Notes sur le comportement du producteur et l’offre - 3° partie, Notes de Économie
Tina_920
Tina_92024 mars 2014

Notes sur le comportement du producteur et l’offre - 3° partie, Notes de Économie

PDF (1 MB)
12 pages
3Numéro de téléchargement
160Numéro de visites
Description
Notes d’économie sur le comportement du producteur et l’offre - 3° partie. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Décision de production dans le court terme, La courbe d’offre de court terme, La fonction d’offr...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 12
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 12 pages
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 12 pages
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 12 pages
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 12 pages
Télécharger le document

27 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

L’entreprise concurrentielle vend chaque unité au prix d’équilibre du marché PE , quel que soit son niveau de

production.

Une entreprise parfaitement concurrentielle doit choisir son niveau de production tel que :

Remarque : en cas de monopole, le prix est endogène :

( ) ( )

Le monopole ne représente évidemment pas un cas de CPP.

CPP CPP

R=pq Rm = R’(q) = p Rm = Cm =p

R = p(q).q Rm = p’(q).q + p(q).q’

Une entreprise peut faire un profit sur le court terme :

Recettes = Aire de (ODAq*) = Oq* . OD = p.q

Coût total = Aire de (OCBq*) = Oq*. OC = CM.q

( )

RMOYEN = R/q = (p.q)/q = p ����(��) ���� �� ������������

���� ��(��)

��

����

�� �� ����

CPP

28 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

Décision de production dans le court terme .

 Le profit est maximisé quand Cm = Rm = p = CM en CPP

 Si p > CM, alors l’entreprise fait un profit.

 Si CMV < p < CM, alors l’entreprise subit une perte mais peut continuer à produire. Elle peut couvrir tous ses

coûts variables et une partie de ses coûts fixes

 Si p < CMV, alors l’entreprise doit fermer. Elle ne peut pas couvrir ses coûts variables, ni ses coûts fixes.

Seuil de fermeture : q = min (CMV)

Seuil de rentabilité : q = min (CM)

: L’entreprise est rentable. L’entreprise produit, car p CM (tous les coûts sont couverts, et l’argent

restant constitue le profit)

: En produisant, l’entreprise ne fait pas de profit, mais ne perd pas d’argent (p = CM).

: L’entreprise n’est plus rentable : p CM

si p CVM, les coûts variables sont totalement couverts. L’entreprise continue de

produire pour couvrir une partie des coûts fixes (coûts présents même si on arrête de

produire)

si p CVM, les coûts variables ne sont plus couverts totalement (donc les coûts fixes ne

sont pas du tout couverts). L’entreprise arrête de produire car elle perd encore plus

d’argent en produisant.

Seuil de rentabilité

Quel est la condition pour que =0 (profit minimal = production à partir de laquelle l’entreprise commence à ne plus

subir de perte) ?

⇔ ( ) ( ) ⇔ ( ) ( )

⇔ ( )

⇔ ( )

Tant que p CM, l’entreprise fait du profit.

29 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

Seuil de fermeture

Quantité en dessous de laquelle l’entreprise arrête de produire.

( )

Si p CVM, alors q = 0 (l’entreprise ne produit pas)

La courbe d’offre de court terme .

Offre : si , q = 0

Sinon, ( )

La courbe d’offre nous indique quelle quantité produire pour chaque niveau de prix.

Les entreprises concurrentielles déterminent le niveau de production en égalisant p = CM.

La courbe d’offre d’une entreprise concurrentielle est la portion de la courbe du Cm pour laquelle Cm > CVM.

Rappel : en Concurrence Pure et Parfaite, le prix s’impose au producteur.

L’offre totale de la branche à court terme .

La courbe d’offre de court terme de la branche indique la quantité que la branche produit à court terme pour

l’ensemble des prix possibles. Cette courbe peut être obtenue en additionnant les courbes d’offre de chaque

entreprise.

O = offre globale

( ) ∑

30 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

Exemple : Soit 100 entreprises i.

4 ∑ 4

L’elasticité de l’offre .

Variation relative de la quantité produite Q en réaction à une variation relative du prix p.

Lorsque → , on a

Exemple : /

Si , la variation relative de quantité offerte est plus importante que la variation relative des prix. La

production augmente plus que proportionnellement par rapport au prix.

Si inversement.

En cas de profits de court terme, l’entreprise réagit en augmentant la production et les profits. Mais les profits vont

attirer d’autres producteurs, qui vont augmenter l’offre de la branche, ce qui va faire baisser le prix du marché.

Cela continue jusqu’à ce que les profits diminuent et deviennent égaux à 0 dans le long terme.

�� �� �� ∞ �� �� �� ��

Infiniment inélastique

On dit que l’offre est

rigide.

Infiniment élastique

p p p p

q q q q

31 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

Par convention, les prix sont

TOUJOURS en ordonnée

CHAPITRE 7 : ANALYSE DU MARCHE

L’approche par le marché consiste à considérer la confrontation entre offre et demande. De façon plus précise, on

raisonne sur l’offre et la demande sans tenir compte de ce qui se passe sur les autres biens = équilibre partiel.

Les individus qui participent au marché sont des individus rationnels (c’est-à-dire qu’ils ont un comportement

maximisateur).

Comment les conditions socio-économiques influent-elles sur les prix et la production ?

Le cadre du marché permet d’évaluer l’impact du contrôle des prix par l’Etat (ex : effet des subventions à la

production, politique de soutien des prix, hausse du salaire minimum sur le marché du travail).

Le cadre du marché permet de comprends les effets des taxes, des subventions, des quotas sur les consommateurs

et les producteurs (ex : taxes sur les produits pétroliers).

A. L’offre et la demande agrégées

La fonction d’offre, la courbe d’offre .

L’offre agrégée ou offre de marché indique les différentes quantités d’un produit que tous les producteurs d’un

marché sont prêts à offrir aux différents prix possibles de ce produit.

Avec la quantité offerte totale du produit (Q0) et p (le prix du produit), on détermine la fonction d’offre.

( )

Fonction d’offre :

Exemple :

4 ( 4 )

Elasticité offre-prix : /

d et p sont les paramètres (constantes)

p représente le prix

32 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

Courbe d’offre initiale, avant changement : O

 Pour P1 : Q1

 Pour P2 : Q0

Courbe d’offre après changement : O’

 Pour P1 : Q2

 Pour P2 : Q1

Attention :

Il ne faut pas confondre la « variation de la quantité offerte » avec la « variation de l’offre ». La

variation de la quantité offerte renvoie au mouvement le long de la courbe en réponse à un changement

de prix.

Autres déterminants de l’offre .

Les coûts de production :ils sont dus à :

 L’évolution des prix des facteurs de production (matières premières, salaires, loyers, etc…).

 L’innovation et le changement technologique (invention des micro-processeurs, circuits

électroniques, qui ont réduit les coûts de production…)

 Les changements organisationnels au sein des entreprises (restructuration, fusion, etc…)

 Les politiques publiques (consistant à augmenter une taxe, etc…)

La profitabilité des produits substituables. Si un substitut devient plus profitable, les producteurs ont alors

intérêt à en offrir d’avantage et à baisser l’offre en produit devenu relativement moins profitable.

La profitabilité des produits complémentaires. Dans une entreprise, la production d’un bien induit la

production d’un autre bien (si on considère la profitabilité des produits complémentaires). C’est le cas

notamment pour les filières. Si le prix d’un bien baisse, la production du produit complémentaire sera plus

élevée.

Les chocs aléatoires. (séismes, catastrophes naturelles, épidémies,…) vont affecter les quantités

offertes,(toutes choses égales par ailleurs).

Les anticipations des entreprises. Si les entreprises anticipent une augmentation du prix de leur bien, donc

une diminution future de la demande, ils ont intérêt à constituer des stocks dès aujourd’hui en fonction de

leurs prévisions.

Le nombre d’offreurs.Si de nouveaux producteurs entrent sur le marché, la quantité offerte globale sur le

marché augmente.

Déplacement de la courbe d’offre .

33 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

La demande agrégée .

La demande agrégée, ou demande de marché, indique les différentes quantités d’un produit que tous les

consommateurs d’un marché sont prêts à acheter aux différents prix possibles de ce produit.

Fonction de demande et courbe de demande .

Avec la quantité demandée totale du produit (QD) et p, le prix du produit, on détermine la fonction de demande :

( )

Fonction de demande :

2

2

Elasticité demande-prix :

/

2

Autres déterminants de la demande .

Revenu :Lorsque le revenu augmente, la quantité demandée augmente, car à prix constant le pouvoir

d’achat augmente (bien normal). Dans le cas d’un bien inférieur, la quantité demandé diminue lorsque le

revenu augmente.

Goûts du consommateur : effet de mode, publicité (quel que soit le prix du bien).

a et b sont des paramètres

p représente le prix

34 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

Prix des biens complémentaires et substituables :

Substituables : (on peut remplacer un bien B par un bien A) Si le prix de B augmente, la

consommation de B diminue et celle de A augmente.

Complémentaires : (le produit B ne peut être utilisé sans le produit A). Si le prix de A

augmente, alors la consommation de B et de A diminue.

Déplacement de la courbe de demande .

Impact d’une hausse de revenu sur la demande :

Attention : Il ne faut pas confondre variation de la quantité demandée avec variation de la demande.

B. Le mécanisme de marché

Le mécanisme de marché est la tendance qu’on les prix, dans un marché libre, à se modifier jusqu’à ce qu’il y ait

équilibre, c’est-à-dire que la quantité offerte et quantité demandée soient égales.

Offre : ( )

Demande : ( )

A l’équilibre, ( ) ( )

L’équilibre est tel qu’il n’y ait ni pénurie (=excès de demande: ), ni surproduction (=excès d’offre :

).

Dans l’exemple : ⇔ 2 4 ⇔

4

( ) ( ) 2 4 4 4

Courbe de demande initiale, avant changement : D

 Pour P1 : Q1

 Pour P2 : Q0

Courbe de demande après changement : D’

 Pour P1 : Q2

 Pour P2 : Q1

Mouvement le long de la courbe, dépend du prix Déplacement de la courbe, à cause du

changement d’un facteur autre que le prix

35 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

lorsque :

lorsque :

����: �� ����

�� : �� ���� (excès d’offre).

Pression à la baisse du prix

augmentation de ���� = glissement le long de D

diminution de �� = glissement le long de O

����: �� ����

�� : �� ���� (excès de demande).

Pression à la hausse du prix

augmentation de ���� = glissement le long de O

diminution de ���� = glissement le long de D

36 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

C. Les changements de l’équilibre du marché

Quand il n’est pas en équilibre, le marché s’ajuste pour réduire pénurie ou surproduction et revenir à l’équilibre. Les

marchés doivent être concurrentiels pour que le mécanisme soit efficace.

Les prix d’équilibre sont déterminés par le niveau relatif de l’offre et de la demande. Les changements d’offre et/ou

de demande provoqueront une modification du prix d’équilibre dans un marché libre.

Exemple 1 : baisse du prix des matières premières augmentation de l’offre, demande identique.

Exemple 2 : augmentation du revenu augmentation de la demande, offre identique.

Exemple 3 : baisse du prix des matières premières et augmentation du revenu augmentations simultanées de

l’offre et de la demande.

O se déplace en O’

Surplus entre Q1 et Q2 (c’est-à-dire QD et QO)

Ajustement du prix vers un nouvel équilibre : (p3, Q3)

D se déplace en D’

pénurie entre Q1 et Q2 (c’est-à-dire QO et QD)

Ajustement du prix vers un nouvel équilibre : (p3, Q3)

D se déplace en D’ et O se déplace en O’

Ajustement du prix vers un nouvel équilibre : (p2, Q2)

Si la hausse de la demande est plus important que la

hausse de l’offre, alors p2 > p1

Si la hausse de l’offre est plus importante que la hausse

de la demande, alors p2 < p1

37 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

D. Les conséquences de l’intervention de l’Etat

Le contrôle des prix .

Il n’existe pas de marchés « purs ». Il s’agit plutôt d’économie mixte : marché libre + une dose d’intervention

publique. Les autorités publiques interviennent de différentes manières sur les marchés (marché agricole, marché du

travail,…) dans le but de corriger le fonctionnement des marchés :

 Politique de taxes et subventions : fiscalité.

 Politique de contrôle des prix.

Principe : à l’équilibre du marché, même si le prix d’équilibre ne se traduit ni par un excès d’offre ni par un excès de

demande, ce prix n’est pas forcément souhaitable d’un point de vue social. L’Etat peut vouloir imposer un nouveau

prix, plus bas (prix plafond) ou plus élevé (prix plancher) que le prix d’équilibre. L’analyse du marché permet

d’évaluer les conséquences de l’intervention publique dans les marchés.

Prix plafond .

Le gouvernement impose un prix maximal, au-dessous du prix d’équilibre, afin d’empêcher le prix de monter au-delà

d’un certain niveau (exemple : le loyer dans le marché de l’immobilier, le prix du pétrole en 1974,…)

Mécanisme : un contrôle des prix au-dessous de l’équilibre se traduit par un excès de demande (pénurie), mais les

prix ne peuvent pas augmenter pour rétablir l’équilibre (car le marché est contraint).

Conséquence : risque d’un marché parallèle (marché noir), les consommateurs sont prêts à payer plus cher pour

acquérir le bien.

Prix plancher .

Le gouvernement impose un prix minimal, au-dessus du prix d’équilibre, afin d’empêcher le prix de diminuer au-delà

d’un certain niveau (exemple : le salaire minimal sur le marché du travail afin d’assurer un revenu minimal). Cette

politique permet de protéger les secteurs sujets à des fluctuations du prix.

Mécanisme : Un contrôle des prix au-dessus du prix d’équilibre se traduit par un excès d’offre (surproduction ou

surplus). Les prix ne peuvent pas diminuer pour rétablir l’équilibre (car le marché est contraint).

Conséquence : accumulation de stocks, ou ouverture sur des marchés extérieurs.

38 f.gabriel Micro-Economie - L1S2 -2011

Conclusion :

L’équilibre partiel est un raisonnement appliqué à un seul marché, dans le cadre de la concurrence pure et parfaite.

L’équilibre général s’applique sur plusieurs marchés, en considérant une interdépendance entre les agents.

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 shown on 12 pages
Télécharger le document