FORMULAIRE SCIENCES                                                                                       , Exercices de Sciences de la vie. AgroParisTech
kamalawyi
kamalawyi

FORMULAIRE SCIENCES , Exercices de Sciences de la vie. AgroParisTech

PDF (3 MB)
6 pages
1Numéro de téléchargement
101Numéro de visites
Description
EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE RRRRRRRRRRRR
20 points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 6
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document
formulaire STI2D v22

Formulaire de révision v22

Et n’oubliez pas, pour les news :

http//ressources.sti2d.free.fr

Sommaire MODELISATION DES MECANISMES ........................................ 2

CINEMATIQUE ....................................................................... 2

1) DEFINITIONS, NOTATIONS : IL Y A 3 TYPE DE MOUVEMENTS PLANS :2 2) CAS DE LA ROTATION : ............................................................ 2

MODELISATION DES A.M. ...................................................... 2

1) MODELISATION PAR DES FORCES ET DES MOMENTS .................... 2

STATIQUE .............................................................................. 2

1) METHODE : .......................................................................... 2 2) CAS GENERAL : PFS AVEC LES VECTEURS : ................................... 2 3) RESOLUTION GRAPHIQUE : ...................................................... 2 4) CAS : FORCES PARALLELES ....................................................... 2

RESISTANCE DES MATERIAUX ................................................. 2

1) COMPORTEMENT DES MATERIAUX : .......................................... 2 2) TRACTION / COMPRESSION : .................................................... 2 3) CISAILLEMENT : ..................................................................... 2 4) LA FLEXION : ......................................................................... 2 5) CONTRAINTE EQUIVALENTE DE VON MISES : .............................. 2

PRINCIPES DE PROGRAMMATION .......................................... 2

1) NOTION D’ALGORITHME ......................................................... 2 2) STRUCTURE : ........................................................................ 2 3) EXEMPLE : ............................................................................ 2 4) STRUCTURES DE CHOIX : .......................................................... 2

ENERGETIQUE ........................................................................ 3

1) PUISSANCE DEVELOPPEE PAR UNE FORCE, UN COUPLE : ................. 3 2) CHAINE ENERGETIQUE : ........................................................... 3

LIAISONS CONSTRUCTIVES ..................................................... 3

1) MIP ET MAP ....................................................................... 3 2) LIAISON COMPLETE DEMONTABLE/INDEMONTABLE : ..................... 3 3) GUIDAGE EN ROTATION : ........................................................ 3 4) GUIDAGE EN TRANSLATION : .................................................... 3 5) ROTULE : ............................................................................. 3

MODELEUR 3D - SOLIDWORKS ............................................... 3

1) ÉLABORATION D'UN MODELE VOLUMIQUE : ................................ 3 2) ASSEMBLAGE : ...................................................................... 3

COMMENT REPONDRE A LA QUESTION : ................................ 3

SYSTEMES DE TRANSFORMATION DE M VT

.............................. 3

ENERGIE : L’ELECTRICITE ......................................................... 4

1) PUISSANCES EN MONOPHASE : ................................................. 4 2) MONTAGES EN TRIPHASE : ...................................................... 4

ACV – IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX .................................. 4

1) LE CYCLE DE VIE ..................................................................... 4 2) L’EFFET DE SERRE : ................................................................. 4 3) LES AUTRES IMPACTS : ............................................................ 4 4) ECO-CONCEPTION : ................................................................ 4

ARCHITECTURE DU BATIMENT ............................................... 4

1) ARCHITECTURE : .................................................................... 4 2) STRUCTURES METALLIQUES : .................................................... 4

INSTALLATIONS HYDRAULIQUE ET/OU THERMIQUES............. 4

1) TYPE D’ECOULEMENT : ............................................................ 4 2) PRODUCTION D’ECS : ............................................................. 4 3) CALCUL PERTES DE CHARGES : ................................................... 4 4) DIMENSIONNEMENT CIRCULATEUR :........................................... 5 5) SCHEMA SYMBOLIQUE INSTALLATION-TYPE : ................................ 5

THERMIQUE DU BATIMENT .................................................... 5

1) EQUATION DE LA RESISTANCE THERMIQUE D’UN MUR : .................. 5 2) LES RELATIONS DE PRODUCTION D’ENERGIE LIE A LA COMBUSTION (PCI…PCS) NOTION DE TEP : ...................................................... 5

CODAGE DE L’INFORMATION ................................................. 5

1) SYSTEME DE NUMERATION : ..................................................... 5 2) CODAGE ASCII : .................................................................... 5

CAPTEURS .............................................................................. 5

1) CODEURS ABSOLUS : ............................................................... 5

TRAITEMENT DU SIGNAL : LE FILTRAGE .................................. 5

1) GABARIT DES FILTRES ET FREQUENCE(S) DE COUPURE : ................... 5

RESEAUX IP ............................................................................ 6

1) ACRONYMES RESEAU : ............................................................ 6 2) SUPPORTS DE TRANSPORT WAN : ............................................. 6 3) MATERIELS / SUPPORTS DE TRANSMISSION LAN : ......................... 6 4) MODELE O.S.I DES RESEAUX : .................................................. 6 5) TRAME IP / TRAME ETHERNET / ENCAPSULATION : ...................... 6 6) CLIENT-SERVEUR : .................................................................. 6 7) ADRESSE MAC : .................................................................... 6 8) ADRESSE IP : ......................................................................... 6 9) PROTOCOLES : ....................................................................... 6 10) VOCABULAIRE : .................................................................... 6 11) SYMBOLES : ........................................................................ 6 12) CALCUL DE TEMPS DE TRANSMISSION : ..................................... 6

BUS CAN ................................................................................. 6

1) LE MULTIPLEXAGE : ................................................................. 6 2) TRAME DU BUS CAN .............................................................. 6

DIAGRAMMES SYSML ............................................................ 6

MODELISATION DES MECANISMES

CINEMATIQUE

1) Définitions, Notations : Il y a 3 type de Mouvements Plans : 1) Translation 2)- Rotation 3)Mouvement Quelconque

- Mouvement 1 par rapport à 0, noté : Mvt 1/0. Exemples : Rotation de centre B , Translation rectiligne d’axe x - Trajectoire du point A de 1 par rapport à 0, notée : TA1/0 Exemples : Droite (AB), un cercle de centre A et de rayon [AB].

2) Cas de la rotation :

Mvt de rotation de centre C

ω01 ./ R=VA =AC.ω

Conversion rd/s en tr/mn

MODELISATION DES A.M.

1) Modélisation par des Forces et des Moments

a) AM de contact :

ex : contact ponctuel (fig.4) On peut modéliser l’action de contact par un vecteur-force

21→A r

, ou

force, ou glisseur perpen- diculaire au plan 1.

Ressort Fluide

 = / .     =   . 

b) AM à distance

Surtout le Poids (support : vertical / sens : bas / P=m.g).

STATIQUE

But : Trouver 10→A r

; 12→B r

….

Principe actions mutuelles:

12→B r

= - 12→B r

.

1) Méthode :

Un pb de statique ne peut être résolu sans respect des étapes : ISOLER→BAME→PFS→Résolution

2) Cas général : PFS avec les vec- teurs :

a) Théorème de la résultante :

b) Théorème du moment résultant :

3) Résolution Graphique : a) Cas de 2 forces :

O

N

I

S

O

L

E

B

A

M

E

+ D i r e c t i o n S e n s N o r m e

2→0C r

 C ? ?

££££ 21B →

r B ? ?

Théorème : Si un solide est soumis à 2 forces, alors elles ont pour support communla droite passant par les 2 pts d’application (ici, BC).

b) Si 3 forces : Prenons M1=10 kg

O

N

I

S

O

L

E

B

A

M

E

+ Direction Sens Norme

1P r

G verticale ▼ 981 N

1→2B r B BC ? ?

1→0A r C ? ? ?

Théorème : si 1 solide est soumis à 3 A.M, alors : leurs directions sont concourantes.Le triangle des forces est fermé.

4) Cas : Forces parallèles

Appliquer les 2 théorèmes 2a) et 2b)

Exemple : poutre en appui en A et B

→ Pour déterminer  :

1 Somme des Moments /A= 0(méthode des bras de leviers)

A . 0 – F .  + B .    = 0  – F .  + B .    = 0  B = F. 

 2 1

→ Pour déterminer ! : 2 Somme des Forces = 0+ A – F + B = 0  A = B - F

RESISTANCE DES MATERIAUX

1) Comportement des matériaux :

2) Traction / Compression :

a) Calcul contrainte :

b) Condition de résistance :

c) Allongement relatif / loi de Hooke :

On définit l’allongement relatif : Lo : longueur initiale ∆L : Allongement

3) Cisaillement :

a) Contrainte de cisaillement :

b) Condition de résistance :

 Reg la résistance élastique au cisaille- ment du matériau (en Mpa) ;  s : coefficient de sécurité ;

4) La flexion :

σ : Contrainte en Mpa "#$ : Moment fléchissant en N.mm y : Ordonnée du

point M en mm %&$ : Moment d’inertie section par rapport à l’axe (G, z) en mm4

a) Condition de résistance : σmax Rpe

Avec σmaxi = '( )*

V, avec V la fibre la plus éloignée de l’axe neutre.

5) Contrainte équivalente de VON Mises :

→ La contrainte dite de « Von Mises » obtenue par des logiciels de calculs correspond à la somme de toutes les contraintes :

{Traction + Cisaillement + Flexion…etc..}

PRINCIPES de PROGRAMMATION

1) Notion d’algorithme

Une recette de cuisine est un algorithme : Algorithme = Méthode

2) Structure : Les trois étapes d’un algorithme :

• Préparation du traitement :- données nécessaires à la résolution du problème

• Traitement: résolution pas à pas, après décomposition en sous- problèmes si nécessaire

• Edition des résultats

3) Exemple : Algorithme ElèveAuCar- ré

{Calcule le carré du nombre fourni }

Variables unNombre, sonCarre: entier {Déclarations / typage desvariables}

Début afficher("Quel nb voulez-vous élever au carré?")

{Préparation du traitement}

saisir(unNombre) sonCarré ← unNombre×unNombre

{Traitement : calcul du carré}

afficher ("Le carré de ", unNombre)

{Présentation du résultat}

afficher ("c'est ", sonCarre) fin

4) Structures de choix :

a) L’alternative complète :

SI ( Condition ) ALORS

Traite- ment 1 ; SINON

Traitement 2 ; FINSI

b) Alternative partielle

FINSI

SI ( Condition ) ALORS Traitement

c) Itération à condition initiale :

TANT QUE ( Condition ) FAIRE

Traitement ; FINTQ

d) Itération à condition finale :

REPETER Traitement ; JUSQU'A CE QUE ( Condition ) ;

e) Boucle :

POUR index <- 0 A N FAIRE Traitement ; FPOUR

2

1

A

y x

z z

y

A

figure 4

G

A

B 1

BC G

A

B 1

BC G

A

B 1

M

E

T

H

O

D

E

1 2

1 2

2→1A r

1→2B r

1→0A r

1P r

εσ .E=

0L

∆L =ε

σ : contrainte normale en N/mm² E : module d’élasticité longitudinale en Mpa ε : allongement relatif (pas d’unité)

 

  

 =

y

I

M

Gz

fzσ

+ , -./ 0

TB1/0 A1/0V rB1/0V

r A

C B

TA1/0

1 2 .4. 

56

A B



d1 d2

Energétique

1) Puissance développée par une force, un couple :

→ une force : [ ] [ ] [ ] );cos(... / VFVF=VF=P smNW

rrrr

→ un couple : P[W] = C[N.m] . ω[rd/s]

2) Chaine énergétique :

a) En série : η: rendement ; r: rapport de transmission

b) En parallèle :

Liaisons ConstructiveS

1) MIP et MAP

a) Surfaces de MIse en Position : MIP

surfaces

c

o

u

l

nature des surfaces

{arbre + clavette} pignon

principales S0 Cylindre d'axe x S4 Cylindre d'axe x

secondaires S1 Plan de normale x S5 Plan de normale x

tertiaires S2 Plan de normale y S3 Plan de normale y

b) Eléments de MAintien en Position : MAP

Vis + rondelle

2) Liaison complète démontable/indémontable : Surface prépon -dérante Surface plane Surface cylindrique

démontable

indémontable

Montage serré

3) Guidage en rotation :

Montage en chape Contact direct Coussinets :

Roulement à billes Roulement à rouleaux coniques

exemple : Montage à arbre tournant exemple : Montage en X

4) Guidage en translation :

Arbre cannelé Guidage prismatique Guidage à rouleaux

5) Rotule :

Embout à rotule

Modeleur 3D - SoliDworks

1) Élaboration d'un modèle volumique :

Esquisse cotée ou sélection des arêtes

Fonction à appliquer

Résultat volumique

Fonction : création de matière par extrusion

Création de matière par extrusion.

Hauteur : 15

mm

Fonction : enlèvement de matière par extrusion

Enlèvement de matière

par extrusion.

Hauteur : à travers

toute la pièce

Fonction : congé

sélection des arêtes

Congé

Rayon : 8 mm

2) Assemblage : Contraintes possibles : coïncidences, coaxiales, tangent, parallèles.

Comment répondre à la question :

"Décrivez la solution technologique utilisée pour la liaison entre les pièces X et Y ":

La liaison entre la pièce <Désignation; repère> et la pièce

<Désignation; repère> est réalisée par:

la mise en position suivant les axes <x;y;z> est réalisé

grâce aux surfaces principales <Plan, Cylindre, cône,

sphère….> de la pièce rep.X et rep.Y et grâce aux surfaces

secondaires <Plan, Cylindre, cône…..> de la pièce rep.X et

rep.Y .

le maintien en position est obtenu grâce à la <Vis, écrou,

procédé d’assemblage….> rep. Z.

Il reste une mobilité relative <Tx;Ty;Tz;Rx;Ry;Rz> ou la

liaison est complète.

Systemes de transformation de mvt

Quelque soit la solution technologique ( engrenages, pou- lies/courroies, pignons/chaine..) le rapport de transmission r se définit comme:

r = Ns Ne

ou ωs ωe

Solution technologique Rapport de transmission

R

o

t

a

t

i

o

n

r

o

t

a

t

i

o

n

Train d'engrenages

r = produit des Zi menantes produit des Zi menées

(la formule est valable pour les pignons-chaines)

Poulie-courroie

r = d. poulie menante d. poulie menée

Roue-vis sans fin

r =nb de filets de la vis

Z roue

R

o

t

a

t

i

o

n

t

r

a

n

-

s

l

a

t

i

o

n

Pignon-crémaillère

2

.ωd =V

pp

C

VC: vitesse crémaillère ωp: fréquence de rotation pignon dp=m.Zp: diamètre primitif

Le plus souvent la vis tourne et l'écrou, bloqué en rotation, se translate.

Vis-écrou

3-10. 60

N.p =V

V: vitesse linéaire (m/s) N: fréquense de rotation (tr/min) p :pas (mm/tr)

1ère pièce Rep.1 ère

surf. 2ème

pièce Rep. 2ème

surf. Contraintes

d’assemblage 1 S4 2 S0 coaxial 1 S5 2 S1 coïncidence 1 S3 3 S2 coïncidence

Avantages Inconvénients

Poulies –

courroies

- Entraxe important

- Economique

- Entretien réduit

- Fonctionnement silencieux

- Couple limité (glissement)

- Synchronisme non parfait

- Usure

Engrenages

- Synchronisme

- Précision

- Grand couple et grande

puissance

- Entraxe précis

- Lubrification

- Coût

- Fonctionnement bruyant

Pignons –

Chaînes

- Bon synchronisme

- Entraxe important

- Supporte des tensions et des

vitesses basses

- Fonctionnement bruyant

- Lubrification

ηg1 = η1. η2

Ps1= ηg1 P1

Pm= P1+P2

Système 3

η3

P

Système 1 Système 2

η1 η2

P

P Ps2= η3 P2

1

2 3

Figure 1

Voir Figure 1

ηg= η1 . η2 . η3Ps= ηg Pm

r g= r1 . r2 . r3Ns= rg Nm

Système 1

η2, r2

Pm Cm Nm

Système 2 Système 3 Ps Cs Ns

η3, r3η1, r1 2

3 1

Energie : L’Electricité

1) Puissances en monophasé :

u(t)=u0.sin(ω.t) i(t)=i0.sin(ω.t+φ)

ω=2.π.f et # 2 

7

en valeurs efficaces : 8 2 9: √

% 2 <6 √

a) Facteur de Puissance :

Fp = =>?@@ABCD ACE?FD

=>?@@ABCD AGGAHDBED et Fp =

IJ K.!

=cos φ

2) Montages en triphasé :

ACV – Impacts environnementaux

1) Le cycle de vie

2) L’effet de serre :

Défini par le : PRG : Pouvoir de Réchauffement Global

Gaz Formule PRG (à 100 ans)

Gaz carbonique CO2 1 Vapeur d’eau H2O

Méthane CH4 25 Protoxyde d'azote N2O 298 Per fluorocarbures PFC 7400 à 12200

Hydrofluorocarbures HFC 120 à 14800 Hexafluorure de soufre SF6 22 800

3) Les autres impacts :

4) Eco-conception :

ARCHITECTURE du bâtiment

1) Architecture :

a) Echelle : ECHELLE = LMN O IP Q

LMN éNPPN

b) Type de plan :

Plan de situation : Emplacement Géographique dans zone. Plan de masse : Poisition de la construction dans le terrain.

2) Structures métalliques :

a) Conception :

Encastrement Articulation

b) Sollicitations :

Actions permanentes (symbole général G) G1 : Poids propre des structures, maçonneries ou béton armé Exemple: fondations, murs. G2 : Poids des autres éléments de la construction Exemple: couverture, charpente, carrelages. G3 : Forces exercées par la poussée des terres ou la pression des liquides Exemple: cas des murs de sous-sol. G4 : Déformations différées dans le temps Exemple: celles causées par le retrait du béton Actions variables (symbole général Q) Symboles et désignation Q1 : Charges d'exploitation Exemple: charges uniformément réparties sur les planchers Q2 : Charges climatiques action du vent (symbole W) action de la neige (symbole Sn) Q3 : Action de la température, (symbole T) Coefficient de dilatation du béton armé : 10-5 Q4 : Actions passagères en cours d'exécution Exemple: dépôts de palettes de matériaux.

c) Descente de charge :

Chaque poteau va participer à la descente de la charge (charge dues au poids propre…etc…voir au-dessus)

Installations Hydraulique et/ou Thermiques

1) Type d’écoulement :

C’est le nombre de Reynolds qui va permettre de détermi- ner le type d’écoulement.

V = vitessse fluide en m/s ; D = Diamètre de la conduite en m ; ν = viscosité cinématique en m2/s.

2) Production d’ECS :

ECS : Eau Chaude Sanitaire Unités : 1 mCE=1bar = 6S Pascals

avec mCE = un mètre colonne d’eau

a) Installation avec capteurs solaires thermique :

b) Avec pompe à chaleur :

3) Calcul pertes de charges :

On distingue les pertes de charge linéaire et singulières.

a) Pertes de charges linéaires :

J, perte de charge en Pa • du type d’écoulement et de la

qualité du tube (λ) sans dimension • du diamètre de la conduite (D) en mètre • de la vitesse du fluide (V) en m/s

b) Pertes de charges singulères :

Z : perte de charge singulière en Pa

T : (dzéta) sans dimension dépend de la nature et de la forme (vanne, coude..)

écoulement laminaire écoulement turbulent vue instantanée

écoulement turbulent vue en pose

filet coloré

Couplage

étoile Couplage triangle

Puissance active P = 3UI cosϕ

Impact Substance

référence

R

e

s

s

o

u

r

c

e

n

o

n

r

e

n

o

u

v

e

l

a

b

l

e

s

Consommation d’énergie non renouvelables

MJ

Consommation de ressources non renouvelables

l’antimoine

(Sb)

Consommation d’eau en litres

L

e

s

p

o

l

l

u

t

i

o

n

s

Effet de serre GWP ou PRG le CO2

Acidification le SO2

Eutrophisation le PO4³ -

Dégradation de la couche d’ozone le CFC-11

(fréon 11)

Ecotoxicitéle 1,4 DCB

Toxicité humaine

Figure 2 - Montage triangle Figure 2 - Montage étoile

-. = U .V

W

Figure 3 - Encastrement

Figure 4 - Articulation

X = λ . ρ.U

.V

On préférera l’utilisation d’abaques

Y= T . ρ.U



c) Détermination des pertes de charges régulière J par un tableau :

d) Détermination des pertes decharges singulières par un tableau :

4) Point de fonctionnement :

Le point de fonctionnement est situé à l’intersection de la courbe du réseau (hydrau- lique) et de la courbe de la pompe (ou « circulateur » dans le cas des circuits de chauffage). Hmt = Hauteur manométrique en mCE (= m)

Schéma symbolique installation-type :

Thermique du batiment

1) Equation de la résistance thermique d’un mur :

Rmur = Rsi + N λ

+N< λ<

+ N λ

+Rse

2) Les relations de production d’énergie lié à la combustion (PCI…PCS) no- tion de teP :

V o i r p h y s i q u e

CODAGE DE L’INFORMATION

1) Système de numération :

a) Transcodage d’une base b à la base 10 : Z[\  = X.  + Y.  + Z. 6

b) Base 10 à base b : division successives par la base b jusqu’à quotient nul, prendre les restes et les inverser.

c) Base hexa vers binaire et inversement :

]^_5(16) en binaire : à chaque chiffre hexa correspond 4 bits.

]^_5 9DC 1001 1101 1100 d) Base binaire vers hexa :

66(16) en hexa : à chaque 4 bits correspond 1 chiffre hexa.

66 110110

11 0110 = 0011 0110 = 36c

2) Codage ASCII : Lecture Table ASCII  codage sur 7 ou 8 bits, respecter le poids des bits.

Capteurs

1) Codeurs absolus :

a) Résolution codeur absolu :

Résolution = 2d en points par tours avec n nombre de bits du codeur (=nb de pistes) le terme point signifie position

b) Résolution angulaire :

Résolution angulaire = ecf°

héijk9lmjd

en d°/point

Traitement du signal : Le filtrage

Le filtrage sert à éliminer certaines fréquences présentes dans le signal d'entrée.

1) Gabarit des filtres et fréquence(s) de coupure :

Le gabarit d'un filtre indique les limites fréquentielles (fc : fréquence de coupure) que doit respecter le filtre

ϕ W Le flux thermique (ou flux de chaleur) en W

n = 

o . . (7<QM − 7NqM)

e m e : épaisseur du matériau en m

S m2 S : surface du matériau (surface d’échange)

λ W K-1 m-1 λ : est la conductivité thermique

d’un matériau en

+ λ est grand, + la conduc- tion est importante.

Rth (ou R)

m2.K.W-1 Rth (ou R): est la résistance thermique

R = N

r

U coefficient de transfert ther- mique = inverse de R

U = 

o

Paramètres et relations en thermique du batiment

Réseaux IP

1) Acronymes réseau :

LAN : Réseau local WLAN : Réseau local WIFI WAN : Réseau étendu, internet est un WAN VLAN : Virtual LAN (sous-réseau virtuels)

2) Supports de transport WAN :

ADSL ADSL 1 8 Mbits/s et ADSL 2 19 Mbits/s si <1000m forte atténuation

Fibre optique jusqu’à 10Gbits/s Intercontinents faible atténuation

3) Matériels / supports de transmission LAN :

Carte réseau OSI 1 – Gère la transmission des données WIFI OSI 1 – g: 54 Mbits/s n: 600 Mbits/s 50 mètres max Paires torsa- dées

OSI 1 – de 100 Mbits/s à 10 Gbits/s 100 mètres max 5dB/km

Fibre optique OSI 1 - jusqu’à 10Gbits/s Intercontinents 0,15 dB/km CPL OSI 1 - Courant porteur en ligne Hub : OSI 2 – répète sur tout les ports - désuet Switch : OSI 2 – Sélectionne port dest - Table Port/MAC Routeur : OSI 3 – Passerelle inter-réseau – Table routage

4) Modèle O.S.I des réseaux :

Pour normaliser des solutions différentes (IBM, Mcrosoft, Cisco..), on a été obligé d’utiliser un langage commun.

5) Trame IP / Trame Ethernet / Encapsulation :

PAQUET IP En tête

Adresse IP Destination

Adresse IP source

Données IP

TRAME

ETHERNET

Adresse MAC Destination

Adresse MAC source

Type Données Ethernet

CRC

6) Client-serveur :

7) Adresse MAC :

Une adresse MAC (Media Access Control) est un identifiant unique physique stocké dans une carte réseau.

format : 5E:FF:56:A2:AF:15 adresse MAC particulière : FF:FF:FF:FF:FF:FF- (broadcast)

8) Adresse IP:

L'adresse IP est attribuée à chaque interface avec le réseau de tout matériel informa- tique (routeur, ordinateur, modem ADSL, imprimante réseau, etc) connecté à un réseau informatique utilisant l’Internet Protocol comme protocole de communication entre ses nœuds. Cette adresse est assignée soit individuellement par l'administrateur du réseau local dans le sous-réseau correspondant, soit automatiquement via le protocole DHCP.

a) Ipv4 :

b) Adresse IP Privée :

Plages d’adresse non routables réservées au LAN Préfixe Plage IP Nombre d'adresses

10.0.0.0/8 10.0.0.0 – 10.255.255.255 16 777 216 172.16.0.0/12 172.16.0.0 – 172.31.255.255 1 048 576

192.168.0.0/16 192.168.0.0 – 192.168.255.255 65 536

c) Masque de sous-réseau :

Notation décimale : exemple 255.255.255.0 Notation CIDR : exemple 192.168.2.1/24

d) Nombre d’hôtes par sous-réseau :

Nb d’hôtes par sous-réseau : n : nombre de bits réservé au codage de l’hôte Nb = 

Q- 2

e) Extraction Adresse de sous-réseau :

Quel est l’adresse du réseau sur lequel est l’hôte : 192.168.1.3/24 IP décimal 192 168 2 1 IP Binaire 1 1 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1

masque 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 Net-adress 1 9 2 1 6 8 2 0

Pour info le masque en décimal : 2 5 5 . 2 5 5 . 2 5 5 . 0 Quel est l’adresse du réseau sur lequel est l’hôte : 192.168.1.3/22

IP décimal 192 168 2 1 IP Binaire 1 1 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1

masque 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Net-adress 1 9 2 1 6 8 0 0

Pour info le masque en décimal : 2 5 5 . 2 5 5 . 2 5 2 . 0

9) Protocoles :

TCP/IP : La suite TCP/IP est l'ensemble des protocoles utilisés pour le transfert des données sur Internet.

DNS : Domain Name System, « service » permettant de trouver l’adresse IP corres- pondant à une adresse http://www.site.com

ARP : protocole permettant la correspondance IP ↔ MAC grâce à une table.

NAT/PAT : Network Address Translation, fait correspondre des adresse privées non uniques d’un sous-réseau avec des adresses externes uniques et routables. La fonction NAT existe dans un routeur de service intégré (ISR) et donc traduit une adresse IP source interne en adresse IP globale.

Port : Correspondant à la couche de transport du modèle OSI, la notion de port logiciel permet, sur un ordinateur donné, de distinguer différents interlocuteurs. Ces interlocuteurs sont des programmes informatiques qui, selon les cas, écoutent ou émettent des informations sur ces ports. Un port est distingué par son numéro.

Pare-feu : Un pare-feu, ou firewall, est un logiciel et/ou un matériel qui va filtrer les paquets suivant des règles diverses : l'origine ou la destination des paquets (adresse IP, ports TCP ou UDP, interface réseau, etc.

10) Vocabulaire :

Ethernet : OSI 2 – Protocole de communication par paquets Interface : carte réseau hôtes : membres d’un réseau Passerelle : = routeur Switch : (fr :commutateur) aiguillage au niveau trame Ethernet.

11) Symboles :

Non normalisés, on trouve fréquemment

12) Calcul de temps de transmission :

sétuv 2 wx . xmli

l.yzi d’où temps 2

wx . xmli

éxml

BUS CAN

1) Le multiplexage :

Le multiplexage est une technique qui consiste à faire passer plusieurs informations à travers un seul support de transmission.

2) Trame du bus CAN

La trame = unité d’information est constituée par :

• Les champs d’entête (SOF, ID, RTR, Cde) • Les données (à lire de gauche à droite). • Les champs de contrôle (CRC, ACK, EOF).

A noter que le champ DLC donne la longueur du champ de données.

Diagrammes SYSML

Symbole (non normalisé) Symbole Simulateur CERTA

Switch

routeur

Réseau internet

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document