera sur un fondement forcément ≠ et visant leur responsabilité pénale personnelle : art 227 « le fait par le père et la mère de se soustraire à leurs obligations légales au pt de compromettre la santé, la sécurité, la moralité, ou l’éducation de son enfant mineur est puni de deux ans d’emprisonnement + 300 000 euros d’amende ».

Toutefois le droit pénal n’est pas ignorant d’un système de responsabilité pénale pour autrui : voir citation cour de cassation 1870 : « la responsabilité pénale peut naitre du fait d’autrui dans les cas exceptionnels où certaines obligations légales peuvent engendrer le devoir d’exercer une action directe sur les faits d’autrui ». Le mécanisme n’est pas le même qu’au civil : l’idée de responsabilité du fait d’autrui n’est pas exclusive de l’exigence d’une faute personnelle du prévenu (ne l’exclut pas comme incompatible). On peut comme dans le cas de la complicité envisager des cas dans lesquels, sans avoir directement commis l’infraction, un tiers par son comportement en a facilité la réalisation.

- Parfois l’infraction a été facilitée par un tiers ayant commis une faute. - Ou encore le tiers peut être responsable de l’infraction commise matériellement par autrui. Le propriétaire du débit de boissons est responsable de l’infraction commise par le garçon qui sert de l’alcool à un mineur par ex. Plus généralement, l’entrepreneur est responsable personnellement des infractions commises par ses employés même à son insu en matière de règlementation du travail ou de sécurité sociale. - Peut-on définir une responsabilité du fait d’autrui ?

■ L’un des fondements proposés repose sur l’idée de faute personnelle. Le chef d’entreprise commet une faute personnelle par le manque de surveillance.

■ La responsabilité pour autrui suppose cependant des conditions rigoureuses pour être engagée : le responsable pour autrui ne peut se voir reprocher une faute que si l’acte commis par le préposé est un acte délictueux qui contrevient à une réglementation que l’entrepreneur a l’obligation de faire respecter et s’il est non intentionnel. (cette dernière condition n’est pas toujours respectée). Principalement pour le cas de l’entrepreneur, la condition essentielle sera d’établir une faute à son égard, laquelle est présumée. L’entrepreneur peut parfois – mais sévérité de la jurisprudence – invoquer la délégation de pouvoirs.

Section 3. La responsabilité des personnes morales Auparavant le droit pénal n’admettait pas la responsabilité des personnes morales, entités abstraites et donc dépourvues de conscience et de discernement. Désormais, ces arguments ont été battus en brèche parce que le groupement agit grâce aux mécanismes de la représentation et parce que les sanctions pénales ne se limitent pas aux peines privatives de liberté : fortes amendes, confiscation, fermeture d’un établissement. Les infractions comme la concurrence déloyale ou les atteintes à l’envt sont des infractions pénales importantes et les décisions du groupement sont souvent en réalité imputables à un ou plusieurs représentants. 121-2 : les personnes morales, à l’exclusion de l’Etat, sont responsables pénalement des infractions commises pour leur compte par leurs organes et représentants.

§1. Le champ d’application de la responsabilité des personnes morales A. Les personnes morales désignées par la loi Toutes les personnes morales (droit public ou privé, françaises ou étrangères) à l’exception de l’Etat peuvent être responsables pénalement (incompatibilité : Etat à l’origine des lois et détenteur du droit de punir).

P. morales de droit privé : sociétés civiles et commerciales, associations, syndicats, partis politiques. P. morales de droit public : les collectivités territoriales et leurs groupements ne peuvent être responsables que des infractions commises dans l’exercice d’activités susceptibles de faire l’objet de conventions de délégations de service public (cantine scolaire, transport en commun). Vp 91.

B. Les infractions commises • Lors de la consécration du principe le législateur avait entendu limiter celui-ci à

certaines infractions : principe de spécialité, car certaines infractions étaient difficilement envisageables.

• Que faire des groupements dont l’objet même est illicite et peut concerner ce type d’infractions ? avant 2004, la responsabilité de la pm en matière de violences

24

volontaires ou de viol était exclue : obstacle levé depuis car la pm est susceptible d’avoir un objet illicite, penser par ex aux violences sectaires.

• Le principe de spécialité présentait moins d’inconvénients en matière d’infractions contre les biens car en la matière les infractions peuvent être le fait de groupements.

• Sa suppression est bien perçue car permet plus de cohérence dans la loi : par ex il était évident que l’atteinte au secret pro pouvait être le fait d’une personne morale.

§2. Les conditions de mise en œuvre de la responsabilité L’infraction doit avoir été commise pour le compte de la personne morale par ses organes ou représentants : cette formulation consacre une responsabilité indirecte du groupement, la pm n’agit que par le biais de ses représentants, personnes physiques. Le juge apprécie la réalité des éléments constitutifs de l’infraction en la personne des représentants. Deux conditions : infraction doit être le fait des organes ou représentants et commise pour le compte de la personne morale.

A. Les organes ou représentants de la personne morale Les organes de droit sont constitués par une/plusieurs personnes physiques auxquelles la loi confère une fonction particulière dans l’orga de la personne morale : l’adm° ou la direction du groupement (PDG d’une société – maire d’une commune). La personne physique – par ex dans le cas de décisions collectives – n’a pas nécessairement à être identifiée pour que la responsabilité pénale puisse atteindre la personne morale. Tous les représentants ne constituent pas de organes (ex le liquidateur). La pm ne peut voir sa responsabilité engagée lorsque l’infraction est le fait d’une personne autre telle qu’un membre n’ayant pas qualité de représentant. Le représentant qui outrepasse ses pouvoirs et commet une infraction engage la responsabilité morale. Lorsque le représentant commet une infraction, sa propre condamnation pénale n’est pas une condition préalable à la responsabilité de la pm.

B. Infraction commise pour le compte de la personne morale Le représentant doit avoir agi pour le compte de la pm, envisagé de manière large (≠ slt eco et fi) comme par ex discrimination à l’embauche. Le principe s’étend aux infractions intentionnelles et non intentionnelles (vp 93). Lorsque la personne physique n’agit pas pour le compte de la pm, celle-ci n’est pas engagée pénalement. (par ex s’il agit pour son propre compte, à l’encontre de la pm ou pour le compte d’une autre pm).

§3. L’articulation des responsabilités La responsabilité des pm n’exclut pas celle des personnes physiques, auteurs ou complices des mêmes faits : à condition que le représentant ait commis une faute personnelle, ce qui est souvent le cas car la responsabilité des pm est souvent indirecte. Mais il n’est pas exclu d’envisager des hypothèses où la responsabilité de la pm est exclusive : infractions non intentionnelles ou infractions qui résultent d’une décision collective sans possibilité d’identifier la personne physique.

Pour faciliter la mise en œuvre de la responsabilité du groupement, la jurisprudence a parfois admis que l’identification de la personne physique ayant commis l’acte pour le compte du groupement n’était pas nécessaire. Jalons d’une possible automatisation des règles d’imputation de la responsabilité des pm qui fait prospérer la mise en cause pénale des personnes morales.

Voir p 94 le débat au sujet des termes de la loi qui vise les « infractions commises, pour leur compte, par leurs organes ou représentants » : faut-il chercher la responsabilité individuelle des dirigeants ou non ?

Aucun commentaire n'a été pas fait
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 32 total
Télécharger le document