Notes sur une macro-économique, Notes de Économie de l'environnement. Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)
Damien_94
Damien_94

Notes sur une macro-économique, Notes de Économie de l'environnement. Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)

PDF (293 KB)
4 pages
255Numéro de visites
Description
Notes de sciences économiques et sociales sur une macro-économique. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Le ménage (Hf, Household Finance), Les entreprises, L’Etat, Le reste du monde, Optique de la production...
20 points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 4 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 4 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 4 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 4 total
Télécharger le document

Vue macro-économique

Objectif : comprendre le fonctionnement à l’échelle d’un pays du point de vue du ‘policy-maker

(gouvernement).

Voir ce qui se passe dans l’économie au niveau national (‘comptabilité nationale). Celle-ci est

constituée d’agrégats c’est-à-dire la somme des opérations effectuées par les agents économiques

pendant une année (1/01  31/12). Ces agrégats sont des flux, ils enregistrent ce qui se passe

pendant une période donnée. Les flux sont différents du stock qui est un état à un moment donné.

À long terme, la comptabilité nationale sert à déterminer des ratios structurels.

À court terme, la comptabilité nationale sert à donner un avis sur l’évolution conjoncturelle d’une

économie.

Avec les données fournies par la comptabilité nationale ainsi qu’un modèle (jeu d’équations

décrivant le fonctionnement de l’économie), on peut établir des prévisions économiques.

Ex : l’Etat en a besoin pour établir un budget (quelle évolution prévisible de la croissance ? Quelles

rentrées fiscales attendre ?).

Les agents économiques :

a) Le ménage (Hf, Household Finance)

Un ménage est une unité de consommation, des personnes vivant sous le même toit et résidant

habituellement en Belgique.

Un ménage achète des biens finals (biens et services de consommation et non intermédiaire). S’il

fait construire des maisons d’habitation ou des appartements, ils apparaissent comme des

entreprises.

Une même personne peut faire partie du secteur ménage (il pourvoit à ses besoins de

consommation) ou du secteur entreprise (il achète du cuir pour réparer ses chaussures).

b) Les entreprises (E)

Les entreprises vendent des biens et services à un prix qui couvre au moins le prix de revient (coût

de production).

Le critère marchand et non la forme juridique est décisif dans la définition du secteur entreprise.

L’agent économique entreprise produit dans l’agriculture, le secteur manufacturier, le bâtiment,

l’électricité, le transport, la distribution, les banques, les assurances,…

La grande majorité des entreprises en Belgique appartient au secteur privé.

Les entreprises parastatales (semi-public) comme la BNB ou la SNCB sont rangés dans le secteur

entreprise.

c) L’Etat (G, gouvernement)

L’Etat regroupe tous les services dont la fonction est de fournir gratuitement, ou éventuellement à

un prix sans relation avec le prix de revient, des prestations d’intérêt général. L’Etat comprend donc

les organismes publics exerçant à l’échelon central, régional, communautaire, provincial ou

communal. L’Etat fournit donc essentiellement des services non marchands.

Les secteurs principaux de l’agent économique Etat sont les administrations des différents

ministères, la santé, l’éducation,…

d) Le reste du monde (R)

La comptabilité nationale met également en lumière les transactions économiques entre la Belgique

et le reste du monde, ou plus exactement entre les résidents et les non-résidents.

N.B. : où qu’elles soient situées, les institutions internationales (OTAN, SHAPE, institutions

européennes,…) font partie du reste du monde mais les fonctionnaires de ces institutions qui

habitent en Belgique sont considérés comme résidents.

Quand un fonctionnaire de la Commission européenne d’origine française mais résidant à Bruxelles

reçoit son salaire, il s’agit d’une entrée pour la Belgique en provenance du reste du monde.

Les trois optiques de la comptabilité nationale :

1) Optique de la production

PIB : somme des valeurs ajoutées brutes de toutes les branches économiques (agriculture, industrie

extractive, secteur manufacturier, transport, services,…).

Il mesure également la production finale totale de biens et services de l’économie nationale (valeur

de la production à l’intérieur des frontières).

PNB : PIB + paiement net (des facteurs dus par le reste du monde)

Paiement net : paiement reçu de R – paiement versé à R.

L’optique de production permet de se faire une idée de la structure économique d’un pays : quels

sont les parts relatives de l’agriculture, de l’industrie,… ?

Il y a un très grand nombre de branches et sous-branches, on les regroupe en 3 secteurs.

 Secteur primaire ( 1,45% du PIB):

Agriculture, sylviculture et pêche ainsi que les industries extractives.

 Secteur secondaire ( 30% du PIB):

Construction, eau, gaz et électricité ainsi que les industries manufacturières.

 Secteur tertiaire ( 68,7% du PIB):

Services marchands :

Destinés partiellement aux ménages et aux entreprises (commerce, transport, banques,

assurances,…).

Destinés aux entreprises (publicité, comptabilité, services techniques,…).

Destiné aux ménages (restauration, loisirs,…).

Services non-marchands :

Administrations publiques, enseignement, forces armées,…

Déclin rapide du secteur primaire

Hausse puis déclin du secteur secondaire

Hausse nette du secteur tertiaire

Société Post-industrielle

2) Optique des revenus

La production engendre des revenus distribués à ceux qui participent à cette production.

3) Optique des dépenses

Dans l’approche keynésienne, focalisée sur la demande, l’optique de dépense est la plus importante.

Les 4 agents économiques (H, E, G, R) interviennent :

 Les ménages achètent des biens et services de consommation et utilisent les services non-

marchands mis à leur disposition par l’Etat.

 Les entreprises acquièrent des biens de capital fixe (I = ∆K).

 Le reste du monde achète à la Belgique en net (X – M).

 L’Etat achète des biens et services et rémunère ses fonctionnaires.

 PNB = C + I + G + (X – M)

C=dépenses de consommation des ménages

I= dépenses d’investissements des entreprises

G= dépenses publiques

X= les exportations soit les dépenses du reste du monde dans notre économie

C + G = sphère de la consommation

C + G + I = sphère du marché intérieur

X – M = sphère du marché extérieur (balance commerciale)

Aucun commentaire n'a été pas fait
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 4 total
Télécharger le document