Notes sur la capacité d'autofinancement, Notes de Gestion des affaires. Ecole polytechnique universitaire de Lille
Marcel90
Marcel90

Notes sur la capacité d'autofinancement, Notes de Gestion des affaires. Ecole polytechnique universitaire de Lille

PDF (628 KB)
3 pages
178Numéro de visites
Description
Notes de gestion sur un examen de management des opérations. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: définitions, calcul, simplification des calculs, la vérification des calculs, l'interprétation de la capacité ...
20 points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 3
Télécharger le document
Analyse du compte de résultat

LA CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT.

1. Définition.

C'est la totalité des ressources internes nettes de l’exercice que l'entreprise pourrait consacrer à son autofinancement, c'est à dire :

Produits qui génèrent des recettes

- Charges qui entraînent des dépenses.

2. Calcul.

a. Produits qui génèrent des recettes =

Produits d'exploitation (sauf reprises sur amortissements et provisions).

+ Produits financiers (sauf reprises ...)

+ Produits exceptionnels (sauf reprises ... et sauf produits des cessions d’éléments d’actif -compte 775- et quote-part de subvention d’investissement virée au compte de résultat –compte 777-).

Remarque : le plan comptable général considère que les cessions d'immobilisations et les subventions d'investissements, bien qu’elles génèrent des recettes, constituent des sources de financement exceptionnelles non générées par l'activité de l'entreprise et qui relèvent de la fonction d’investissement. Il faut donc exclure de ces produits les comptes 775 et 777.

b. Charges qui entraînent des dépenses =

Charges d'exploitation (sauf dotations)

+ Charges financières (sauf dotations)

+ Charges exceptionnelles (sauf dotation et valeur comptable des éléments d'actif cédés).

3. Simplification des calculs.

En fait, les soldes intermédiaires de gestion ayant déjà été calculés, il n'est pas nécessaire de calculer la totalité des produits qui génèrent des encaissements ni la totalité des charges qui entraînent des décaissements.

Il suffit de considérer le dernier des soldes intermédiaires de gestion dans le calcul duquel ne figure encore aucun produit calculé ni aucune charge calculée, c’est à dire l’E.B.E. Le S.I.G. suivant, le résultat d’exploitation est obtenu à partir des dotations (charges calculées) et des reprises (produits calculés).

+ Autres produits de gestion courante (comptes 75…)

+ Transferts de charges (comptes 79…)

- Autres charges de gestion courante (comptes 65…)

Capacité d’autofinancement = E.B.E. + Produits financiers (sauf reprises) – comptes 76…

- charges financières (sauf dotations) – comptes 66…

+ Produits exceptionnels (sauf reprises, produits des cessions d’éléments d’actifs et quote-part de subventions virées au compte de résultat) – comptes 77… sauf 775 et 777

- Charges exceptionnelles (sauf dotations et valeurs comptables des éléments d’actifs cédés) - comptes 67... sauf 675

- Impôts sur les bénéfices – compte 695 - Participation des salariés – Compte 691

docsity.com

4. La vérification du calcul.

Il est possible d’adopter une présentation différente et schématique du compte de résultat à partir de l’excédent brut d’exploitation.

C.A.F. = E.B.E. + produits non compris dans l'E.B.E. qui génèrent des recettes - charges non comprises dans l'E.B.E. qui entraînent des décaissements.

Charges qui entraînent des décaissements et non prises en compte

dans le calcul de l’E.B.E.

Excédent brut d’exploitation

(E.B.E.)

Charges calculées : ce sont essentiellement les

amortissements, les dépréciations, les

provisions et les valeurs comptables des

éléments d’actif cédés.

Capacité

d’autofinancement (C.A.F.)

Produits qui génèrent des

encaissements et non compris

dans l’E.B.E.

Résultat

Produits calculés (reprises sur amortissements,

dépréciations, provisions et produits des cessions

d’éléments d’actif)

+ Dotations aux amortissements et aux provisions (comptes 68…)

- Reprises sur amortissements et provisions (comptes 78…)

C.A.F. = Résultat net de l'exercice + Valeur comptable des éléments d'actif cédés (compte 675)

- Produits des cessions d'éléments d'actif (compte 775)

- Quote-part de subvention d'investissement virée au compte de résultat (compte 777)

(1) ou – résultat sur cessions d’immobilisations

Résultat sur cessions d’immobilisations = produits des cessions d’éléments d’actif (compte 775) – valeur comptable des éléments d’actif cédés (compte 675))

5. L’interprétation de la capacité d’autofinancement

La capacité d’autofinancement représente la ressource dégagée au cours de l’exercice, et qui reste à la disposition de l’entreprise. Cette ressource va servir à :

 financer les outils de production existants,

 verser des dividendes aux actionnaires (rémunération du capital),

(1)

docsity.com

 financer la croissance de l’entreprise, soit en permettant de nouveaux investissements, soit en contribuant à rembourser des emprunts.

docsity.com

Aucun commentaire n'a été pas fait
Télécharger le document