presidence francaise- Hollande et Mitterand.docx, Schémas de Français. Enriques
Kelpie23
Kelpie23

presidence francaise- Hollande et Mitterand.docx, Schémas de Français. Enriques

3 pages
107Numéro de visites
Description
presidence francaise- Hollande et Mitterand.docx
20 points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 3
Télécharger le document

François Hollande – Biographie François HOLLANDE est né le 12 août 1954 à Rouen. Il a quatre enfants. Premier secrétaire du Parti socialiste (de 1997 à 2008), maire de Tulle (de 2001 à 2008), il a été député de la Corrèze, (de 1988 à 1993 puis de 1997 à 2012) et président du conseil général de la Corrèze (de 2008 à 2012). François HOLLANDE est diplômé d'HEC Paris et de l'Institut d'études politiques de Paris. Il est ancien élève de l'École nationale d'administration (ENA), promotion Voltaire en 1980. Il adhère au Parti socialiste en 1979. Sorti de l'ENA, il devient en 1980 auditeur à la Cour des comptes. Il est également, à cette époque, maître de conférences à l'IEP de Paris. En 1981, à la suite de l'élection de François MITTERRAND à la présidence de la République, François HOLLANDE devient chargé de mission à l'Élysée. Lors des élections législatives de juin 1981, François HOLLANDE est candidat en Corrèze. En 1983, il est nommé directeur de cabinet de deux porte-parole successifs du gouvernement Pierre MAUROY : Max GALLO et Roland DUMAS. En 1984, il devient conseiller référendaire à la Cour des comptes. Aux élections législatives de 1988, qui font suite à la réélection de François MITTERRAND, Il est élu député de la première circonscription de la Corrèze. De 1988 à 1991, il est professeur d'économie à l'Institut d'études politiques de Paris. En 1993, il perd son mandat de député. Il prend la présidence du club « Témoin » de Jacques DELORS qu'il conserve jusqu'en 1997. Il devient secrétaire national du Parti socialiste chargé des questions économiques, en novembre 1994. Et en 1995, Lionel JOSPIN le nomme porte-parole du Parti socialiste. En 1997, après la victoire de la gauche plurielle, François HOLLANDE retrouve son siège de député de la Corrèze et devient premier secrétaire du parti socialiste. Il se déclare officiellement candidat à la primaire socialiste, en mars 2011, et la remporte en octobre 2011. En mai 2012, François HOLLANDE devient le 7ème président de la Vème République.

La Cinquième République

• François HOLLANDE (mandat en cours) • Nicolas SARKOZY (2007-2012) • Jacques CHIRAC (1995-2007) • François MITTERRAND (1981-1995) • Valéry GISCARD D'ESTAING (1974-1981) • Alain POHER (1969-1974 intérim du 28/4 au 20/6/1969 et du 2/4

au 19/5/1974) • Georges POMPIDOU (1969-1974) • Charles de GAULLE (1959-1969)

La Quatrième République

René COTY (1954-1959)

• Vincent AURIOL (1947-1954) Vacance de la fonction présidentielle de 1940 à 1947

La Troisième République

• Albert LEBRUN (1932-1940) • Paul DOUMER (1931-1932) • Gaston DOUMERGUE (1924-1931) • Alexandre MILLERAND (1920-1924) • Paul DESCHANEL (18 fév-20 sept 1920) • Raymond POINCARE (1913-1920) • Armand FALLIERES (1906-1913) • Emile LOUBET (1899-1906) • Felix FAURE (1895-1899) • Jean CASIMIR-PERIER (1894-1895) • Marie-François-Sadi CARNOT (1887-1894) • Jules GREVY (1879-1887) • Patrice de MAC MAHON (1873-1879) • Adolphe THIERS (1871-1873)

Second Empire (1852-1870)

LA DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

Louis-Napoléon BONAPARTE (1848-1851)

Premier Empire (1804-1814)

LA PREMIÈRE RÉPUBLIQUE

Après l'abolition de la Royauté le 21 septembre 1792 par la Convention, la première République française est proclamée. La première Constitution républicaine est ainsi créée. Si la fonction présidentielle n'y est pas encore mentionnée, un Conseil executif composé de 24 membres est mis en place afin de gouverner le pays. La première République prend fin en 1804 lorsque Napoleon Ier instaure le Premier empire.

François Mitterrand (1916-1996)

François Mitterrand est né à Jarnac le 26 octobre 1916. Il achevait ses études à Paris lorsqu'il fut mobilisé en septembre 1939 ; trois fois cité, blessé, fait prisonnier, il parvint à s'évader en décembre 1941 lors de son transfert dans un camp de représailles. De retour en France, il ne tarda pas à rejoindre les rangs de la Résistance et passa dans la clandestinité en 1943: sa carrière politique procède directement de cet engagement. Fédérateur et chef de l'ensemble des mouvements de résistance des prisonniers de guerre, il fut appelé, en août 1944, à participer à l'éphémère "gouvernement des secrétaires généraux" à qui le général de Gaulle avait confié la responsabilité du territoire national jusqu'à l'installation du gouvernement provisoire à Paris. Elu député de la Nièvre en novembre 1946, il assuma des responsabilités ministérielles tout au long des dix premières années de la IVème République. Ministre de la France d'outre-mer et partisan résolu de la décolonisation, il mit fin aux tensions qui menaçaient la cohésion de plusieurs territoires et noua, avec les leaders africains, des relations personnelles et durables. Démissionnaire en 1953, à la suite de la déposition du sultan du Maroc, il réintégra le gouvernement l'année suivante et fut ministre de l'intérieur dans le cabinet Mendès-France (1954-1955), puis garde des sceaux dans le cabinet Guy Mollet (1956): ce furent ses dernières fonctions ministérielles ; il refusa celles qu'on lui offrait dans les derniers cabinets de la IVème République, dont il désapprouvait la politique algérienne.En 1958, François Mitterrand dénonça le "coup d'Etat" qui avait porté le général de Gaulle au pouvoir et prit position contre les institutions de la Vème République. Il y perdit son siège de député, qu'il retrouva dès 1962 après un bref passage au Sénat. Elu maire de Château-Chinon en 1959 et président du conseil général de la Nièvre en 1964, il attendit, dans sa retraite du Morvan, l'occasion de revenir sur la scène nationale. La révision de 1962, qui institue l'élection du Président de la République au suffrage universel, le trouva prêt à relever le défi. Candidat unique de la gauche à l'élection présidentielle de 1965, il mit le général de Gaulle en ballottage et recueillit près de 45% des suffrages au second tour. Après le désastre subi par les formations de gauche lors de l'élection présidentielle de 1969, qu'elles avaient cru pouvoir aborder en ordre dispersé, et la rénovation du parti socialiste au congrès d'Epinay (1971), François Mitterrand s'imposa définitivement comme le candidat de la gauche unie. Il manqua de peu l'élection de 1974, mais fut élu Président de la République en 1981 et facilement réélu en 1988. Ses deux septennats furent marqués par un ensemble de mesures sociales qu'attendait le monde du travail et que François Mitterrand défendit pied à pied lors des périodes de cohabitation (1986-1988 et 1993-1995), par l'extension et le renforcement des libertés locales et de la liberté d'expression, par la modernisation du code pénal, l'abolition de la peine de mort, etc. Il assura le bon fonctionnement des institutions par un respect scrupuleux de la séparation des pouvoirs et par une pratique exemplaire de l'alternance et de la cohabitation. Il a veillé à la présence de la France dans le règlement des grands problèmes internationaux. Sans jamais transiger avec le droit des peuples à disposer d'eux mêmes, il n'a pas ménagé ses efforts pour préserver la paix en Europe et dans le monde ; il a fait ce qui dépendait de lui pour promouvoir la solution négociée des conflits. Partisan résolu de la construction européenne, il s'y est employé sans répit et l'a poursuivie dans la clarté (loi constitutionnelle du 25 juin 1992). François Mitterrand fut aussi l'un des meilleurs écrivains politiques de ce temps. Enfin, les "grands projets" dont il a eu l'initiative et qu'il a menés à leur terme ont laissé à la France des monuments que nul ne songe plus à contester : l'Arche de la Défense, le Grand Louvre, la Bibliothèque nationale

qui porte son nom, et bien d'autres encore. Il est mort à Paris le 8 janvier 1996.

Aucun commentaire n'a été pas fait
Télécharger le document