schede di analisi testuale in letteratura francese, Schémas de Français. Calamandrei
rosaria_barra
rosaria_barra

schede di analisi testuale in letteratura francese, Schémas de Français. Calamandrei

6 pages
181Numéro de visites
Description
schede per l'analisi testuale in lingua francese
20 points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 6
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document

10 fiches outils pour analyser un texte littéraire et organiser ses révisions.

Fiche 1 : Identifier et situer un texte. 1.Analyse du paratexte : titre(s), date de parution, auteur…Quels sont les horizons d'attente ? Quelles sont vos connaissances littéraires et historiques sur cette époque ? 2.Type de discours dominant : narratif, descriptif, argumentatif, informatif, injonctif. Différentes formes de discours sont-elles associées ? Quelle est la forme de discours dominante ? 3. Genre du texte : poésie, roman, théâtre, texte d'idées… est-il possible de déterminer le genre ? quels sont les indices ? Bilan : Quels outils vais-je utiliser en fonction de ces premiers repérages ? Quelles connaissances sont susceptibles de m'aider pour analyser le texte ?

Fiche 2 : Analyser la situation d'énonciation. 1. Il faut toujours se demander qui parle ? à qui ? dans quelles circonstances ? (moment, lieu ) Cependant en fonction du genre et du type de texte, le vocabulaire utilisé n'est pas le même pour identifier "ceux qui parlent" dans un texte. 2. On ne peut parler d'auteur que lorsque celui- ci assume son identité, qu'il est le "garant" de son texte (par ex. dans une autobiographie) ou lorsque on cherche à caractériser le style ou l'univers d'un écrivain (ex : "la syntaxe de Céline") 3. Dans un texte d'idées celui qui donne son opinion peut-être appelé "auteur", "argumentateur", "locuteur", ou encore "émetteur", même si ces notions ne sont pas équivalentes. 4. Dans un récit (roman, nouvelle, conte…) celui qui parle est appelé narrateur. 5. Au théâtre, ce sont les personnages qui échangent des propos ET SURTOUT PAS les acteurs. 6. En poésie pour désigner celui qui parle on peut tout simplement utiliser "le poète" et dans certains cas le nom du poète. 7. Dans tous les cas il faut repérer les indices qui permettent d'identifier l'émetteur du

message et les indices qui permettent de qualifier son attitude par rapport à son message. (modalisateurs par exemple) 8. On peut aussi s'interroger sur la place et la présence du destinataire (récepteur). 9. Il faut bien faire attention aux paroles rapportées : celui qui s'exprime présente des propos qui ne sont pas les siens à l'aide du style direct, du style indirect, du style indirect libre ou du discours narrativisé. Faire notamment attention à l'emploi du pronom indéfini "on".

Fiche 3 : Analyser le lexique 1. Quels sont les mots qui se répètent dans le texte ? 2. Quels sont les champs lexicaux dominants ? (pour identifier un champ lexical relever les occurrences de mots appartenant au même domaine) Astuce : il faut toujours donner un nom à un champ lexical mais parfois on hésite entre plusieurs noms… cette hésitation peut constituer une première piste d'interprétation, une hypothèse de lecture à vérifier par la suite. 3. Pour chaque champ lexical se demander : - quelle est son importance dans le texte ? - quelle est sa place dans le texte ? se situe-t-il à un endroit "stratégique" (début, milieu, fin) ou se répand-il sur tout le texte ? - quelles sont les éventuelles évolutions au sein du champ lexical (exemple : les mots sont-ils de plus en plus concrets/abstraits ?) 4. observer les éventuelles relations entre les champs lexicaux : opposition ou complémentarité ? Existe-t-il des effets de croisement ? (un mot appartient à 2 champs lexicaux) 5. Analyser la connotation des mots : -se demander si les mots ont une valeur méliorative (+) ou péjorative (-) 6. Identifier le registre de langue (niveau de langue) induit par l'emploi de certains mots (indispensable dans les passages dialoguées pour caractériser les personnages) : -vulgaire, familier, courant, soutenu. -utilisation d'un voc. argotique ou d'un jargon.

Bilan : à ce stade de l'étude des hypothèses de sens peuvent déjà être clairement formulées. Les fiches suivantes servent à démontrer comment les procédés d'expression utilisés se mettent au service du sens du texte.

Fiche 4 : Les figures de rhétorique. (figures de style).

1. figures fondées sur l'analogie (les mots suggèrent un relation de ressemblance ou d'identité entre les éléments) : comparaison, métaphore, personnification, allégorie, etc. 2. figures fondées sur la contiguïté (les réalités évoquées sont si proches que les mots qui les désignent peuvent se substituer les uns aux autres) : métonymie, synecdoque. 3. figures fondées sur l'insistance : hyperbole, gradation, anaphore, etc. 4. figures fondées sur l'atténuation : euphémisme, litote (attention ! figure qui atténue mais pour…insister) 5. figures fondées sur l'opposition : antithèse, oxymore, antiphrase, etc. Remarque : une figure ne style ne doit jamais être relevée pour elle même : elle n'est pas un simple ornement de la pensée mais se met au service d'un sens qu'elle renforce.

Fiche 5 : La syntaxe. 1. Des observations simples pour commencer : -les phrases sont-elles courtes ou longues ? -quels sont les signes de ponctuation utilisés? -comment passe-t-on d'une phrase à une autre ? 2. les types de phrase : (aidez-vous de la ponctuation) -y a-t-il des phrases affirmatives, interrogatives, exclamatives, injonctives ? A quel endroit ? pour évoquer quelle réalité ou quel sentiment ? 3. la construction des phrases. -phrases verbales ou nominales ? -phrases simples ou complexes ? -juxtaposition ? coordination ? subordination ? 4. L'enchaînement des phrases.

-Les connecteurs logiques, chronologiques, spatiaux apparaissent-ils ? -Quel rôle jouent les signes de ponctuation ? 5. Les effets de construction. Certaines constructions de phrase sont significatives. Il faut notamment repérer les écarts par rapport à la "norme" grammaticale: inversions, ruptures dans la construction, ellipses de mots. Voir aussi le cas de la période

Fiche 6 : Les verbes.

1. les modes verbaux : -l'indicatif : les actions sont envisagées comme réelles -le conditionnel : les actions sont envisagée comme incertaines ou soumises à une condition. attention ! dans une phrase au style indirect le conditionnel équivaut à un futur dans le passé -le subjonctif : ce mode permet d'exprimer ce qui est possible, envisagé. Très fréquent dans les subordonnées. -l'impératif : exprime l'ordre, la défense, l'interdiction, le conseil. -infinitif : forme impersonnelle du verbe, il permet parfois de généraliser -le participe : autre mode impersonnel qui permet souvent de donner des précisions sur les circonstances. 2. Les temps verbaux. -le présent :

-d' énonciation -de narration -de vérité générale

-le futur : action à venir présentée comme certaine ; peut aussi avoir une valeur injonctive -le passé simple : dans un récit temps des actions de premier plan et des actions qui se succèdent les unes aux autres. -l'imparfait : dans un récit temps des actions de second plan et de la description. Peut exprimer la répétition ou l'habitude. -les temps composés : exprime l'antériorité par rapport à une autre action conjuguée à un temps simple). Remarque : pour une lecture analytique on peut se poser des questions de ce type : -les temps renvoient-ils à des actions réalisées ou non réalisées ? à des faits concrets ou seulement envisagés? dans quelle mesure traduisent-ils les sentiments, les espoirs, les hésitations des personnages ou du locuteur?

-les temps utilisés renforcent-ils la certitude du locuteur par rapport à son énoncé ? -les temps utilisés accélèrent-ils ou ralentissent- ils l'action ?

Fiche 7 : le Récit.

1. Part de la narration et de la description. Combinaison et répartition de la narration et de la description. 2. Toujours se demander dans quelle mesure la narration (la manière de raconter) donne un sens à la fiction (ce qui est raconté) 3. Etudiez le cadre et les circonstances de l'action. Circonstances banales ou extraordinaires ? Moment privilégié ou non? (exemple : crépuscule) 4 Schémas actantiel et narratif. Quel est le rôle de chaque personnage en présence ? Quels sont les buts éventuels des protagonistes ? Comment l'action évolue-t-elle ? Echec ou réussite ? amélioration ou détérioration ? 5. Objets de la description : - personnages : éléments constitutifs et organisation du portrait. Portrait éventuellement péjoratif (blâme) ou mélioratif (éloge), satire, caricature…Caractère représentatif du personnage. - décor/paysage : dimension symbolique du lieu, lien entre personnage et milieu dans lequel il évolue. Rôle et place des objets. Formes et couleurs dominantes. Atmosphère et conditions climatiques. 6. Statut du narrateur : interne/externe. Se demander aussi si le narrateur est un personnage de l'histoire . 7. Point de vue adopté : focalisation externe/ interne/zéro. 8. Jeu des pronoms, étude des substituts du nom.

9. Déterminants utilisée.

Fiche 8 : Le texte poétique.

1. analyse très précise de la strucured'ensemble du poème (observez la typographie). Répartition en strophes (et non en paragraphes !) Le poème correspond-il à une forme fixe facilement identifiable? (sonnet par exemple) 2.Etude des champs lexicaux (voire fiche) et des figures de style (voire fiche). Premières interprétations à mettre bien souvent en relation avec le titre du poème et éventuellement du recueil. 3. Etude de la syntaxe en relation avec la disposition en vers : phénomènes de rejet, de contre-rejet, d'enjambement qui mettent certains mots en valeur et confèrent un certain rythme au vers. 4. Nature des vers. Compter le nombre de syllabes des vers (attention au problème du -e- final ) et identifier la nature des vers (alexandrins=12, décasyllabe=10, octosyllabe=8) Se demander si le poème est construit de manière régulière. Observer les phénomènes de diérèse et de synérèse, les hiatus éventuels. Quels sont les effets de rythme ? 5. Etude des rimes -leur nature (fémines, masculines)

-leur disposition (croisées, plates, embrassées) -leur qualité (nbre de phonèmes communs en fin de vers) 6. Sonorités. Phénomènes de répétitions (allitération, assonnance). Rimes intérieures. Jeux phonétiques. 7. Observez les éventuels écarts par rapport à la "norme" poétique.

Fiche 9. Le texte d'idées

1. Identifier le thème : de quoi est-il question? De quoi parle-t-on ? 2. Etudier très précisément la situation d'énonciation. (voir fiche) 3. Identifier la ou les thèse(s) en présence : quelle est l'opinion défendue ? par qui ? la thèse est-elle explicite ou implicite ? 4. Repérer les arguments utilisés, les reformuler. Quels arguments soutiennent la thèse ? Ques arguments réfutent la thèse adverse ? A quels domaines appartiennent les différents arguments (domaine religieux, scientifique, etc.) ? quels sont les types d'arguments utilisés ? (argument d'autorité par exemple) 5. Identifier les exemples qui illustrent les idées. Parfois les exemples jouent un rôle d'argument (exemples argumentatifs). 6. Analyser l'articulation des idées. Connecteurs logiques présents ou non ? La

répartition en paragraphes reflète-t-elle les étapes de la pensée ? 7. Analyser la stratégie adoptée et les procédés argumentatifs. Dans quel ordre les idées sont-elles présentées ? Quel type de raisonnement est adopté ? (dialectique, concessif, inductif, déductif, analogique…) Comment est valorisée la thèse défendue ? Comment est dévalorisée la thèse adverse ? Quelle image donne-on de l'éventuel adversaire ? Quel lien s'établit entre l'émetteur et le récepteur du message ?Cherche-t-on à démontrer à convaincre ou à persuader ? 8. En quoi le lexique, les procédés rhétoriques, la syntaxe (voir fiches) mettent les idées en valeur, donnent plus de force aux arguments ou au contraire discréditent les arguments adverses ? 9. Quelle tonalité est adoptée (ironique ? polémique ?)

Fiche 10 : Le texte théâtral. 1. Ce qui est essentiel : un texte théâtral n'est pas fait pour être lu mais pour être joué, représenté. 2. Théâtre en prose ou en vers ? (dans le dernier cas utiliser des éléments de la fiche 8) 3. S'agit-il d'un moment particulier del'intrigue ? (Scène d'exposition, dénouement ?) 4. Observez les didascalies. Quelle relation s'établit entre les paroles et les gestes ? Quel ton doit être adopté ? Eléments symboliques du décor. 5. Que sait-on de chaque personnage ? Quelle image donne-t-il de lui ? quelle image les autres personnages donnent-il de lui ? Quel lien unit les personnages ? rapports harmonieux ou conflictuels ? Quels sont les éventuels rapports de force ? 6. Quel est le registre de langue des différents personnages ? Emploient-ils le même registre ? Décalages éventuels. 7. Etude de la double énonciation > effets tragiques ou comiques ?

8.Repérez et analysez le rôle de certaines formes propres au langage dramatique : monologue (un personnage parle, seul sur scène), aparté(parole pronocée par un personnage et que seul le spectateur est censé entendre), tirade (réplique) 10. Essayez d'identifier le registre (la tonalité) de l'extrait : comique ou tragique ? mélange ? 11 . Repérez éventuellement les différents manifestations du comique (mots, gestes, situation)

Aucun commentaire n'a été pas fait
Ceci c'est un aperçu avant impression
3 pages affichées sur 6 total
Télécharger le document